mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Par Charles-André Udry

Le système électoral en France conduit à des situations qui, pour reprendre une formule de Chirac de 2002, multiplient les «raisons de s’emmerder». Que ce soit lors du second tour de la présidentielle, le 7 mai 2017, ou du second tour des législatives, le 18 juin 2017, où s’annoncent des triangulaires ou des quadrangulaires.

En 2002, lors du second tour Chirac-Le Pen, des animateurs du site alencontre.org, lors d’une conférence publique donnée en Suisse par un responsable de la LCR (devenue par la suite le NPA) avaient manifesté leurs doutes – pour ne pas dire leurs désaccords – face à la position adoptée alors par la LCR: elle appelait à voter pour Chirac afin de faire «barrage à Jean-Marie Le Pen».

Certes, il ne nous appartenait pas, n’étant pas actifs en tant que militants en France, de mettre l’accent sur le choix de mot d’ordre électoral. Il nous importait strictement de faire connaître une opinion dans le cadre d’une tentative de compréhension des dynamiques se dessinant en France et en Europe. Tout d’abord, car ce genre d’appel accordait à Jacques Chirac la «légitimation» d’un «front électoral» sans rivages, ce qui ouvrait la voie à une relance d’un ordo-libéralisme, dont Gerhard Schröder était le porte-drapeau depuis 1998. En outre, le FN (Front national) pouvait, sans trop de difficultés, apparaître comme l’opposant consacré de ce qui est aujourd’hui qualifié de «système», après l’UMPS. Ensuite, la possibilité existait de faire campagne pour un vote nul (aujourd’hui, le thème du vote blanc a surgi avec force) d’un bloc de la «gauche de gauche» qui aurait corrélé des manifestations contre Le Pen à la préparation de mobilisations contre les politiques à venir de Chirac. Certes, cela relève du passé.

Lors du premier tour de la présidentielle, la candidature de Marine Le Pen – quand bien même le résultat n’a pas atteint le score espéré dans les déclarations marketing des dirigeants frontistes – a réuni 21,4% et obtenu plus de 1,2 million de votes supplémentaires. A y regarder de plus près, et donc sous un angle qui traduit une réalité plus inquiétante, les résultats par département sonnent net: le FN-Marine est en tête dans 47 départements et 8 régions. Et collecte plus de 30% des suffrages dans nombre d’entre eux (voir Le Monde du mardi 26 avril, «La géographie d’un vote»).

Selon diverses anticipations, les deux élus actuels à la Chambre des députés (Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard) pourraient s’adjoindre entre 18 et 50 députés supplémentaires. De quoi huiler les rouages financiers du FN qui sera alors apte à constituer un groupe parlementaire, puisque la limite est fixée à 15 députés.

Face à Marine Le Pen, les ralliements à Emmanuel Macron se multiplient, ce qui n’implique pas qu’une majorité parlementaire «stable» sera facile à établir. La presse allemande – du quotidien Handelsblatt (Düsseldorf) à la Süddeutsche Zeitung (Munich) jusqu’à la très patronale Frankfurter Allgemeine Zeitung – appuie Emmanuel Macron, sur le fond. Ce qui devrait faire réfléchir ceux qui sont plus que soft «sur» Macron, pour justifier un vote pro-Macron [1]. Si ce n’est que dans la presse allemande surgissent quelques interrogations, raisonnées, sur la force suffisante qu’il peut réunir pour appliquer une politique ordolibérale persistante. Cela dans le cadre d’une Union européenne (UE) dont le futur, dès septembre 2017, risque d’être encore plus bousculé par la réémergence de la crise économique et sociale italienne qui est un peu mise en sourdine.

La crise du régime de la Ve République renvoie à l’éclatement, plus ou moins ample, du PS et des LR et donc à la constitution (ou non) d’un nouveau bloc politique apte à assurer un contrôle politico-social de la situation. Ce n’est point un hasard si Macron déclare: «Je prendrai en compte la colère des Français.» Quant à Marine Le Pen, elle enfouit ses assertions sur la sortie de l’euro sous «la monnaie commune», établit une alliance avec le chef de la France debout, Nicolas Dupont, dit Dupont-Aignan (lui-même contesté dans ses rangs et par les maires de l’agglomération du Val d’Yerres-Val de Seine). Et elle continue à faire du «national-social», avec des problèmes de «cohérence» (ou de pressions centrifuges). Ce ton national-social, xénophobe et raciste ne signifie pas que frappent à la porte les années trente. Une analogie inadéquate, même si elle permet de multiplier les citations de Trotsky. Nous reviendrons sur ces deux thèmes.

