mercredi
12
décembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Brésil-débat. «Le Trump brésilien»

Publié par Alencontre le 25 - septembre - 2018

Les fils Bolsonaro, de gauche à droite: Eduardo, Flavio et Carlos, tous politiciens. Un peu à l’image «des Trump»

Par Thomaz Manz

Le 7 octobre 2018, 147 millions de Brésiliens et Brésiliennes seront appelés à voter pour le président, les parlementaires (chambre des députés et une partie du sénat) et les gouverneurs des Etats, entre autres. Le vote aura lieu dans une période de turbulences: le pays ne se remet que lentement [ce qui n’est pas évident, même en se limitant au recul du réal face au dollar, il atteint des records depuis 1994] d’une grave crise économique, alors qu’il est confronté à une crise sécuritaire croissante. En lieu et place de la présidente Dilma Rousseff, élue en 2014 et destituée il y a deux ans (août 2016), sous un prétexte fallacieux, son ancien vice-président Michel Temer a gouverné avec un taux d’approbation de seulement 3%, le plus bas de l’histoire du Brésil. L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, qui est extrêmement populaire, a récemment été reconnu coupable de corruption dans un procès controversé. Il est détenu depuis avril. [Le 31 août 2018, le tribunal électoral a interdit sa candidature à la présidence; le 11 septembre 2018, le vice-président du ticket initial de Lula, Fernando Haddad, a pris officiellement sa place].

La confiance du public dans la démocratie a été sérieusement ébranlée par ce bouleversement radical de la politique brésilienne. Seulement 43% de la population préfère encore la démocratie comme forme de gouvernement. Seulement 7% font confiance aux partis politiques, contre 50% qui font confiance aux Forces armées. Les résultats d’un sondage réalisé en mai de cette année sont tout aussi alarmants, montrant que la plupart des Brésiliens considèrent qu’un coup d’État militaire est justifié en réponse à la corruption ou au crime.

En conséquence, le résultat des élections est plus incertain que jamais [1]. Le désenchantement croissant à l’égard de la politique a créé un fort sentiment «anti-système». Nombreux sont ceux qui aspirent à un renouveau politique, surtout avec des «acteurs politiques» nouveaux. «Pour changer le système, il faut changer les gens»: c’est le slogan le plus courant. Aujourd’hui, selon le politologue Sergio Abranches, seuls ceux qui se présentent comme «nouveaux» – et sont perçus comme tels – ont des chances de succès électoral.

Un populisme anti-establishment

Mais ce sentiment «anti-système» est parfaitement utile à l’ancien parachutiste Jair Messias Bolsonaro, un député du passé, sans relief, qui a longtemps été à la marge. Jusqu’à présent, il n’a pas attiré l’attention par son travail parlementaire, mais par ses déclarations agressives, notamment en glorifiant la dernière dictature militaire brésilienne. Son vote lors de la destitution de Dilma Rousseff a provoqué un scandale lorsqu’il l’a dédié à l’un des tortionnaires les plus célèbres de l’époque [Dilma Rousseff fut arrêtée en 1970 et torturée durant 22 jours, puis libéré en 1973]. Près de deux ans auparavant, Bolsonaro avait suscité l’indignation en déclarant qu’il ne violerait pas Maria do Rosário Nunes parce que cela n’en valait pas la peine. [Membre du PT, elle fit partie de la commission connue sous le nom de «Plus jamais» qui devait examiner les crimes de la dictature; elle fut ministre des Droits humains de janvier 2011 à avril 2014; elle mit l’accent contre l’homophobie et contre la loi amnistiant les responsables de la dictature.]

En même temps, Bolsonaro s’en prend aux politiciens corrompus et incompétents et, à l’instar de Donald Trump, qu’il considère comme son modèle, se présente comme la négation de la politique traditionnelle «corrompue» qui exige une «purge générale». Il voit aussi les valeurs de la nation brésilienne et ses fondements chrétiens menacés par ce qu’il appelle un «marxisme culturel». Bolsonaro pense que ce dernier est responsable de l’infiltration idéologique des écoles, subventionnant l’improductivité et l’immaturité par le financement public de programmes sociaux et d’une politique des droits humains qui ne protège que les droits des criminels. Fidèle à son deuxième prénom, «Messias», il se croit le sauveur de la nation brésilienne. Et dans cette mission, il compte sur l’appui des militaires.

