Etats-Unis. La police arrête des migrant·e·s lors des manifestations: à la la clé leur expulsion

Par Hannah Critchfield

Jesus Manuel Orona Prieto était en ville à Phoenix, en Arizona, alors que les manifestant·e·s descendaient dans la rue dans la nuit du 30 mai pour dénoncer les meurtres de George Floyd et d’autres Noirs par la police dans tout le pays. Mais il ne protestait pas, selon sa petite amie, Corina Paez. Ils avaient un rendez-vous.

Jesus Manuel Orona Prieto, 26 ans, cherchait la sécurité, a déclaré Corina Paez. Ayant fui les menaces de mort d’un gang dans son État natal de Chihuahua, au Mexique, il n’avait pas besoin de problèmes supplémentaires. Il a pris place sur le siège passager cette nuit-là, comme toujours, et a veillé à ce que les ceintures de sécurité soient bouclées et les limitations de vitesse respectées.

Mais cela n’avait pas d’importance pour la police de Phoenix, qui a mis la main sur Jesus Manuel Orona Prieto lors d’une vague d’arrestations massives cette nuit-là et l’a giflé en l’accusant d’émeutes. En moins de 24 heures, il a été placé sous la garde des services de l’immigration et des douanes (Immigration and Customs Enforcement – ICE).

Jesus Manuel Orona Prieto est l’une des quatre personnes sans papiers qui ont été remises à l’ICE après leur arrestation samedi dernier (6 juin 2020). Les trois autres sont arrivés aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants et bénéficient d’un statut d’immigration protégé dans le cadre du programme d’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA – instauré de 2012). En raison des nouvelles arrestations, ils risquent de perdre leur statut DACA et pourraient être expulsés.

Jesus Manuel Orona Prieto, qui ne bénéficie pas de la protection de la DACA, est sur le point de faire l’objet d’une procédure d’expulsion. Il attend actuellement son sort dans un centre de détention de l’ICE dans le sud de l’Arizona qui subit une épidémie de Covid-19. Selon Corina Paez – qui a été arrêtée avec lui – le couple a été arrêté alors qu’il rentrait chez lui après avoir dîné en ville. La police de Phoenix dit qu’il a été arrêté en relation avec la manifestation.

«Ils ne nous ont rien dit. Ils nous ont juste dit de sortir de la voiture», a déclaré Corina Paez. «Ils nous ont menottés et ne nous ont pas lu nos droits. Je ne savais même pas qu’il y avait une manifestation, et tout à coup, on nous arrête sans raison – parce que nous sommes en ville au mauvais moment, le mauvais jour?»

***

La police de Phoenix a arrêté 114 personnes au total en rapport avec les manifestations, dans ce que l’American Civil Liberties Union de l’Arizona a appelé une violation «massive des droits civils». Au cours des deux jours suivants, les juges de la Cour supérieure du comté de Maricopa ont ordonné à plusieurs reprises la libération de nombreux manifestant·e·s – et de ceux qui étaient pris dans la mêlée – après avoir constaté que la police les avait arrêtés sans motif valable.

Le département de police de Phoenix a admis que les quatre sans-papiers avaient été accusés à tort lorsqu’ils ont été placés dans la prison centrale.

«Nous avons appris qu’au début, il y a eu une certaine confusion dans le processus administratif», a déclaré Mercedes Fortune, porte-parole du département de police de Phoenix. «A l’origine, les documents liés aux arrestations [des individus] indiquaient que le chef d’accusation pour lequel ils avaient été arrêtés était un crime de classe 5 [susceptible d’une incarcération de deux ans en Arizona]. L’accusation correcte aurait dû être un délit de classe 1 [six mois de prison] pour rassemblement illégal. Ces corrections ont été faites.»

Néanmoins, les arrestations ont mis en route le fameux système d’arrestations et de déportations de l’Arizona. Les accusations erronées de crime ont presque certainement attiré l’attention de l’ICE.