Pour l’heure, une discussion existe au sein de la gauche, disons dans le NPA et La France insoumise. Rien d’étonnant. Mélenchon ne donne pas de consigne de vote. Pour maintenir l’unité des «insoumis» dans la perspective des législatives. Pourtant, sans laisser le moindre doute, il rejette fermement Marine Le Pen. Et il précise: «Ce qui nous est demandé, ce n’est pas un vote antifasciste, mais un vote d’adhésion. Et non, nous n’adhérons pas.» Autrement dit, il n’est pas prêt à soutenir, de facto, le programme de Macron, contre Marine Le Pen, ou sous la forme «d’un front républicain», dont l’histoire est plus compliquée que ne pensent les néo-nés à la politique.

Philippe Poutou, pour le NPA, ne sous-estime pas le danger du FN. Ici, il faut spécifier qu’il serait erroné de considérer le FN et la formation «En Marche» comme simplement deux partis capitalistes. Certes tous les deux s’inscrivent dans le système capitaliste, en général. Mais une différence effective (au sens des effets immédiats produits) existe entre eux. Les attaques du FN seront frontales contre les immigré·e·s, les quartiers populaires, les droits démocratiques, le mouvement social. Ce que souligne la déclaration pour le 1er mai de SUD-Solidaires que nous publions ci-dessous.

Toutefois, les politiques de Macron – hier et demain – sont celles qui ont nourri le vote FN. La mobilisation contre la «loi Macron» et sa réincarnation dans «la loi El Khomri» – cette ministre du Travail qui soutient Macron, au même titre que Valls et Hollande – fait sens avec l’orientation d’un rejet d’un «moindre mal» en appelant à voter Macron pour «faire barrage à Marine Le Pen».

A nouveau se pose le problème, malgré les différences dans la conjoncture, de l’inexistence – déplorable d’un point de vue «idéal» – d’un bloc de gauche qui appellerait à un vote massif «blanc» ou «nul», d’une sorte de vote actif qui s’inscrirait dans la mobilisation de demain, le 1er mai, et dans les luttes qui surgiront face à une élection de Macron. Un vote qui est différent de l’abstention ou du juste refus de voter Macron pour mettre en échec Le Pen.

Revue des positions des syndicats face à l’échéance du 7 mai et d’après

• Laurent Berger, le dirigeant de la CFDT (Confédération française démocratique du travail ) a affirmé avec force mercredi 27 avril sur RTL (Radio Télé Luxembourg): «Il n’y a qu’une solution c’est de voter pour le candidat qui reste (…) c’est Emmanuel Macron. Ça ne vaut pas acceptation de son programme c’est simplement pour faire barrage au Front national. Et quand on est une organisation syndicale comme la CGT, je ne comprends pas qu’on ne veuille pas exprimer cela.» La CFDT et l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes) appellent donc à voter Macron.

• Force ouvrière (FO) ne donne pas de mot d’ordre de vote. Jean-Claude Mailly a toutefois déclaré: «En vérité, Macron ne s’intéresse pas à l’assurance chômage, ce qui le préoccupe, c’est la dette du régime. Macron a un calendrier calé sur les élections allemandes. Il veut montrer à l’Allemagne que la France va mener des réformes structurelles et budgétaires. La dette de l’Unedic étant prise en compte dans le déficit public, tel qu’il a été défini par le traité de Maastricht, il va sabrer dans l’assurance chômage pour que la France repasse sous la barre des 3% de déficit. Il trouve donc que, actuellement, les partenaires sociaux ne font pas assez d’efforts. En tout cas, l’attitude de Macron me conforte dans mon idée que le libéralisme économique conduit à l’autoritarisme social.» (La Tribune, 30 mars 2017)

