lundi
22
octobre 2018

A l'encontre

La Brèche

L’effet Amazon démultiplié

Publié par Alencontre le 9 - février - 2018

Par Marie Viennot 

Livres, musique, vidéo, journaux, produits alimentaires, services informatiques, assistants personnels connectés et bientôt santé et protection sociale. L’ambition d’Amazon est sans limites, sa puissance colossale. L’effet Amazon? Ce sont les Américains qui en parlent… pour le moment…

Aujourd’hui je vous parle de l’effet Amazon. Amazon effect… ce sont les Américains qui en parlent le plus, qui en parlent déjà. Forcément, là-bas, Amazon pèse la moitié du commerce électronique, 53% même, et le chiffre d’affaires de ce secteur, son poids dans l’économie a augmenté de 40% en 4 ans.

Comme il y avait chez nos voisins américains une opulence de centres commerciaux, l’effet Amazon sur les temples de la surconsommation à crédit a été «OUAOUH»…, comme on dit dans le marketing. Et l’effet continue. L’effet Amazon on peut le voir sur des vidéos qui accompagnent la musique de la bulle sonore.

Amazon: 500 000 emplois

Amazon, c’est aussi des emplois. 540 000 dans le monde. C’est le 2e plus gros employeur américain. Les magasins Wall Mart en emploient 4 fois plus encore, mais Amazon n’aspire qu’à grossir, et le fait. 77% de salariés en plus entre 2016 et 2017. Mais au final, Amazon, crée-t-il de l’emploi?

Une étude américaine publiée par l’Economy Policy Institute évalue l’impact sur les comtés qui ont accueilli des entrepôts Amazon. Le résultat, c’est que deux ans après avoir ouvert, l’emploi dans la logistique a augmenté de 30%. Mais dans le comté, tout emploi confondu, rien n’a bougé.

On ne sait pas dire la cause de cette stagnation. Les emplois Amazon ne font-ils que compenser les pertes d’emploi ailleurs? Amazon est-il responsable, ou pas?

Il n’y a pas en tout cas d’effet Amazon notable à la hausse. Mais il y a un autre effet. Dans les négociations pour installer son centre logistique ici plutôt que là, Amazon négocie des réductions d’impôts avec les autorités locales.

«Race to the bottom», comme le disait en Anglais à Davos en janvier 2018 Emmanuel Macron, l’effet Amazon, c’est la course en avant vers toujours moins d’impôts, et de recettes publiques.

L’Economy Policy Institute préconise d’investir plutôt dans l’éducation et les infrastructures de transport.

Biosphère en guise de siège

Amazon investit dans la recherche, et aussi dernièrement dans un siège social flambant neuf. Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, veut que les employés de son siège à Seattle retrouvent un contact avec la nature. Il inaugure ce jour ce nouveau siège, où il n’y a pas de bureaux, mais des plantes. 400 espèces venues du monde entier et une voix qui émane d’un cercle juché tout en haut de la plus haute sphère.

Big brother s’appelle ALEXA [soit un assistant personnel dit intelligent, capable d’interaction vocable, de faire des listes de tâches, de régler les alarmes, de donner des informations, capable aussi de contrôler des appareils connectés (aspirateurs, réfrigérateurs, etc.)]…

C’est elle le clou du spectacle, le nouveau produit à vendre.

Le bâtiment a coûté près de 3 milliards et demi de dollars. Celui d’Apple en coûtera semble-t-il 5 milliards. Les GAFA se battent pour la première place, et Amazon a toutes ses chances.

En 2018, l’entreprise pourrait atteindre les 1000 milliards de capitalisation boursière. Elle serait la première entreprise du monde (en valorisation boursière) et plus grosse que 90% des Etats de la planète.

Patron le plus riche du monde… mais économe

Jeff Bezos n’en demeure pas moins un patron économe de ses dépenses… quand il s’agit de ses salariés, agents de maîtrise ou d’exploitation. Cette semaine en France, Amazon a voulu négocier à la baisse la prime de nuit de ses salariés français… 23%, au lieu de 27%. Les syndicats ont refusé.

«Ils nous disent tout le temps qu’il n’y a pas d’argent», Alain Jeault, délégué syndical Amazon. [Il est vrai qu’Amazon annonçait en septembre 2015 un nouveau profil de «collaborateurs» sous le slogan: «Soyez votre propre chef: livrez quand vous voulez.» Tel est le nouveau slogan d’Amazon pour lancer un nouveau type de contrat de travail : le livreur payé à la tâche. Le distributeur sur Internet a annoncé qu’il allait embaucher des employés intermittents pour livrer ses colis. Le nouveau service, baptisé Flex, consiste à proposer de devenir livreur sur ces créneaux de deux, quatre ou huit heures, quitte à reprendre ses activités traditionnelles entre-temps. (Le Monde, 30 septembre 2015)]

Ce qui est vrai, c’est que les plus grandes marges, Amazon ne les fait pas dans le e-commerce. Il les fait dans une activité B to B [business to business ou interentreprises, s’adresse aux professionnels et s’oppose au marketing B to C, business to consumers], dans le Cloud. Amazon vend aux entreprises des services web. Et dans ce secteur-là, ô combien stratégique, Amazon Web Services, est loin devant ses concurrents.

Effet trust, cartel, garanti. Pendant que la concentration opère dans les services technologiques aux entreprises, la maison mère aspire à toujours plus de diversification. Cette semaine Amazon a annoncé qu’elle se lançait dans la santé et la protection sociale avec deux autres partenaires financiers. De leurs salariés pour commencer… [trois géants de l’économie américaine – Amazon, JPMorgan et Berkshire Hathaway de Warren Buffett – ont annoncé début février la création de leur propre structure pour assurer la couverture médicale de leurs salariés américains ; l’opération devra être élargie au secteur hospitalier, pharmaceutique, etc. et s’adresser «à tous les Américains» avec un système de santé totalement privé].

Le Welfare State, l’Etat social, c’est bien le prochain secteur à «disrupter»… entre-temps, il y en a d’autres secteurs en cours de «disruption», dont les médias et la banque. (France Culture, 3 février 2018)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Nicaragua: «100 jours de lutte pour la liberté», conférence de presse du 25 juillet

Voir la traduction française de cette conférence de presse publiée sur le site A l'Encontre le 26 juillet 2018

_______

Nicaragua: paysans assassinés par les paramilitaires d'Ortega

Voir l'appel de solidarité internationale publié sur le site A l'Encontre le 18 juillet 2018

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org