lundi
20
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Québec: entretien avec deux animateurs de la CLASSE

Publié par Alencontre le 17 - juin - 2012

Nous publions ici une traduction d’un entretien avec deux animateurs de la CLASSE (Coalition large de l’association pour une solidarité syndicale étudiante), Guillaume Vézina et Guillaume Legault. Cet entretien a été publié par des militants socialistes des Etats-Unis. La CLASSE (http://www.bloquonslahausse.com) est l’organisation fer de lance du mouvement étudiant actif au Québec depuis le mois de février.

Quels sont les enjeux de la lutte?

G. Vézina: Nous luttons contre la hausse des frais d’études qui nous est imposée par le gouvernement de Jean Charest [premier ministre de la région autonome du Québec]. La CLASSE, notre syndicat, a été fondée sur l’idée que l’éducation devrait être gratuite ainsi qu’un droit social. Lorsque Charest a proposé une augmentation des frais, nous avons déclaré que nous ne l’accepterons pas. C’est là la principale question à l’origine de la grève.

Nous rejetons l’idée selon laquelle les universités ont besoin de demander plus d’argent aux étudiant·e·s. Elles ont augmenté leurs effectifs et cherchent à répondre à leurs besoins budgétaires de cette façon. Nous soulevons cependant des questions plus larges: notamment sur ce que devrait être un système éducatif. Les universités souhaitent que l’éducation ait trait à la recherche et au développement pour Nike [la firme d’équipements de sport] et d’autres entreprises. Nous pensons que l’éducation doit tendre à une amélioration de la société et non à contribuer à la réalisation de profits.

 

 

Les droits de scolarité augmenteront de 325 dollars canadiens par année à compter du trimestre d’automne 2012 et ce pour 5 ans jusqu’en 2016-2017. La facture totale à l’université, incluant les frais institutionnels obligatoires (FIO) passera donc de 2890 $ à 4700 $. Depuis 2077, la facture totale à l’université aura augmenté de 140% en 10 ans.

 

Pourquoi le gouvernement Charest est-il en train de tenter d’imposer une augmentation des frais d’inscription pour l’université?

G. Legault: Le gouvernement a commencé, à partir de 2007, une activité frénétique. Même avant la crise économique qui a débuté en 2008, il a annoncé la mise en place d’un vaste plan d’austérité. Le gouvernement a décidé de baisser considérablement les impôts des entreprises. Il a même aboli à partir de 2007 le dernier impôt sur le capital.

Le gouvernement a déclaré: «Nous n’avons pas suffisamment d’argent. Nous devons augmenter le coût de l’accès aux services publics afin d’équilibrer notre budget.» Vous connaissez cette mélodie, c’est toujours et partout la même. Il a introduit des petits frais d’accès pour chaque service. Dans le domaine des soins, le gouvernement a introduit une franchise (un ticket modérateur) pour acheter certains médicaments. Il en a été de même pour de nombreux autres services. La résistance des syndicats et d’autres organisations a débuté, face à cette situation, en 2010.

Nous savions que l’éducation serait la prochaine étape. Dès lors, lorsque le gouvernement a proposé en 2010 cette augmentation des frais d’accès aux études, nous nous sommes dits: «Eh! Que va-t-il se passer? Qu’allons-nous faire contre cela?»

A cette époque, ASSÉ [Association pour une solidarité syndicale étudiante], qui est à l’origine de la formation de la CLASSE, venait de décider que nous allions tenter de lancer une grande campagne d’information destinée à tous ceux et celles qui étaient concerné·e·s par l’augmentation des taxes et autres impôts.

Il était à ce moment clair pour l’ASSE que rien ne pourrait arrêter le gouvernement à moins d’une grève générale. Tout le monde nous regardait alors en disant: «Pfff, regardez tous ces rêveurs qui veulent partir en grève.» Personne ne pensait que nous serions capables d’arriver à mettre 150’000 personnes en grève.

