jeudi
23
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Quelques chiffres sur «les dépenses de l’Etat»

Publié par Alencontre le 20 - novembre - 2008

Paulon, Bush, Bernanke (patron de la FED): 3,8 trillions de $....

Rédaction A l’Encontre

Sur la base de diverses données officielles américaines, la CNBC a opéré une estimation des dépenses effectuées par le gouvernement américain à diverses «occasions historiques». Les chiffres sont donnés en dollars, en tenant compte de l’inflation. Ils sont donc comparables (actualisés). Avec, certes, les limites de l’exercice: c’est-à-dire la délimitation relativement arbitraire du périmètre des dépenses et de la durée prise en compte.

Le chiffre de 700 milliards – plan de «sauvetage» des banques de l’ex-patron de Goldman Sachs, le secrétaire au Trésor de l’administration G.W.Bush: Henry Paulson – est encore dans toutes les mémoires. Si l’on prend l’ensemble des mesures adoptées pour garantir des prêts, des dépôts, des assurances, etc., en date du 23 octobre 2008, la somme «budgétée» est estimée à 3,8 trillions.

L’importance ressort des comparaisons que l’on peut examiner ci-dessous. Cela indique, à sa manière, «l’ampleur de la crise» actuelle du capitalisme américain, au-delà de la différence des «objets» comparés.

Voici ces quelques chiffres.

1.- L’achat de la Louisiane à la France (1803) – un territoire qui allait alors du Mississippi pour atteindre jusqu’au nord et à l’ouest les actuels états du Montana et du Wyoming et au sud une partie du Texas: 217 milliards.

2.- Entre 1904 et 1914, au prix de milliers de morts (entre autres des travailleurs chinois), la construction du canal de Panama a coûté: 7,9 milliards (actualisés).

3.- Entre 1930 et 1935 a été construit le Hoover Dam (barrage Hoover): la dépense: 782 millions.

4.- Le New Deal de F.D. Roosevelt (1933-1943): 500 milliards de dollars.

5.- La Seconde guerre mondiale (1941-1945): 3,6 trillions de dollars.

6.- Le Plan Marshall (1948-1951) afin de «reconstruire l’Europe» et de la «stabiliser», face à la «menace communiste» et de créer des débouchés pour l’industrie des Etats-Unis: 115,3 milliards.

7.- La Guerre de Corée (1950-1953): 454 milliards ; plus de 2,5 millions de morts.

8.- La «conquête de la lune» (1958-1969): 237 milliards de dollars.

9.- La Guerre du Vietnam (1964-1972): 698 milliards.

10.- Le sauvetage des caisses d’épargnes (savings & loan crisis) entre 1986-1995: 256 milliards de dollars.

11.- La guerre du Golfe (1990-1991) pour «libérer le Koweit occupé par Saddam Hussein»: 98 milliards (payés en partie par l’Arabie Saoudite et autres pays du Golfe).

12.- La «Guerre du Golfe II et la guerre contre la terreur» (2003-2008): 597 milliards (officiellement) ; beaucoup plus selon d’autres estimations.

13.- L’ensemble des dépenses de la Nasa (1958-2008) pour la «conquête de l’espace»: 851 milliards.

Pour faire face à l’éclatement d’une «simple bulle spéculative», la somme engagée dans les dernières semaines est significative d’une «bulle» dans «l’explication» banalisée de la crise présente du capitalisme international.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org