vendredi
26
mai 2017

A l'encontre

La Brèche

Lumière «sur le Molenbeek qu’on aime»

Publié par Alencontre le 20 - novembre - 2015
Le 18 novembre, 2500 habitants de Molenbeek manifestaient

Le 18 novembre, 2500 habitants de Molenbeek manifestaient

Par Patrice Leprince

C’est assurément le Molenbeek qu’ils aiment. Tout bigarré, plein d’agitation. Des jeunes et puis des vieux ou des vieilles. Avec un foulard ou bien sans. Et en ce mercredi soir, ce petit monde se presse sur la place communale. Pour dire sa douleur après les attentats qui ont frappé Paris. Pour dire aussi à ce monde qui lui renvoie aujourd’hui une si moche image de lui-même que celle-ci est tronquée. Les lettres formant le nom de Molenbeek, pas «Molenbèk» hein, ont été tracées sur le pavé, parcellées de bougies. Avec le vent qui souffle, des gobelets en plastique sont appelés à la rescousse pour protéger les flammes. La chaleur, elle, est partout. Même si elle peut se faire amère. «Chez nous, on rigole, on se sent bien, on est chez nous, quoi, entament Chaimae, Samira et Maryame. Cela fait 19 ans que vis ici et je n’ai jamais eu de problèmes et ce que l’on dit de nous jusqu’aux Etats-Unis ne correspond pas à la réalité. Ces attentats nous ont marqués, cela n’a rien à voir avec les musulmans.»

Sur l’étendard de Peggy flottent plein de jolis dessins. Croqués par les mômes qu’elle côtoie chaque jour via l’ASBL (Association sans but lucratif) De Molenketjes qui encadre les enfants au sortir de l’école ou de la garderie. «Nous sommes ici en leur nom, ils ont dessiné pour dire aux gens qu’ils sont tristes d’entendre ce que l’on dit de leur commune. Que ce n’est pas leur faute, qu’ils veulent vivre en paix.» Message passé. «Tout n’est pas parfait ici, embraient, pour leur part, Anne et Bernadette, venues de Saint-Gilles pour défendre la multiculturalité. Qui est un plus pour Bruxelles, il est essentiel de pouvoir s’ouvrir à l’autre et il est difficile de comprendre pourquoi on cible aujourd’hui Molenbeek et pas Vilvorde ou Verviers, c’est très malsain.»

«D’abord je pense à la douleur des familles qui ont perdu un proche, nous dit cette dame. Peut-on imaginer de ne plus pouvoir fréquenter un cinéma, une salle de concert ou une terrasse. Et ces enfants, il aurait pu s’agir des nôtres.» Et aujourd’hui la police qui quadrille les quartiers de Molenbeek. «Nous sommes donc touchés de loin et de près. Voir décrire Molenbeek comme terroriste me choque. J’y vis, j’y travaille et j’y ai élevé mes enfants qui sont aujourd’hui à l’université. Et ils doivent se justifier au nom d’une influence qu’ils n’ont jamais eue.»

Il est 17 heures et la place communale est désormais noire de monde. Entre 2000 et 2500 personnes, estime cette policière. Sur les marches menant à l’hôtel de ville, on devise sous les calicots représentant des mains tendues, des cœurs plutôt que des bombes. «Laissez-nous vivre», dit l’un. Une petite dame donne de la voix sur le perron. «Merci de nous avoir rejoints au nom de la paix et de la tolérance, rendons visibles les bougies et arrêtons de rendre Molenbeek obscure parce qu’elle ne l’est pas.»

Un sentiment global que la bourgmestre, entourée d’élus de tout bord, ramasse assez bien, malgré un micro un brin criard. Françoise Schepmans présente ses condoléances au peuple français. «Je lui répète notre douleur, choqués par ces terribles attentats qui ont tué tant de victimes innocentes.» Et la libérale de conclure: «Avec ses atouts et ses difficultés, Molenbeek est une commune comme les autres, ce n’est pas la base arrière du djihadisme.» (Article publié dans le quotidien belge Le Soir en date du 19 novembre 2015)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





Qui sont les électeurs derrière le vote record en faveur du Front national au second tour de la présidentielle? La carte des scores du parti de Marine Le Pen en recouvre une autre, qui n’est pas celle de l’immigration. En cinq minutes, Ludovic, Stéphane et Xavier délivrent quelques clés d'analyse et de compréhension. Car «diaboliser ce vote ne le fait pas baisser», expliquent les trois vidéastes du collectif Osons Causer.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org