mardi
20
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Equateur. Lettre ouverte au Président Rafael Correa Delgado

Publié par Alencontre le 21 - décembre - 2014

copenhague_mtiUne lettre à signer

Monsieur le Président,

Les signataires de cette lettre ont appris avec étonnement que le gouvernement équatorien avait décidé de révoquer unilatéralement le contrat de prêt à usage établi en 1991 et concernant l’utilisation de l’immeuble de la Confédération des Nationalités indigènes d’Equateur, la CONAIE. Il nous semble évident que la raison invoquée (l’utilisation de ces locaux pour y installer un centre de réhabilitation de jeunes toxicomanes) n’est pas convaincante: un État comme l’Équateur dispose de nombre de locaux en meilleures conditions et mieux adaptés à cette fin. Cette mesure est injustifiée.

Plus qu’un simple acte de représailles, il s’agit d’un manque de respect envers la mémoire et l’histoire d’une organisation à laquelle l’Équateur doit toute une série de luttes démocratiques et de transformations sociales extraordinairement profondes et positives.

Loin d’être une décision administrative sans arrière-pensée politique, cela nous semble être une manifestation de sectarisme extrêmement préoccupante. Et loin d’être un acte isolé, ce dernier incident couronne une série d’épisodes d’intolérance envers les critiques adressées au gouvernement par une gamme très variée de mouvements sociaux.

Il nous semble que le gouvernement équatorien peut se passer de tels faux pas et perd son autorité morale à travers cette logique de démonstration de force et d’intimidation. Il n’est pas trop tard pour rectifier. Ce serait un acte courageux d’intelligence politique et de générosité de votre part que de donner un signal éminent de reconnaissance de la geste émancipatrice de la plus importante organisation des peuples et des nationalités indigènes de l’Équateur. Les peuples des Amériques et les forces progressistes du monde entier n’ont pas oublié pas cette glorieuse histoire. Vous ne devriez pas non plus l’ignorer.

Sincères salutations,

_____

Prière de signer cette lettre – avec non prénom, mention du pays et, si possible, de l’institution à laquelle ils-elles sont rattaché·e·s – et de l’envoyer aux adresses suivantes, avant mardi 23 décembre à midi (heure de Paris-Genève):

Alessandra Santillana: alesantillana@homail.com

Pablo Ospina: halcon6719@yahoo.es

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org