• Le 26 avril 2017, Clotilde Mathieu, notait que: «Les syndicats restent un frein contre le vote FN. Selon un sondage Ifop [Institut français d’opinion publique] pour l’Humanité, 19% des actifs se déclarant adhérents ou sympathisants d’une organisation syndicale ont voté en faveur de la candidate d’extrême droite [au premier tour]. Alors que chez les salarié·e·s proches d’aucun syndicat, la candidate du FN arrive en tête, avec 28% des voix. Un écart plus important qu’en 2012 [présidentielles], lorsque les premiers étaient 20% à avoir utilisé le bulletin Marine Le Pen, contre 25% pour les seconds.» Une autre enquête réalisée par Harris Interactive pour Liaisons sociales et publiée lundi 24 avril, portant quant à elle sur l’ensemble des électeurs et non sur les seuls actifs, montre que 13% des personnes proches d’une organisation de salariés ont voté en faveur de Marine Le Pen, dimanche (contre 25% lorsqu’ils ne le sont pas).

«Depuis le choc des européennes de 2014, les organisations syndicales ont mené campagne contre le parti d’extrême droite afin de démasquer son imposture sociale. C’est le cas en particulier de la CGT, qui a fait de cette lutte l’une de ses «priorités». Un travail qui porte ses fruits, même si ceux-ci restent insuffisants à ce stade.» Car les salariés proches de la CGT sont encore 22% à avoir voté pour le FN (+6 points par rapport à 2012). «Le FN a un peu progressé dans la sphère d’influence de la CGT, il a été relativement contenu et reste très minoritaire, temporise Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique de l’Ifop. Si l’organisation syndicale a été si offensive, c’est parce qu’elle a senti qu’une partie de sa base était sensible au vote FN. Si elle ne l’avait pas fait, le résultat de Marine Le Pen aurait été plus important.»

 • Dans le sondage le jour du vote du premier tour effectué par Harris Interactive, pour une publication de référence. Liaisons sociales, sur un échantillon de 7191 inscrits sur les listes électorales, l’institution de sondage relève:

«1° Si l’on détaille les tendances de vote par syndicat, notons tout d’abord que les sympathisants de quatre syndicats se sont avant tout prononcés en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci reçoit en effet la préférence de 53% des sympathisants SUD-Solidaires, 51% de ceux de la CGT, 43% de ceux de la FSU et 32% de ceux de Force Ouvrière. Cette préférence est très marquée, car les autres candidats cités par ces différents types de sympathisants arrivent généralement loin derrière celui de la France Insoumise.

2° Ainsi, les sympathisants SUD-Solidaires, qui choisissent majoritairement Jean-Luc Mélenchon (53%), ne votent pour les principaux autres candidats (Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen) qu’à hauteur de 13% chacun (et 7% pour François Fillon). De même, si plus de la moitié des sympathisants CGT ont choisi Jean-Luc Mélenchon (51%), 15% d’entre eux indiquent avoir voté pour Marine Le Pen, 13% pour Benoît Hamon et 12% pour Emmanuel Macron. Même constat du côté des sympathisants de la FSU: 43% ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, loin devant Emmanuel Macron (19%) et Benoît Hamon (18%).

3° Enfin, les sympathisants FO se sont avant tout prononcés en faveur de Jean-Luc Mélenchon (32%), mais le deuxième candidat qu’ils citent le plus est Marine Le Pen (24%). Rappelons qu’en 2012, le vote des sympathisants SUD-Solidaires, CGT et FSU s’était principalement réparti entre Jean-Luc Mélenchon et François Hollande (les sympathisants FO avaient alors d’abord choisi François Hollande et Marine Le Pen).

4° Emmanuel Macron, quant à lui, arrive en tête des suffrages des sympathisants de deux syndicats. En effet, près d’un sympathisant de la CFDT sur deux (48%) indique avoir voté en faveur du candidat d’En Marche!; les autres candidats cités par cette population arrivant loin derrière lui (François Fillon: 15%, Jean-Luc Mélenchon: 14% et Benoît Hamon: 12%).On constate le même phénomène auprès des sympathisants de l’UNSA: 42% d’entre eux ont voté en faveur de l’ex-Ministre de l’Economie, loin devant les principaux autres candidats choisis (Jean-Luc Mélenchon: 16%, Marine Le Pen: 14% et Benoît Hamon: 13%). Emmanuel Macron bénéficie ainsi du vote de sympathisants de deux syndicats qui avaient majoritairement choisi François Hollande en 2012.

