mercredi
16
juillet 2019

A l'encontre

La Brèche

Les corps de Oscar Alberto Martinez Ramírez et de sa fille âgée
de 23 mois, Valeria, trouvés lundi sur les rives du Rio Grande
(Julia Duc/Associated Press)

Par Azam Ahmed et Kirk Semple

Mexico City – Le père et la fille face contre terre dans l’eau boueuse le long des rives du Rio Grande, sa petite tête cachée dans son t-shirt, un bras passé autour du cou de son père.

Ce portrait du désespoir a été réalisé lundi par la journaliste Julia Le Duc, dans les heures qui ont suivi la mort d’Oscar Alberto Martínez Ramírez et de sa fille Valeria, 23 mois, qui tentaient de passer du Mexique aux Etats-Unis.

L’image représente une expression poignante du périlleux voyage auquel sont confrontés les migrants lors de leur passage vers le nord des Etats-Unis, et les conséquences tragiques qui passent souvent inaperçues dans le débat bruyant et amer sur la politique frontalière.

Cette image a rappelé d’autres photos puissantes et parfois inquiétantes qui ont attiré l’attention du public sur les horreurs de la guerre et les vives souffrances des réfugié·e·s et des migrant·e·s – des histoires personnelles qui sont souvent occultées par des événements plus importants.

Comme la photo emblématique d’un enfant syrien en sang arrachée des décombres d’Alep après une attaque aérienne ou la photo prise en 1993 d’un tout-petit affamé et d’un vautour au Soudan, l’image d’un père seul et de sa petite fille échoués sur la rive du Rio Grande a la force de remuer la conscience publique.

Tandis que la photo envahissait les médias sociaux mardi, les démocrates à la Chambre se dirigeaient vers l’approbation d’un projet de loi d’urgence de 4,5 milliards de dollars sur l’aide humanitaire pour régler le problème des migrants à la frontière.

Le représentant Joaquin Castro, démocrate du Texas et président du caucus hispanique, a été visiblement ému lorsqu’il a discuté de la photo à Washington. Il a dit qu’il espérait que cela ferait une différence entre les élus et le grand public américain.

«C’est très difficile de regarder cette photo», a dit M. Castro. «C’est notre version de la photo syrienne du garçon de 3 ans mort sur la plage. C’est ce que c’est.»

La jeune famille du Salvador – M. Martínez, 25 ans, Valeria et sa mère, Tania Vanessa Ávalos – est arrivée le week-end dernier dans la ville frontalière de Matamoros, au Mexique, espérant demander l’asile aux Etats-Unis.

Mais le pont international a été fermé jusqu’à lundi, leur ont dit les fonctionnaires, et comme ils marchaient le long des rives de la rivière, il semblait possible de traverser le fleuve.

La famille est partie ensemble vers le milieu de l’après-midi du dimanche. M. Martínez a nagé avec Valeria sur le dos, caché sous sa chemise. Mme Ávalos a suivi, sur le dos d’un ami de la famille, comme elle l’a dit à des représentants du gouvernement.

Mais alors que M. Martínez s’approchait de l’autre rive, portant Valeria, Mme Ávalos pouvait voir qu’il était fatigué car le courant était plus fort. Elle a décidé de retourner sur la rive mexicaine à la nage.

De retour du côté mexicain, elle se retourna et vit son mari et sa fille, près de la rive américaine, s’enfoncer dans la rivière et se faire emporter.

Lundi, leurs corps ont été récupérés par les autorités mexicaines à quelques centaines de mètres de l’endroit où ils ont été emportés, attachés dans la même étreinte bouleversante.

«Il est très regrettable que cela se produise», a déclaré le président mexicain Andrés Manuel López Obrador lors d’une conférence de presse mardi. Mais à mesure que de plus en plus de migrant·e·s sont refoulés par les Etats-Unis, a-t-il dit, «il y a des gens qui perdent la vie dans le désert ou en traversant le Rio Grande».

Les dernières semaines ont mis en lumière les dangers le long de la frontière, mais aucun n’est aussi évident que la mort de M. Martínez et de Valeria.