Bolsonaro un politicien établi… depuis 27 ans

Si Bolsonaro gagne les élections, il prévoit de mettre en place un cabinet avec de nombreux fonctionnaires qui ont quitté l’armée. Sa logique: si d’autres présidents ont nommé des «guérilleros et terroristes» comme ministres, alors il faut transformer les généraux en ministres [2]. Un tel gouvernement militaire librement élu est, selon Bolsonaro, «le désir de Dieu». Il n’est donc pas surprenant qu’il ait nommé un autre officier à la retraite [depuis avril 2018], le général Hamilton Mourão comme candidat à la vice-présidence. Ce dernier est également un défenseur de la dictature militaire. [Hamilton Mourão a une carrière militaire commencée 1969; il a occupé des postes de responsabilités dans le Commandement militaire du sud, puis dans l’Office du budget militaire, pour terminer].

Pendant ce temps, ce soi-disant étranger à la politique, Bolsonaro, a réussi à «camoufler» le fait qu’il n’est pas un politicien nouveau-né. Il en est actuellement à son septième mandat et siège au parlement depuis 27 ans. Il a changé de parti à plusieurs reprises et, parfois, a été membre de partis qui ont été particulièrement touchés par des scandales de corruption. L’hebdomadaire ISTOÉ le qualifie, avec ironie, de «candidat anti-système qui vient du système».

Malgré cela, Bolsonaro a bien réussi sa transition de simple député sans portefeuille vers les politiciens les plus connus du Brésil, principalement grâce à l’utilisation des réseaux sociaux et à son discours «anti-système». Pendant plusieurs mois, il a été en tête des sondages officiels – du moins, alors que l’ancien président Lula, condamné pour corruption et en prison, est exclu de ces sondages [alors que des enquêtes plaçaient Lula largement en tête].

La décadence de l’establishment

En revanche, les candidats à l’établissement tels que Geraldo Alckmin du Parti social-démocrate brésilien (PSDB) et l’ancien ministre des Finances Henrique Meirelles sont très en retard. Par conséquent, il y a de bonnes chances que Bolsonaro puisse déborder la polarisation traditionnelle entre le parti conservateur «social-démocrate» (PSDB) et le parti des travailleurs (PT), pour atteindre le second tour. «Nous avons un problème avec le Brésil», proclame l’hebdomadaire de la City The Economist. Ce faisant, il parle sans aucun doute au nom de l’establishment politique et économique du Brésil. Ces secteurs avaient longtemps insisté sur le fait que l’attrait de Bolsonaro diminuerait à mesure que l’économie se redresserait. Mais jusqu’à présent, il n’y a pas eu de reprise économique appréciable. Elle stagne et le taux de chômage se maintient à 13%.

D’une part, Bolsonaro se présente comme un rebelle; d’autre part, en choisissant l’économiste libéral Paulo Guedes [3] comme conseiller, il a essayé de donner un signal à l’establishment qu’il n’est pas – du moins politiquement – si anti-système. Les élites financières ont également été soulagées et ravies par la nomination de cet expert reconnu, doté d’une vision libérale. En même temps, le parti de Bolsonaro, le Parti social libéral (PSL), est l’un des plus fidèles défenseurs du programme économique libéral du président Michel Temer au Congrès.

Bolsonaro tente ouvertement de séduire une communauté d’affaires critique à l’égard d’une régulation élémentaire et envisage l’homme d’affaires Flavio Rocha comme ministre des Affaires économiques [Rocha est à la tête d’un des plus grands groupes de distribution au Brésil et d’une société de logistique: il emploie quelque 40’000 salarié·e·s] . Il est clair que Bolsonaro veut rassembler non seulement les militaires dans son gouvernement, mais aussi les hommes d’affaires. En les ciblant, il annonce qu’il est temps pour ces derniers de prendre en mains les affaires.

Par conséquent, l’image du rebelle contre le système cache aussi le fait que, dans les sondages, il jouit d’un plus grand soutien de la part du segment social plus riche et plus diplômé que ses concurrents. Trente pour cent de la population dont le revenu est dix fois supérieur au salaire minimum flirtent avec l’idée de choisir cette supposée bête noire du système.

Soutien religieux

Avec un discours religieux, Bolsonaro tente délibérément de séduire un autre segment de l’électorat: les adeptes des églises évangéliques, qui représentent maintenant 30% des électeurs et électrices dans ce qui était autrefois un pays essentiellement catholique. A la lumière de cette tendance, certains observateurs parlent d’un «vote évangélique», puisque les événements de campagne de Bolsonaro ressemblent souvent aux cérémonies d’une église évangélique. Le discours moralisateur développé est particulièrement inséré dans le système de croyance évangélique dans lequel le Dieu unique s’engage dans la lutte contre le mal au nom d’une «bonne citoyenneté».