5° Enfin, les sympathisants des deux autres syndicats testés se sont prononcés principalement en faveur de François Fillon et Emmanuel Macron. 43% des sympathisants CFE-CGC (cadres) ont voté pour le candidat Le Républicains, et 31% pour le candidat d’En Marche!; Marine Le Pen arrivant en troisième position (13%). La répartition des suffrages est très similaire du côté des sympathisants de la CFTC: plus d’un tiers d’entre eux (34%) ont voté pour François Fillon, 29% pour Emmanuel Macron et 14% pour Marine Le Pen. En 2012, les sympathisants de ces deux syndicats avaient voté principalement en faveur de Nicolas Sarkozy.» (Source: Harris Interactive, 24 avril 2017)

Pour résumer: le vote Le Pen dans «le milieu syndical», selon ce sondage, est le suivant: sympathisants de Force Ouvrière (24%); 15% chez les sympathisants CGT, 14% à la CFTC comme à l’Unsa, 13% à la CFE-CGC, 13% chez Solidaires, 9% à la FSU et 7% à la CFDT.

En ayant à l’esprit cette relation entre vote au premier tour et adhésion syndicale ou sympathie pour une organisation syndicale donnée – sans prendre en compte l’abstention – il est plus aisé d’appréhender le contenu des déclarations syndicales de ceux qui appellent à manifester ensemble le 1er mai – soit la CGT, FO, SUD-Solidaires et la FSU (en grande partie enseignants) – et mettent l’accent sur la nécessaire continuité de la lutte sociale face aux deux candidats, tout en se prononçant contre tout vote en faveur de Marine Le Pen.

____

[1] Le directeur exécutif d’Airbus, Tom Enders, soutient Emmanuel Macron. Selon Tom Enders, Macron  incarne «le changement». La lettre d’Enders est très amicale. «Les deux hommes se connaissent et s’apprécient visiblement depuis longtemps, le tutoiement est d’ailleurs de rigueur. “Je saisis l’opportunité de cet “entre deux tours” de l’élection présidentielle pour m’adresser à toi d’une manière informelle une dernière fois…!”, commence Tom Enders, qui écrit sa lettre de soutien en français. Il l’a d’ailleurs très vite adressée après la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle française. Le courrier du président exécutif d’Airbus a été envoyé le 24 avril de Toulouse. “Je te prie de croire, cher Emmanuel, à mon plein soutien pour le deuxième tour de l’élection ainsi que pour les élections législatives qui suivront.”
“Près de 9 millions de Français t’ont déjà témoigné leur confiance le 23 avril”, écrit le président d’Airbus qui se dit “convaincu que cette dynamique se poursuivra le 7 mai prochain”. Et d’estimer que “l’engouement que tu as réussi à susciter est pleinement mérité: tu incarnes de manière très concrète le changement”. “Je ne doute pas de ta volonté et de ta détermination à mener les réformes économiques qui s’imposent”.» (La Tribune, 30 avril 2017)

____

Nous publions ci-dessous la déclaration de SUD-Solidaires pour le 1er Mai et un appel unitaire pour le 1er mai de Strasbourg.

*****

Vos droits, vos luttes, votre syndicat…
Pas une voix pour le Front National

Dans la continuité de la lutte quotidienne qu’elle mène depuis des années contre l’extrême droite, Solidaires réaffirme que pas une voix ne doit aller au FN (Front national). Ce parti base sa politique sur la «préférence nationale», le racisme et le repli nationaliste, incompatibles avec nos valeurs.

Cette politique représente à ce titre un danger majeur pour tous ceux et toutes celles qui veulent continuer à vivre et travailler ici ensemble.

Marine Le Pen se présente comme la candidate «antisystème», en défense du «peuple» et des «laissés-pour-compte» de la crise, mais le projet politique qu’elle incarne est avant tout celui d’un nationalisme exacerbé qui ne remet en cause ni le capitalisme, ni le libéralisme qui alimentent depuis des années les inégalités et la précarité. Sa position contre les augmentations du SMIC (Salaire minimum de croissance) et des salaires, sa défense du patronat en font une adversaire que ne peut cacher son affichage en défense de l’emploi pour les seules Françaises et Français.