Au cours des deux premiers mois difficiles de la grève générale [étudiante], de nombreuses manifestations et actions directes étaient déjà organisées. Nous avons alors organisé une immense manifestation à Montréal. Une manifestation qui unissait les voix de plus de 200’000 personnes. Lors de cet événement, le 22 mars 2012, nous avons eu plus de 320’000 personnes en grève d’une journée. C’était juste – je vais utiliser un gros mot – une putain de journée! Nous avons vu les sections des associations étudiantes se mettre en mouvement, l’une après l’autre. La liste des associations étudiantes appelant à la grève commençait à devenir très longue!

Peut-être avons-nous été très ambitieux, mais je pense que les luttes actuelles ne font que confirmer que tout est possible. Les masses de gens se déplacent en ce moment encore plus à gauche que nous. Nous n’avons plus le «contrôle» sur ce qui se passe. C’est une chose magnifique!

Il suffit de songer à la manifestation du 22 mai. Cela a été l’une des plus grandes manifestations de l’histoire canadienne. Nous étions vraiment surpris par sa taille, ne serait-ce que parce que la grève devenait vraiment, vraiment longue.

Le gouvernement vient juste de passer en mode d’attaque. Il a systématiquement tenté de nous abattre avec la Loi 78 qui fondamentalement criminalise toute organisation de protestation. Cette loi a cependant offensé les gens et répandu la lutte. Tout le monde l’a exprimé le 22 mai. Le gouvernement a donc créé un monstre constitué de nouveaux militants déterminés qui vont le hanter pour au moins les deux prochaines décennies.

Qu’est-ce que cette Loi 78 et quelle a été votre réponse à celle-ci?

G. Vézina: La loi contient de nombreuses dispositions. Premièrement, elle suspend le semestre jusqu’au mois d’août. Toutes les universités sont donc pratiquement fermées, qu’elles soient en grève ou non. Cela afin d’essayer de paralyser la grève [à l’instar d’un lock-out patronal].

Deuxièmement, la loi donne aux flics le droit d’interdire une manifestation de 50 personnes ou plus si les organisateurs n’indiquent pas à l’avance aux autorités l’heure, la date, la durée et le parcours de la manifestation. Les flics peuvent même modifier le parcours si celui-ci rompt la «paix sociale». Cela veut dire que si nous organisons par exemple une manifestation contre le Premier ministre qui se trouve à un endroit précis, ils peuvent nous répondre: «allez manifester dans une autre ville, un autre jour.» C’est absurde!

Cette loi ne touche pas seulement les étudiant·e·s. Elle touche tout le monde, y compris les syndicats traditionnels. Elle permet de même de suspendre la perception automatique des cotisations syndicales si les gens violent cette loi.

G. Legault: Cette loi offre un chèque en blanc à la police afin qu’elle pourchasse les activistes. La CLASSE a cependant annoncé qu’elle ne respecterait pas cette loi. En le faisant, nous nous exposons à d’importantes amendes.

G. Vézina: Malgré ces intimidations, je pense que cette loi a des effets inverses à ceux recherchés. Vous pouvez le voir lors de la manifestation du 22 mai. Certaines organisations étudiantes ont donné aux autorités un parcours autorisé que presque tout le monde ne voulait pas. Il a été demandé aux manifestant·e·s s’ils souhaitaient suivre le parcours autorisé ou plutôt un autre, donc illégal.

Tout le monde, toute la manifestation a choisi pour le parcours illégal. L’ensemble de la manifestation, avec des dizaines de milliers de participant·e·s, était illégale. C’est là le plus grand acte de désobéissance civile jamais vu au Québec depuis 40 ans.

G. Legault: Depuis que la loi a été adoptée, et particulièrement depuis le 22 mai, les gens manifestent chaque nuit, en frappant sur des casseroles. Les gens se réunissent chaque nuit, volontairement. Il n’y a pas d’organisation, de porte-parole, de système de sonorisation, ni de service d’ordre. Les gens se rassemblent simplement dans un parc et organisent une manifestation chaque nuit. On compte chaque nuit entre 2000 et 100’000 personnes dans les rues, si vous additionnez toutes les petites manifestations qui ont lieu dans de nombreuses villes et villages de tout le Québec.