Bolsonaro lors d’un grand meeting organisé par l’Eglise Renacer em Cristo, une très puissante Eglise évangélique

Parmi ceux qui soutiennent sa candidature se trouvent : le pasteur évangélique Magno Malta, aussi sénateur [depuis 2003, comme représentant l’Etat du sud-est Espirito Santo, il fut député fédéral entre 1999 et 2003], et le leader influent de l’église Vitoria em Cristo, Silas Malafaia. Malafaia s’attend à ce que 70% à 80% des évangéliques votent pour Bolsonaro.

Cependant, les sondages d’opinion estiment la participation au vote présidentiel dans ce segment de l’électorat n’est que de 17%. Bien que la «défense de la famille du mari et de la femme», le rejet du droit à l’avortement et la critique de l’«idéologie du genre» soit proclamée par Bolsonaro – avec un écho positif parmi les évangéliques – Bolsonaro est également rejeté pour ses propos souvent agressifs et radicaux (misogynes et homophobes). Leur attachement au droit de posséder des armes n’est pas non plus partagé par de nombreux pacifistes évangéliques.

En outre, dans ses discours, Bolsonaro fait référence aux valeurs de la méritocratie, une opinion largement acceptée dans les milieux évangéliques. L’effort personnel et le travail individuel, et non les programmes sociaux publics, sont le moyen de sortir de la pauvreté et de la misère sociale. De nombreux évangéliques soutiennent des thèmes spécifiques relatifs aux femmes, comme la légalisation de l’avortement. Ils rejettent également le féminisme comme une rhétorique agressive. Les attaques de Bolsonaro contre le féminisme et l’idéologie du genre trouvent donc un écho auprès de son auditoire. Mais cela n’implique pas nécessairement leur rejet des politiques conçues en fonction des besoins sociaux des femmes.

L’appel de Bolsonaro aux jeunes électeurs

Ce qui rend également Bolsonaro attractif c’est que, contrairement à presque tous les autres candidats, il s’attaque à l’état précaire de la sécurité publique. Ces dernières années, une grande partie de la population, en particulier dans la classe moyenne inférieure, est devenue une sorte de cible de l’insécurité [ou le ressent de la sorte]. Les chiffres actuels font état de 63’880 homicides en 2017, soit l’équivalent de 175 crimes par jour [selon l’Annuaire brésilien de la sécurité publique]. De nombreuses personnes qui vivent cette insécurité et cette violence comme une menace quotidienne se sentent abandonnées par la politique traditionnelle. Ses préoccupations sont reprises dans le discours «ferme» de Bolsonaro contre la criminalité. Il réclame d’abaisser l’âge de la responsabilité pénale, de donner aux policiers un permis de tuer, et de faciliter l’accès aux armes à feu. Jusqu’à présent, les partis progressistes se sont retrouvés sans réponses convaincantes face à ce discours.

Enfin, Bolsonaro peut également compter sur l’appui des secteurs plus jeunes de l’électorat. Le soutien qu’il reçoit dans le groupe d’âge des 16-34 ans est le double de celui des plus de 55 ans. Or, la population plus jeune représentera un tiers du total des votes aux élections. La popularité de Bolsonaro résulte, en partie, de sa forte présence sur les réseaux sociaux. Avec cinq millions d’adeptes sur Facebook, il est beaucoup plus présent que le reste de ses adversaires.

De plus, comme le montre une étude réalisée par la sociologue Esther Solano pour la Friedrich-Ebert-Stiftung-Brasil [FES, liée au SPD allemand – analyse publiée en mai 2018 et intitulée «Crise de la démocratie et extrémisme de droite»], son portrait – tel qu’élaboré – ainsi que sa communication [son story telling] basée sur un discours anticonformiste semblent «anti-conventionnels», en particulier auprès des jeunes générations. Elles le perçoivent comme une figure qui se rebelle contre le système. Elles trouvent rafraîchissante la façon dont il enfreint les règles du politiquement correct et estiment que l’intolérance et l’agressivité dans ses déclarations ne sont pas des faux pas, mais quelque chose de «pop» et d’authentique.

Avec un peu d’aide de Steve Bannon

Ces facteurs donnent à Bolsonaro une position assez solide dans la course présidentielle. Mais il y a aussi des facteurs qui compliquent cette campagne. En plus de son niveau d’approbation alarmant, il doit affronter le plus haut niveau de rejet parmi tous les candidats. De plus, il n’a pas réussi jusqu’à présent à briser son isolement au sein de l’establishment politique au point de former une alliance électorale plus large. En fin de compte, son alliance électorale s’est limitée à deux petits partis: son propre PSL (Parti social libéral), qui ne dispose que de huit élus au Parlement, et le Parti du renouveau ouvrier brésilien (PRTB), celui de son candidat à la vice-présidence, sans aucune présence parlementaire.