«C’est un excellent exemple de la raison pour laquelle les forces de l’ordre locales ne devraient pas avoir d’interaction avec l’ICE – parce que les flics font des erreurs», a déclaré Ray Ybarra Maldonado, un avocat représentant l’un des bénéficiaires du DACA. «Ils font des erreurs tout le temps. Et une erreur d’un policier ne devrait pas entraîner une procédure d’expulsion.»

***

La semaine dernière, les sans-papiers ont été exposés à des risques supplémentaires. Beaucoup avaient déjà participé à des manifestations, mais peu d’entre eux s’attendaient à des arrestations aussi massives.

«Nous savions que la police de Phoenix allait réagir violemment, ne serait-ce qu’en raison de la longue période pendant laquelle nous avons fait ce travail», a déclaré Sandra Solis, organisatrice communautaire du Puente Human Rights Movement, une organisation locale de défense des migrants. «Bien que nous ayons constaté un usage excessif de la force non létale de leur part, nous ne les avons jamais vus monter dans des voitures pour attraper les gens et les poursuivre dans les quartiers pour les arrêter.»

Le 30 mai a été la troisième nuit de manifestations contre la brutalité policière et pour la vie des Noirs dans la plus grande ville d’Arizona. Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le centre-ville de Phoenix pour ce qui a commencé comme une manifestation pacifique, condamnant la mort de Dion Johnson [tué le 25 mai 2020], Breonna Taylor, George Floyd, Tony McDade [tué le 27 mai 2020], et d’autres personnes qui ont été tuées par les forces de l’ordre.

Il n’y avait pas de couvre-feu cette nuit-là, mais la police a déclaré que la manifestation était un rassemblement illégal vers 22h30. Des policiers en tenue antiémeute ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les manifestant·e·s. Puis les arrestations massives ont commencé.

Máxima Guerrero, organisatrice communautaire de longue date du Puente Human Rights Movement, agissait en tant qu’observatrice légale des manifestations lorsqu’elle a été arrêtée. Carlos Garcia, membre du Conseil de Phoenix, a déclaré qu’elle avait appelé son bureau depuis la prison dimanche et avoir dit qu’elle quittait la manifestation dans sa voiture lorsque la police de Phoenix l’a arrêtée.

Corina Paez a déclaré qu’elle et Jesus Manuel Orona Prieto étaient séparés au moment de leur arrestation. La police s’est approchée de leur voiture à un feu rouge et leur a ordonné de quitter le véhicule. Elle ne l’a pas revu depuis.

On ne sait pas quand les deux autres bénéficiaires du DACA, Roberto Cortes et Johan Montes-Cuevas, ont été arrêtés. Mais ils ont tous été amenés à la prison centrale pour être enregistrés, où ils ont été contrôlés par l’ICE.

Malgré l’éviction en 2016 du célèbre shérif anti-immigration Joe Arpaio, l’actuel shérif du comté de Maricopa, le démocrate Paul Penzone, continue d’autoriser l’ICE à opérer dans les prisons du comté. Les agents de l’immigration contrôlent ainsi chaque personne arrêtée et enregistrée dans un établissement local. Lorsqu’une personne sans papiers est libérée par le shérif, l’ICE l’attend souvent.

C’était le cas de Máxima Guerrero et des autres: elle a été libérée d’une prison du centre-ville vers 2h15 du matin lundi, selon les dossiers du bureau du shérif, pour être ensuite récupérée par l’ICE lorsqu’elle est sortie. Elle a ensuite été transférée dans un établissement local de l’ICE.

Son arrestation et sa détention ont suscité un tollé général, les organisateurs locaux ayant incité la communauté à appeler, envoyer des courriels et des tweets aux responsables locaux pour obtenir sa libération.