G. Vézina: La plus grande manifestation de l’année dernière s’est déroulée le 31 mars. C’était le plus grand événement de la campagne de l’année dernière – j’ai été arrêté à ce moment-là – et il y avait entre 5000 et 10’000 personnes dans les rues. C’était une grande manifestation, nous en étions fiers. Cela se passe maintenant chaque nuit. Les gens défient la loi et manifestent leur opposition au gouvernement.

Quelle est la force de la grève au Québec?

 G. Vézina: Cela varie selon les campus. Sur certains campus, la grève est très forte, sur d’autres elle l’est nettement moins. Cela dépend de la manière dont les étudiant·e·s sont effectivement organisé·e·s. Sur les campus où la grève est forte, ils/elles comprennent les enjeux de la question: ils/elles ne font pas grève pour des concessions insignifiantes, ils/elles luttent pour leurs droits. C’est pourquoi ils/elles réellement veulent, après avoir été aussi longtemps en grève, la satisfaction de leurs droits.

G. Legault: Il y a plus de 160’000 personnes qui sont en grève générale pour différentes raisons. Sur ce chiffre, plus de 100’000 luttent pour des revendications plus radicales. Certains sont en grève jusqu’à ce que nous obtenions une offre raisonnable du gouvernement; d’autres jusqu’à ce que nous revenions au niveau des taxes scolaires de 2007; d’autres encore jusqu’à ce que nous obtenions la gratuité des études. Et il y a même un campus qui a récemment d’être en grève jusqu’à la révolution sociale, même si celle-ci ne fait pas partie de la plate-forme de la CLASSE…

Ces 100’000 grévistes ne vont pas cesser la grève tant que nous n’obtiendrons pas une offre raisonnable au moins au sujet des taxes d’études.

Jusqu’à aujourd’hui nous n’avons pas obtenu une seule offre du gouvernement au sujet des frais d’inscription. C’est étonnant parce qu’il perd plus d’argent qu’il n’en aurait obtenu de l’augmentation. Le gouvernement n’a pas encore cessé de compter combien la grève leur coûte. Cela montre les objectifs politiques et idéologiques réels derrière cette augmentation.

Pourquoi pensez-vous que cette lutte a atteint une telle ampleur en comparaison à d’anciennes luttes étudiantes?

G. Vézina: Je crois que le contexte international permet d’expliquer pourquoi la lutte est si ample. Après la grande grève de 2005, le gouvernement est revenu à l’attaque en 2007. Ils ont mis en œuvre une augmentation de 100 dollars [93 CHF] chaque année sur cinq ans. La mobilisation s’est essoufflée et rien ne s’est passé. Le printemps arabe nous a inspirés en 2011.

G. Legault: Le mouvement Occupy aux Etats-Unis a, en outre, montré aux gens qu’il était possible de bouger et de contester. Il y a également des raisons spécifiques, propres au Québec. Je pense que l’une des principales différences cette année tient à l’ampleur de la CLASSE et à la place que l’ASSÉ a dans la lutte d’ensemble.

Nous avons mis sur pied une grande équipe de militant·e·s à l’échelle nationale, organisé les campus, jeté les bases d’un travail à la source et organisé des assemblées générales dans le but de préparer à la grève. Nombre d’entre nous ont tiré les leçons des erreurs et des échecs de 2007. Nous avons appris beaucoup de cela.

Lors des activités de préparation à la grève, beaucoup nous ont taquinés en disant que nous étions bien romantiques de penser que nous pourrions faire quelque chose d’aussi grand, ample, durable et dynamique que la grève étudiante de 2005, laquelle était la plus importante de toute l’histoire du Québec. Avec cette lutte, toutefois, je crois que nous avons vraiment dépassé tous les records historiques de l’activisme étudiant.

Comme la CLASSE est-elle organisée et comme diffère-t-elle des deux autres syndicats étudiants, la FEUQ [Fédération étudiante universitaire du Québec] et la FECQ [Fédération étudiante collégiale du Québec]?

G. Legault: Je crois que la principale différence est la démocratie directe. Dans notre organisation, nous ne disons jamais aux gens ce qu’ils doivent faire, nous voulons que les gens nous disent ce que nous devons faire. Nous n’organisons pas l’ensemble d’un campus dans un seul syndicat. Nous organisons nos sections syndicales par faculté, de telle sorte que nous plongeons nos racines aussi profondément que possible, impliquant autant d’étudiant·e·s que possible.

