mercredi
22
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Attentat du 20 juillet 2015

Attentat du 20 juillet 2015

Communiqué de Yeniyol

Plus de trente jeunes révolutionnaires ont perdu la vie suite à un attentat terroriste perpétré par l’organisation djihadiste Daech [acronyme arabe de la formation djihadiste Etat islamique], dans la ville de Suruç, à la frontière de la Syrie [1]. Nous manifestons toutes nos condoléances aux familles, amis et camarades des victimes.

Ce lundi 20 juillet 2015, un groupe de trois cents jeunes s’apprêtait à passer la frontière pour participer à la reconstruction de la ville kurde de Kobané, détruite lors de l’héroïque résistance de la population locale, du PYD (Parti de l’Union démocratique) et des milices des YPG-YPJ (Unités de protection du peuple, YPJ: unités composées de femmes), ainsi que des combattants volontaires venus de toutes parts.

Dans le cadre de la campagne de soutien organisée par la Fédération des Associations de Jeunesses socialistes, dotés de colis de jouets, de produits sanitaires, de pots de peinture, de livres et films, ces jeunes, pour la plupart étudiants, projetaient de contribuer à la reconstruction des bâtiments, d’édifier parcs et crèches pour les enfants, de mettre sur pied une bibliothèque.

Photo prise par les jeunes militants eux-mêmes avant l'explosion

Photo prise par les jeunes militants eux-mêmes avant l’explosion

C’est ce sentiment inébranlable de solidarité internationaliste avec les Kurdes de Kobané qui a constitué la cible de Daech et non pas «La Turquie», comme le prétend le Premier ministre Ahmet Davutoglu. C’est bien sa guerre contre le PYD, face auquel il perd du terrain en Syrie, que l’organisation djihadiste tente d’exporter sur le territoire turc avec cet attentat ignoble, tout comme les explosions lors du meeting du Parti démocratique des peuples (HDP) à Diyarbak?r [le 5 juin 2015, où des milliers de personnes étaient réunies à l’occasion de l’intervention du candidat du HDP: Selahattin Demirtas; la déflagration a fait deux morts et une centaine de blessés].

Mais comment ne pas voir ici les conséquences de la politique étrangère de l’AKP (Parti de la Justice et du Développement), résolu à faire tomber à tout prix le régime de Damas, en soutenant conjoncturellement tel ou tel groupe djihadiste afin d’étendre son hégémonie au Moyen-Orient? Rappelons-nous des camions bourrés d’armes et de missiles s’apprêtant à passer en Syrie sous le contrôle des services de renseignement, des hôpitaux à la disposition des militants blessés de Daech. Rappelons-nous de la réjouissance à peine cachée de Recep Tayyip Erdogan lorsqu’il déclarait que «Kobané est sur le point de tomber». N’était-ce pas Davutoglu qui proclamait, alors qu’il était encore ministre des Affaires étrangère [actuellement Premier ministre], que Daech pourrait être vu comme une structure radicale mais que ce sont «les mécontentements et indignations antérieurs» qui ont provoqué cette «réaction»? Il y a encore un mois la presse de l’AKP annonçait en une, en se référant à des sources militaires que «le PYD est plus dangereux que Daech». Et finalement comment oublier la photographie exposant le sourire confiant de ce terroriste djihadiste lors de son interpellation par la police turque?

Face à la barbarie djihadiste et à ses collaborateurs, nous opposerons le sourire plein d’audace et porteur d’espérance que ces jeunes révolutionnaires, morts sur la route vers Kobané, nous ont légué. C’est en continuant leur combat que nous ferons vivre l’esprit de solidarité qui les animait. Pour le droit à l’autodétermination du peuple kurde! Vive la solidarité internationaliste! Daech Assassin, AKP Collaborateur!

[1] «Un suspect a été identifié. Ses éventuels liens à l’étranger ou en Turquie sont en cours de vérification. La plus forte possibilité est qu’il s’agisse d’un attentat suicide lié à Daech», a déclaré M. Davutoglu, lors d’une conférence de presse à Sanliurfa, ville au sud-est de la Turquie, le 21 juillet 2015. (Rédaction A l’Encontre)

____

Yeniyol. Section turque de la Quatrième Internationale

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org