mercredi
26
juin 2019

A l'encontre

La Brèche

Des policiers en civil empêchent des manifestants de protester contre la détention de deux enseignants. Ankara, septembre 2017

Par Anne Andlauer

Elle préférerait, dit-elle, se tromper de diagnostic. «La Turquie est en dépression», assène pourtant, sûre d’elle, Aylin Nazliaka. Cette élue [membre du CHP, Parti républicain du peuple, qui a organisé la «marche pour la justice» qui s’est terminé le 9 juillet 2017, après 450 km] d’Ankara, figure de l’opposition, a demandé au gouvernement des chiffres sur «l’état mental» de ses concitoyens. Elle en a reçu deux: la consommation d’antidépresseurs a augmenté de 25 % entre 2011 et 2016, et le nombre de consultations pour des problèmes psychologiques a grimpé de 10 % entre 2015 et 2016.

«La répression politique, les attentats à répétition, le chômage en hausse, la précarité qui force une famille sur huit à vivre des aides sociales, les efforts du pouvoir pour uniformiser les modes de vie accablent des millions de Turcs», commente la députée.

Aylin Nazliaka ajoute à cette liste les 53’000 personnes emprisonnées et les 145’000 fonctionnaires limogés sous l’état d’urgence, décrété à la suite du coup d’Etat manqué de juillet 2016, «soit autant de familles bouleversées du jour au lendemain, la plupart sans raison valable».

Après le putsch militaire de 1980, en neuf années de loi martiale, «seulement» 35’000 fonctionnaires avaient été radiés et 52’000 personnes incarcérées, compare encore cette opposante.

«Pas la tête à la fête»

«Disons qu’on n’a pas la tête à la fête, acquiesce un membre du syndicat d’enseignants Egitim-Sen, marqué à gauche. En un an, la presse a rapporté 38 suicides parmi les limogés. C’est un signe des temps, un chiffre à la fois énorme et sous-estimé.» A ses membres qui le demandent, ce syndicat propose l’aide de psychologues. Mehmet Cemil Ozansü, un professeur de droit radié de l’université d’Istanbul, a trouvé un autre remède: «Je suis tombé amoureux juste après mon limogeage, ça aide», sourit-il. Mais il confie avoir passé une bonne partie de 2016 sous antidépresseurs. «Ce qui me frappe, c’est la peur. Avant le putsch manqué, ceux qui critiquaient le pouvoir le faisaient dans leur bureau. Désormais, ils se taisent, même quand la porte est close», raconte Mehmet, qui dit s’être sevré de tous ses psychotropes.

L’an dernier, plus de 45 millions de boîtes d’antidépresseurs ont été vendues en Turquie, 10 millions de plus qu’il y a cinq ans. «Si vous demandez au gouvernement, il vous répondra que c’est dû à l’augmentation du nombre de psychiatres et de centres de soin, et que ces facteurs expliquent également la hausse du nombre de consultations», observe Sibel Çakir, psychiatre à l’hôpital universitaire d’Istanbul.

Cette membre de l’Association des psychiatres de Turquie préfère rester prudente: «On ne peut pas dire que la santé mentale des Turcs ne se dégrade pas de manière générale, c’est même tout à fait possible. Mais pour l’affirmer, il nous faudrait des études épidémiologiques sur plusieurs années.»

Quand les études manquent, il reste l’intuition, les observations d’une professionnelle forcée de constater que les statistiques augmentent vite, et qui voit passer dans son cabinet des centaines de patients. Quand on lui demande son sentiment, Sibel Çakir est moins réservée : «Les pressions politiques et sociales, le climat de conflit permanent, les événements violents et traumatiques tels que les attentats et la tentative de putsch ont certainement détérioré la santé mentale des Turcs», concède-t-elle. «Le manque croissant de tolérance au sein de la société, le rétrécissement des espaces de débat et de créativité… Tout cela, je l’entends et je l’observe chez mes patients.» Certains chroniqueurs turcs, plus catégoriques, parlent déjà pour leur pays d’un «état d’urgence mental». (Article publié dans Le Soir, en date du 6 octobre 2017)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org