Deux autres différences principales entre les organisations nationales tiennent certainement aux principes et aux actions, ASSÉ et la CLASSE s’affirment comme faisant partie d’un syndicalisme combatif. Ce principe central de notre organisation détermine les actions que nous entreprenons pour nous faire entendre.

Ce type de syndicalisme étudiant fait que nous construisons notre mouvement comme étant complètement indépendant des partis politiques. Une autre idée clé pour nous est que nous avons besoin d’un syndicat combatif fondé sur un rejet complet de la collaboration. Nous sommes également des féministes par principe. Ces principes ont structuré notre lutte. La CLASSE est véritablement un mouvement de base.

Je ne pourrais pas dire cela de la FEUQ ou de la FECQ. Ces deux fédérations tentent d’avoir un contrôle serré sur ce qui se passe. Avec la croissance de la CLASSE, toutefois, nous avons été à même d’exercer une influence importante sur les autres syndicats étudiants, les poussant à gauche et les insistant à prendre des positions plus combatives. Il s’agit là d’un réel changement comparé au passé.

Comment parvenez-vous à coordonner ce syndicalisme démocratique de base à travers tout le Québec?

 G. Legault: Nous avons un comité de grève de 12 à 20 personnes qui est élu. En plus de celui-ci, nous avons environ 55 militant·e·s qui participent à divers comités organisant différentes activités à travers le Québec. Ces militant·e·s sont très engagé·e·s, risquant leur emploi, prenant du temps sur leur vie familiale et affective. Ils/elles se déplacent à travers tout le Québec afin de faire en sorte de maintenir le dynamisme de la grève et pour aider les gens à organiser des actions. 

La CLASSE a-t-elle vu son influence s’accroître et s’amplifier comme un résultat de cette grève?

G. Legault: ASSÉ a augmenté en nombre de membres: nous avons passé d’environ 42’500 membres au début de la grève à actuellement 55’000. La CLASSE a crû d’environ 100’000 membres. Cette croissance est due au fait que la CLASSE est le fer de lance de la grève.

En fait, la CLASSE a débuté la grève. Beaucoup de gens se sont tournés vers nous en pensant: «Ok, ils sont en train de se battre. Ils mènent la grève, ils mènent la lutte, pourquoi ne les rejoindrai-je pas?» Je crois que c’est à peu près cela qui est à l’origine de cette grande croissance de l’ASSÉ. Nous avons complètement pris la tête du mouvement.

Comment collaborez-vous avec les autres syndicats étudiants?

G. Vézina: Au commencement de la lutte, il y avait de grandes tensions entre les différentes organisations. Les deux autres syndicats étaient intimidés par Charest et n’étaient pas très aimables avec la CLASSE et notre principe de syndicalisme combatif. Nous n’avons donc pas beaucoup collaboré.

Par contre, nous avons travaillé ensemble dans la préparation d’une série de manifestation contre les hausses des taxes. Nous avons ensuite formé un comité de négociation commun qui a décidé de rester ferme sur les points sur lesquels nous sommes parvenus à un accord, comme, par exemple, l’arrêt des hausses.

G. Legault: Nous avons bâti une solidarité sans précédent entre les syndicats étudiants. Celle-ci a été mise à l’épreuve par le gouvernement. Il a tenté d’exclure la CLASSE à trois reprises des négociations. Nous avons toutefois maintenu une forte unité jusqu’à aujourd’hui.

Les autres syndicats n’ont pas été absorbés par des négociations séparées. Nos différences restent toutefois fortes. Il y a une histoire avec les autres organisations nationales. Nous en avons fait l’expérience lors de la grève de 2005 lorsque les autres syndicats ont réalisé des accords séparés. Nous devons prendre en considération cela dans la façon dont nous envisageons et mettons en œuvre notre stratégie politique.

Une division traditionnelle dans le mouvement étudiant au Québec existe entre les campus anglophones et les campus francophone. Etes-vous parvenu à surmonter cette division?