Pas de soutien à une politique libérale et répressive.
Lutter avant, pendant, et après les élections

L’alternative n’est pas la continuité avec les politiques des précédents gouvernements qui ont conduit à l’exaspération sociale et au renforcement de l’extrême droite: remises en cause du droit du travail avec le passage en force de la «loi Travail», attaques contre la protection sociale et les services publics, poursuite des politiques européennes d’austérité et de libre-échange, etc.

On nous promet pour demain la réduction du nombre des fonctionnaires et des budgets publics, des lois travail bis et ter, une car-macronisation [allusion à la «libéralisation» des transports avec les «cars à bas coût», en août 2015 la «loi Macron»; la première faillite est intervenue déjà en novembre 2016: Megabusavec à la clé 174 emplois] et une ubérisation de la société, c’est-à-dire des services bas de gamme qui s’adressent aux plus pauvres tout en remettant en cause les contrats de ceux et celles qui travaillent.

Et c’est sans compter le déferlement attendu des accords «offensifs» de défense de l’emploi qui visent à faire accepter entreprise par entreprise les reculs sociaux. Nos revendications restent entières et nous sommes dans la lutte aux côtés des travailleuses et travailleurs quel que soit le gouvernement, notre engagement dans la lutte sur la loi travail l’a montré comme d’autres avant.

C’est la valeur de notre indépendance par rapport aux partis politiques et aux pouvoirs. C’est le sens aussi de notre engagement dans la campagne «nos droits contre leurs privilèges» où, avec d’autres mouvements sociaux, nous voulons construire une société plus juste, égalitaire, débarrassée des oppressions et des discriminations et respectueuse de la planète.

Quand nous luttons pour l’égalité des droits et au côté des sans-papiers et demandeurs et demandeuses d’asile, contre l’injustice, pour la sécurité et la santé au travail, pour une amélioration concrète de nos droits et une meilleure répartition des richesses, nous luttons réellement contre la montée du fascisme et l’instrumentalisation de la misère sociale. Et c’est cela que nous allons continuer.

Un 1er mai international de luttes des travailleuses et des travailleurs

Le 1er mai est la journée internationale des travailleuses et travailleurs, Partout elles et ils portent des revendications pour améliorer leur vie et défendre leurs droits et leur liberté. Partout elles et ils luttent pour le droit de grève, le droit de manifester, le droit de s’organiser. Elles et ils luttent contre les reculs sociaux et pour obtenir de nouveaux droits. Partout elles et ils s’opposent aux discriminations et au racisme.

Aux Etats-Unis, en Turquie, et dans tous les pays où les politiques les plus inquiétantes se mettent en place, ce 1er mai doit plus que jamais rappeler notre attachement à la solidarité internationale et sa nécessité!

*****

Appel à une manifestation intersyndicale du 1er mai 2017
à Strasbourg

En cette période d’attaques sans précédent contre le droit du travail, de régression sociale, marquée par:

  • le CICE [Crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi, utilisé en priorité par les grandes entreprises, avec des gains pour ces dernières qui s’élèvent à des milliards d’euros] et autres cadeaux aux entreprises qui n’ont créé aucun emploi (quand elles n’en suppriment pas);
  • la précarité qui ne cesse d’augmenter;
  • la Loi «Travail» qui a inversé la hiérarchie des normes;
  • des gouvernements successifs au service d’un MEDEF [organisation du patronat] qui rêve de salarié·e·s corvéables et jetables selon les carnets de commandes ou les résultats financiers!
  • une politique d’austérité sans précédent dans le privé comme dans le public, notamment dans les hôpitaux…

En ces temps de répression antisyndicale venue d’un autre âge, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, CNT, UNEF, Solidaires appellent à une manifestation du 1er mai 2017 de revendications et de résistance!

Pour l’abrogation de la Loi Travail!
Pour une autre répartition des richesses!
Pour l’augmentation des salaires!
Pour la baisse du temps de travail!
CGT, FO, FSU, CNT, UNEF, Solidaires

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Francia. La inexistencia de un bloque de izquierda radical. El FN un peligro mortal | Correspondencia de Prensa dit:

    […] * Artículo integro en francés, A l´encontre, 30-4-2017: http://alencontre.org/europe/france/france-le-1er-mai-sous-leclairage-du-7-mai-et-surtout-de-la-suit… […]

    Ecrit le 7 mai, 2017 à 2017-05-07T20:24:37+00:000000003731201705

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org