Cette petite alliance électorale implique également un désavantage important en termes d’accès à des fonds publics pour la campagne et de temps d’antenne à la radio et à la télévision. Bolsonaro n’a droit qu’à environ 1% du temps de publicité gratuit [qui est proportionnel à la représentativité parlementaire], alors qu’Alckmin, le représentant de l’establishment politique, en a presque 50%. Bolsonaro essaie de compenser ce désavantage par une publicité intensive sur WhatsApp et Facebook. Mais contrairement à Donald Trump, il devra faire campagne sans un financement solide.

En fin de compte, la question la plus importante demeure, cependant, ce qui pourrait advenir de Bolsonaro s’il devenait président. Sans majorité au Congrès, le candidat «anti-système» chercherait à obtenir une marge de manœuvre par des alliances avec les forces conservatrices du système. Il s’avérera aussi le gardien des intérêts de l’establishment du monde des affaires.

Il voit son rôle présidentiel lié à la dérégulation et à la débureaucratisation. Il en résulterait des contre-réformes «dont l’économie a besoin», des privatisations et la poursuite de la réduction de la politique sociale. Cependant, au cœur de son style annoncé de gouvernement, il n’y a pas, pour l’heure, de politiques économiques et sociales, mais une politique de sécurité autoritaire et de lutte contre le «marxisme culturel». Pour ce combat, il a récemment trouvé un soutien dans un célèbre stratège de campagne: Steve Bannon, l’ancien acolyte de Donald Trump. (Article publié sur le site de la revue Nueva Sociedad de septembre 2018, mais datant de fin août; traduction A l’Encontre)

____

[1] En date du 25 septembre 2018, selon l’AFP, les sondages portant sur les intentions de vote au deuxième tour (le 28 octobre 2018) attribuent à F. Haddad 43% et Bolsonaro 37%. Toutefois, des sondages les donnent les «deux camps» au coude à coude. Au premier tour, selon les sondages, Bolsonaro capte 28% des intentions de vote, Haddad 22%, Ciro Gomes 11% (Parti démocratique travailliste); Gerardo Alckmin 8% (Parti de la social-démocratie brésilienne), Marina Silva, écologiste du «Réseau de la durabilité» 5%, Guilherme Boulos candidat du PSOL, inférieur à 1%, Véria Lúcia du PSTU, encore moins. (Réd. A l’Encontre)

[2] De nombreux commentateurs brésiliens rappellent que Bolsonaro a atteint le grade de capitaine, mais a été retiré de l’armée pour insubordination et indiscipline. Selon eux, ses supérieurs ont confirmé, textuellement, son «manque de logique, de rationalité et d’équilibre dans ses tentatives d’argumenter». Selon Le Monde, daté du 25 septembre 2018, Bolsonaro a déclaré que : «la plus grande erreur de la dictature militaire (1964-1985) fut “de torturer et non de tuer”». Dans ses meetings, Bolsonaro demande de «fusiller les petralhas», le nom donné aux militants du PT. (Réd. A l’Encontre)

[3] En plus de sa carrière universitaire, auprès de la PUC-Rio (Université catholique de Rio de Janeiro), Paulo Roberto Nunes Guedes a développé de nombreuses activités dans la gestion de fonds d’investissement. Sa place dans le think tank Millenium (créé en 2005) – une officine libérale liée, en particulier, au secteur bancaire – lui assure une large présence dans les médias afin de diffuser un agenda néolibéral et une politique de privatisations ainsi que de contre-réformes visant ce qui existe encore de la sécurité sociale. Guedes allie cela à une dénonciation générique de la corruption. (Réd. A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le travail dans les entrepôts à l’heure de «l’économie numérique»

Entre votre livraison à domicile d’une commande passé à Amazon et les profits nets de Jeff Bezos, le patron d’Amazon, il y a un «problème». Le tout «fonctionne» sur la base d’une plate-forme qui organise une très nombreuse main-d’œuvre. «Elle» – ses fonctions sont conçues par la direction du groupe – intensifie et contrôle au plus près du travail des salarié·e·s; «elle» contribue à rendre les emplois plus précaires et instables.

Au cours de cette session du séminaire consacré au capitalisme, à Toronto (Canada), Alessandro Delfanti discute des changements à l’œuvre dans l’organisation du travail, de la composition de la classe salariée et de l'évolution des rapports de travail résultant des relations entre le capitalisme et la technologie. Il le fait sur la base d'une étude récente d’un entrepôt d’Amazon en Italie.

Alessandro Delfanti enseigne à l'Institut de Communication, Culture, Information et technologie à l'Université de Toronto. Il fut l'un des principaux membres fondateurs du réseau Log Out! Réseau de résistance des travailleurs et travailleuses à l'intérieur et contre l’économie des plates-formes. Son intervention est en langue anglaise. (Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org