G. Legault: Nous avons réussi à la surmonter, et cela vraiment pour la première fois. Nous avons deux personnes de notre équipe nationale dont la priorité était d’aller à McGill et à Concordia, les deux principaux campus anglophones au Québec, afin de les organiser pour la grève. Cela a merveilleusement marché à Concordia, mais pas à McGill.

Il y a un grand écart culturel entre les syndicats des campus francophones et ceux des campus anglophones. Ils sont organisés d’une façon complètement différente. Ces campus ont de grands syndicats organisés à travers l’ensemble du campus. Dans la plupart des cas, la CLASSE est organisée faculté par faculté. Nous avons beaucoup travaillé pour mettre leurs facultés en grève afin qu’elles rejoignent la CLASSE ou participent à des actions.

Les campus anglophones ont des assemblées générales de l’ensemble du campus, et la plupart utilisent les Robert’s Rules [du titre d’un ouvrage rédigé à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis pour régler l’organisation des débats et des discussions d’assemblées de tout type; cet ouvrage, révisé et republié à de nombreuses reprises, est toujours en usage en Amérique du Nord pour la réglementation des réunions] pour organiser leur fonctionnement.

Ce type d’assemblée n’est pas efficace pour organiser une grève, parce que seule une minorité du campus tend à y participer. Le problème est donc: comment faire en sorte que la grève fonctionne lorsque seule une minorité participant à l’assemblée la vote?

C’est la raison pour laquelle des organisations plus petites implantées dans les facultés sont plus efficaces. Si vous avez, par exemple, une faculté comptant 2000 étudiant·e·s et que, disons, 1200 votent pour la grève, les grévistes seront plus à même de mobiliser et organiser des piquets de grève plus forts et plus importants.

D’un autre côté, si vous avez une assemblée générale d’un campus de 40’000 étudiant·e·s et que 5000 participent et votent la grève – ce qui est en soi assez impressionnant – il reste 35’000 personnes qui ne l’ont pas votée, qui ne pensent rien à son sujet et qui ne savent pas comment elle va être mise en œuvre.

Une autre différence tient sans doute au fait qu’historiquement les campus anglophones réunissaient des populations de milieux plus riches que les campus francophones. L’Université du Québec à Montréal a toujours été l’université des pauvres, le lieu où iraient les premières personnes de chaque famille faisant des études. Cela fait une véritable différence.

Cela a été une bataille d’essayer de surmonter ces différences. Nous sommes toutefois parvenus à ce qu’une solidarité sans précédent se manifeste entre les campus francophone et anglophone, et nous avons la volonté de poursuivre dans cette voie.

Quelle a été la relation entre la grève au Québec et les autres campus du Canada?

 G. Vézina: L’éducation est au Canada de la responsabilité de chaque province. Une décision prise dans une province n’a ainsi pas de grandes conséquences sur d’autres provinces. La solidarité est toutefois toujours la bienvenue. Nous faisons de notre mieux pour la cultiver. Cela ne fait cependant que commencer. Nous commençons à voir des appels pour des casseroles à travers de nombreuses villes du Canada.

La grève étudiante a-t-elle obtenu de la solidarité de la part du mouvement syndical?

G. Legault: Nous avons obtenu un soutien massif. La plupart des syndicats ont voté des résolutions de soutien à notre lutte. Ils ont fait des dons importants. Des militant·e·s des syndicats viennent à chacune de nos manifestations. Nous avons même des syndicats qui financent les bus pour déplacer des personnes d’un endroit à un autre pour tenir des piquets de grève.

G. Vézina: De nombreux enseignant·e·s ainsi que d’autres travailleurs des services publics nous ont rejoints sur nos piquets. L’ensemble du secteur enseignant est en colère contre le gouvernement et véritablement opposé les hausses de taxes ainsi que contre la Loi 78. Ils participent vraiment à la lutte.

Quelle a été la réponse à l’appel émis par la CLASSE pour une grève sociale, une grève générale contre la politique gouvernementale?