«Tout le monde a le droit de se réunir pacifiquement et d’exprimer ses opinions, qu’ils soient sans papiers ou avec des papiers», a déclaré Sandra Solis du Puente Human Rights Movement. «Les communautés d’immigré·e·s, qui sont constamment profilées, n’ont peut-être pas exactement le même combat que les Afro-Américains, mais elles sont capables de comprendre ce que peut signifier le contact avec la police.»

«Il est temps de se battre pour la justice raciale», a ajouté Sandra Solis. «Les gens qui disent que les sans-papiers ne devraient pas protester [à cause du risque] – je pense qu’ils sont très distants de la réalité, à titre personnel.»

Plus tard ce même lundi matin, alors que le cas de Maxima Guerrero attirait l’attention nationale, les responsables de l’ICE la laissèrent partir. Elle a été accueillie par une foule d’environ 40 partisans devant le bâtiment fédéral de l’immigration.

Les deux autres «Dreamers» (rêveurs), comme on appelle souvent les bénéficiaires du DACA, ont également été libérés de la garde de l’ICE lundi.

***

Les arrestations exposent toujours Maxima Guerrero et les autres à une possible expulsion.

Selon Yasmeen Pitts O’Keefe, porte-parole de l’ICE, les trois «Dreamers» ont signé des documents par lesquels ils s’engagent à se présenter à de futures audiences du tribunal de l’immigration; leurs affaires «restent en suspens», a-t-elle déclaré.

«Ils ont tous un bracelet électronique à la cheville, ils doivent tous retourner à l’ICE – ils sont à peu près dans la même situation où l’expulsion est un grand risque», a déclaré Ybarra Maldonado, l’avocate de Guerrero, notant qu’elle et Cortes Mondragon ont déjà reçu les dates des procédures d’expulsion. «Nous devons être très clairs à ce sujet: c’est une victoire temporaire. Ils ne sont pas en détention, mais c’est loin d’être fini.»

Les «Dreamers» ne peuvent pas être expulsés à moins que les services de la citoyenneté et de l’immigration ne décident de leur retirer leur statut de DACA. Mais l’ICE peut demander son retrait dans le cadre de la procédure d’expulsion, et «l’USCIS (Services de citoyenneté et d’immigration des Etats-Unis) peut toujours mettre fin à votre DACA, même si vous n’êtes pas disqualifié, pour des “raisons discrétionnaires” – y compris des arrestations ou des accusations», a déclaré Katrina Eiland, avocat principal du projet de l’ACLU (American Civil Liberties Union) sur les droits des immigrants.

«Le programme DACA n’a pas été conçu pour que l’USCIS puisse licencier quelqu’un pour une infraction de bas niveau, mais cela s’est produit dans un certain nombre de cas», a-t-elle ajouté.

Jesus Manuel Orona Prieto a déjà été expulsée et ses chances de pouvoir rester dans le pays ne sont pas très bonnes. Il attend maintenant son audience d’expulsion au centre correctionnel de Florence, une prison privée gérée par CoreCivic. Cet établissement accueille des détenus immigrés pour le compte de l’ICE et connaît actuellement une épidémie de Covid-19, avec cinq cas actifs et 15 cas confirmés de prisonniers et de personnel à ce jour.

Sa petite amie, Corina Paez, lui a parlé pour la première fois mercredi. Elle lui a annoncé la nouvelle en pleurant: elle était enceinte, mais a fait une fausse couche lundi, peu après sa sortie de la prison locale. «On aurait dit qu’il allait pleurer», a déclaré Paez. Je lui ai dit: «Garde la tête haute». On est toujours ensemble, on va faire ça ensemble.»

Jesus Manuel Orona Prieto n’a pas d’avocat, selon Corina Paez. Elle essaie de trouver de l’argent pour son soutien juridique, bien qu’elle dise que c’est difficile – elle a perdu son emploi dans un magasin de photo local après l’arrestation.

«Il n’a pas de famille dans le pays», a déclaré Corina Paez. «Je suis la seule qui soit là pour lui.» (Article publié par The Intercept, le 8 juin 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*