lundi
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Par Keegan O’Brien

Vendredi 20 janvier 2016, Donald Trump prêtera serment en tant que président des Etats-Unis. Un homme qui a encouragé ses partisans à attaquer physiquement des protestataires et qui a fanfaronné sur le fait d’avoir harcelé et agressé sexuellement des femmes occupera bientôt le poste le plus puissant du pays. Des déportations massives [de migrants], des baisses d’impôts pour les riches et les entreprises, un «maintien de l’ordre» raciste et des incarcérations de masse, l’enregistrement obligatoire par le gouvernement de tous les musulmans américains ainsi qu’une attaque en règle contre les soins de santé procréative et le droit à l’avortement constituent autant de promesses de l’administration Trump à venir. Pensez-vous qu’il ne s’agit que de propos en l’air? Observez seulement le cabinet de Trump, une parade de néandertaliens de droite, de fondamentalistes chrétiens, de nationalistes blancs qui travailleront main dans la main avec un Congrès contrôlé par le Parti républicain.

Le message qui se fait le plus entendre de la part du Parti démocrate, y compris du président Obama et de l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton, est malheureusement un message appelant à la coopération avec Trump et son administration. Avec quoi s’agit-il de coopérer? Avec sa promesse de déporter trois millions de travailleurs sans papier? Avec son engagement de renverser la décision de la Cour suprême de 1973 dans l’affaire Roe versus Wade instaurant un droit à l’avortement? Avec ses attaques contre les syndicats et les divers programmes sociaux? Aussi frustrante que soit la réponse du Parti démocrate, toute considération sérieuse des huit dernières années montre le rôle qu’ils ont joué en jetant les bases de l’accession de Trump au pouvoir.

Au cours des huit dernières années, l’administration Obama et le Parti démocrate se sont révélés être le parti du sauvetage de Wall Street; de l’austérité néolibérale et des coupes budgétaires; des déportations de masse et de la militarisation des frontières; d’un pouvoir accru de la police ainsi que du refus général d’entreprendre quoi que ce soit pour faire sérieusement face à la crise sociale que traversaient la classe laborieuse et les pauvres. Les politiques menées par Obama ont mis en place la machinerie que l’administration Trump étendra et intensifiera. Clinton a, en outre, mené une campagne sous le couvert du slogan «L’Amérique est déjà grande» au moment même où la plupart des Américains souffraient sérieusement. Dans ce contexte, Trump a été en mesure de vendre la plus grande des escroqueries, celle selon laquelle il était une alternative au statu quo, qu’il se lèverait et combattrait pour les petites gens. Cela ne se produira toutefois pas.

Les partisans de Trump ne sont pas en majorité. Seulement 25% des électeurs potentiels l’ont soutenu. L’immense majorité des gens sont opposés à son message empli de fanatisme et de haine. Il a perdu le vote populaire de près de trois millions de voix [le système électoral américain, héritier d’un compromis institutionnel avec le Sud esclavagiste lors de la fondation du pays, ne fait pas nécessairement accéder à la présidence le candidat qui reçoit le plus grand nombre de voix, mais celui qui dispose du plus grand nombre de votes des grands électeurs].

Aussi terrifiantes que puissent sembler les quatre prochaines années, ce qui se passera pendant cette période n’a rien d’inévitable si une majorité de gens s’opposent à Trump et à son agenda de haine, s’organisent et ripostent.

L’extrême droite se trouve enhardie par l’élection de Trump et le pays est encore plus profondément bipolarisé, mais l’Amérique ne tourne pas à droite. Les idées de gauche et les mouvements de protestation croissent également. Il y a moins d’un an, 12 millions de personnes ont voté pour un socialiste lorsque Bernie Sanders a été proche de remporter les primaires démocrates à la candidature présidentielle. Immédiatement après l’élection de Trump, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes et des campus à travers le pays pour protester.

Notre camp est majoritaire, nous avons la capacité de stopper l’agenda de Trump, mais cela exige que nous soyons organisés et que nous ripostions, de la même façon que les millions de personnes qui sont descendus dans les rues de Corée du Sud pendant plusieurs jours et qui sont parvenus à contraindre la nouvelle présidente de droite à démissionner.

Nous ne parviendrons pas à empêcher que Trump devienne président, mais nous pouvons bâtir un mouvement de masse qui s’oppose à chaque mesure qu’il prendra. Cela débute le 20 janvier, le jour de l’inauguration, et cela se poursuit le 21 avec la Marche des femmes sur Washington. Les activistes se mobilisent, se dirigeant vers le Départment of Columbia [siège de la capitale] et organisent des protestations locales. Montez dans les bus, parlez-en à vos ami·e·s et rejoignez-nous! La résistance débute maintenant et nous avons besoin de vous. (Point de vue publié le 17 janvier 2016 sur le site Rainbow Times; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org