mardi
19
février 2019

A l'encontre

La Brèche

Entretien avec Jérôme Lecou, météorologue, conduit par Marie-Noëlle Bertrand

Vents de tous les diables, toits et arbres arrachés, rues inondées… Maria, second ouragan de catégorie 5 à balayer les Caraïbes en quelques jours, s’éloignait de la Guadeloupe, hier, en laissant derrière lui de nouvelles images de territoires dévastés. On s’attendait à des dégâts importants à Basse-Terre et aux Saintes, mais surtout en Dominique, traversée par l’œil du cyclone, puis en République dominicaine Retour avec Jérôme Lecou, météorologue à Météo France, sur le caractère exceptionnel de la situation.

Quelle est la singularité de Maria?

Jérôme Lecou Sa puissance: pour la seconde fois en si peu de temps, nous sommes confrontés à un ouragan de catégorie 5 dans cette zone. C’est une situation inédite. Concernant la Dominique, c’est la première fois depuis 1979 que l’île est frappée par un événement d’une telle intensité. Les cyclones de cette force sont rares à l’est de l’arc des Caraïbes. On les rencontre plutôt à l’ouest: les ouragans naissent au large du Cap-Vert et se renforcent à mesure qu’ils traversent l’Atlantique. C’est en bout de course, en arrivant sur le golfe du Mexique, qu’ils sont les plus puissants. Katrina, Wilma, Rita… la série d’ouragans de catégories 4 et 5 survenue en 2005 a frappé dans cette zone.

Irma, José, Maria… Cette saison cyclonique est donc exceptionnelle?

Jérôme Lecou Absolument. Non pas du fait du nombre d’ouragans observés, mais encore une fois de leur puissance. La rapidité de leur intensification est elle aussi inédite. Irma était passée de catégorie 3 à catégorie 5 en deux jours. Maria, quant à elle, est passée de catégorie 1 à 5 en à peine vingt-quatre heures…

Sait-on expliquer cette série?

Jérôme Lecou Pas totalement. Nous constatons une anomalie de la température de l’eau, plus élevée tout au long de la route de formation des ouragans. Par ailleurs, les vents, sur cette même route, sont très homogènes: on n’observe pas de cisaillements, si bien que les ouragans restent bien formés, compacts, donc plus puissants. Mais le reste demeure énigmatique.

Un lien avec le réchauffement global?

Jérôme Lecou Il est toujours difficile de répondre à cette question. Constater ponctuellement une anomalie des températures de l’eau n’est pas une preuve en soi du réchauffement climatique. Mais on peut inverser la question et se demander ce qui se passerait dans un climat plus chaud. Le fait est que ce que l’on constate aujourd’hui confirme ce qu’envisagent les climatologues: quand les océans se réchauffent, les ouragans sont plus intenses.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org