G. Vézina: Nous n’avons pas reçu beaucoup de réponses à cet appel parce que les syndicats traditionnels n’ont légalement pas le droit de mener des grèves politiques. S’ils le font, le gouvernement les réprimera et tentera de les détruire. Et les syndicats ont beaucoup à perdre: de l’argent, des bâtiments et bien d’autres choses. C’est la raison pour laquelle ils n’ont pas répondu à notre appel pour une grève sociale.

G. Legault: Pas pour l’instant, mais il y a des dynamiques qui peuvent changer cette situation. En 2010, en raison des attaques brutales de Charest contre les services publics, de nombreux syndicats ont pris formellement position en faveur d’une grève sociale. L’un des trois grands syndicats du Québec, la Confédération des Syndicats Nationaux (CSN), a pris position en faveur d’une grève politique et sociale. Mais ils ne se sont pas engagés pour la réaliser.

L’idée d’une grève sociale est venue de certaines de nos sections syndicales. Mais une grève sociale doit être organisée de façon sérieuse. Nous devons l’élaborer, informer les gens et nous concentrer sur une préparation visant une participation massive.

Nous participons à la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics. Cette coalition va être un acteur majeur dans les discussions relatives à l’organisation d’une grève sociale. Elle peut être capable dans les prochains mois de construire un élan vers une véritable grève sociale contre le gouvernement Charest.

Comment percevez-vous la lutte au Québec par rapport aux luttes qui se déroulent dans le monde contre l’austérité?

G. Legault: Je suis fier de dire que nous sommes l’un des mouvements majeurs en Amérique du Nord en ce moment. Nous n’avions jamais pensé qu’une telle chose puisse arriver ici. Les gens voient cependant ce qui se passe dans le monde, ce qui se passe au Moyen-Orient, ce qui se passe dans le mouvement Occupy. Toutes ces actions ouvrent les esprits de chacun·e en ce qui concerne les problèmes de nos économies, toute cette spéculation financière absurde; et comment nous vivons dans un monde faux, avec des choses fausses et de faux débats. Dans ce système, notre avenir est pris dans un broyeur.

Nous pouvons nous considérer comme partie d’une même lutte mondiale, même si nous ne sommes pas touchés autant ici qu’ailleurs et que le combat n’est pas non plus à une même échelle. Il y a une révolution sociale en Grèce. Ici, nous sommes encore en train de taper sur des casseroles et des poêles. Nous envisageons cependant avec plaisir notre mobilisation actuelle comme le début de quelque chose qui pourrait en quelque sorte grandir.

Vers où la lutte se dirige-t-elle?

G. Legault: A la suite des discussions que nous avons eues lors du Congrès, nous avons décidé de ne pas négocier séparément avec les administrations de chaque campus. Tout le monde était très déterminé à poursuivre la lutte.

Nous pourrions toutefois rencontrer des problèmes à recommencer la lutte en août. Le gouvernement fait le pari qu’il y aura une forte réaction contre nous à l’automne. Mais le gouvernement s’est aussi discrédité avec la répression qu’il a conduite, toutes les arrestations ainsi qu’avec sa stupide loi.

Ils dépensent en réalité bien plus d’argent en suspendant le semestre et avec toute cette activité sécuritaire qu’ils n’auraient gagné avec les hausses des taxes aux études. C’est complètement fou.

Nous devons donc continuer à nous organiser au cours de l’été. Il y a entre 200’000 et 300’000 personnes chaque nuit dans les rues à Montréal au cours de l’été en raison des festivals. C’est une immense opportunité pour nous de diffuser des informations, de distribuer notre journal et de gagner plus encore de personnes notre lutte. L’été sera chaud.

G. Vézina: Nous devons poursuivre la lutte pour arrêter les hausses. Nous devons gagner. Nous n’avons pas le choix. Si nous gagnons, les choses iront mieux dans l’ensemble du Canada et en Amérique du Nord. Si le mouvement étudiant québécois est défait, cela sera pire pour tout le monde. Nous n’avons pas d’autre choix que de vaincre. Dans ce processus, nous donnons naissance à une nouvelle gauche à même de se battre contre le gouvernement sur de nombreuses autres questions. (Traduction par le Cercle La brèche)

____

Cet entretien a été réalisé le 4 juin 2012 par Ashley Smith pour le site SocialistWorkers.org.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org