Dimanche, deux bébés, un enfant et une femme, ont été retrouvés morts dans la vallée du Rio Grande, en proie à une chaleur torride. Un tout-petit indien a été retrouvé mort en Arizona au début du mois.

Et trois enfants et un adulte du Honduras ont péri lorsque leur radeau s’est renversé il y a deux mois en traversant le Rio Grande.

La dissuasion a été une stratégie privilégiée par les responsables américains cherchant à endiguer la marée migratoire, avant même l’arrivée au pouvoir du président Trump.

En 2014, le président Barack Obama a fait pression sur le Mexique pour qu’il en fasse plus après que des dizaines de milliers d’enfants non accompagnés se sont présentés le long de la frontière sud à la recherche d’êtres chers aux Etats-Unis.

Au Mexique, les détentions se sont multipliées dans le cadre du Plan pour la frontière sud.

Mais M. Trump, depuis le début de sa campagne électorale, a fait de la répression de l’immigration illégale un élément central de sa présidence.

Son administration a tenté de criminaliser ceux qui entrent illégalement aux Etats-Unis, a séparé leurs parents de leurs enfants et a considérablement ralenti la capacité des migrants à demander l’asile aux Etats-Unis.

Plus récemment, son administration a imposé un plan pour renvoyer des milliers de demandeurs d’asile au Mexique en attendant leur procédure de demande d’asile.

Sous la pression soutenue de M. Trump, le Mexique a intensifié ces derniers mois son propre contrôle des migrations.

Cet effort s’est accéléré au cours des deux dernières semaines dans le cadre d’un accord que l’administration López Obrador a conclu avec Washington pour contrecarrer des taxes sur les exportations potentiellement paralysantes.

Lundi, le gouvernement mexicain avait déployé plus de 20’000 membres des forces de sécurité aux frontières sud et nord pour tenter d’empêcher le passage des sans-papiers vers les Etats-Unis, ont indiqué des responsables.

Mais les experts des droits de l’homme, les défenseurs des immigrants et les analystes de la sécurité ont averti que la mobilisation pourrait pousser les migrants à emprunter des routes plus dangereuses pour se rendre aux Etats-Unis.

Malgré toutes les politiques dures, des centaines de milliers de migrants continuent de s’embarquer dans le dangereux voyage vers les Etats-Unis en provenance d’Amérique centrale et d’ailleurs.

Mais pour chaque migrant qui choisit de faire le voyage, que ce soit à pied, entassé dans des camions ou sur le toit des trains, la peur de ce qui se cache derrière lui (dans son pays) l’emporte sur celle qui se trouve devant.

Certains fuient des gangs qui paralysent la région et tuent sans raison. D’autres cherchent une bouée de sauvetage économique.

C’est le cas de M. Martínez et de son épouse qui ont quitté le Salvador au début du mois d’avril avec l’intention de repartir à zéro aux Etats-Unis, selon Jorge Beltran, un journaliste du Diario de Hoy au Salvador qui a interviewé certains membres de la famille du couple.

«Ils sont partis pour le rêve américain», a déclaré Wendy Joanna Martínez de Romero, depuis chez elle, au Salvador.

M. Martínez a quitté son emploi chez Papa John’s, où il gagnait environ 350 dollars par mois. A ce moment-là, sa femme avait déjà quitté son emploi de caissière dans un restaurant chinois pour s’occuper de leur fille.

Le couple vivait avec la mère de M. Martínez dans la communauté d’Altavista, un vaste complexe de petites maisons en béton à l’est de San Salvador, selon M. Beltran.

Bien qu’Altavista soit sous le contrôle de gangs, le couple ne fuyait pas la violence, lui a dit Rosa Ramírez, la mère de M. Martínez. Il était simplement devenu impossible de survivre en famille avec 10 dollars par jour.

En effet, des membres de la famille ont lancé un appel au public mardi, demandant de l’argent pour aider à rapatrier les corps de M. Martínez et de Valeria. On s’attendait à ce que le coût soit d’environ 8000 dollars – une somme inimaginable à réunir pour les parents.

Quelques heures plus tard, le gouvernement salvadorien a accepté de couvrir les coûts. (Article publié dans le New York Times en date du 25 juin 2019; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org