lundi
17
juin 2019

A l'encontre

La Brèche

Algérie. «La dernière ruse de Bouteflika»

Publié par Alencontre le 12 - mars - 2019

Par Hacen Houali

Il cède sur la présidentielle mais pas sur le pouvoir. Vente concomitante. Report de l’élection présidentielle, mais Bouteflika reste aux commandes et garde la main sur le processus de «réformes politiques».

Cédant aux pressions populaires, au lendemain de son retour au pays après une hospitalisation à Genève,  le chef de l’Etat a décidé de reporter l’élection présidentielle jusqu’à la fin de l’année, assortie d’une conférence nationale «inclusive». «Si je ne peux être candidat, l’élection présidentielle n’aura pas lieu.»

«Rien ne se fera sans moi encore moins contre moi», semble vouloir dire le président sortant. Une victoire en demi-teinte pour les Algériens qui se sont mobilisés massivement depuis l’historique journée du 22 février.

Ainsi, Abdelaziz Bouteflika décide de rester au pouvoir en prolongeant son mandat présidentiel qui prendra fin le 26 avril prochain. Une violation de la Constitution à laquelle la décision du chef de l’Etat ne fait aucune référence.

Pressés par le temps – à un jour de la date fatidique de la validation ou de l’invalidation des candidatures par le Conseil constitutionnel –, les décideurs étaient contraints d’agir. D’évidence, ils sont mis en demeure de sortir de cette impasse. Étroites, les issues sont rares. Celle du cinuième mandat est définitivement barrée. Un sens interdit.

Encerclé de toutes parts, le pouvoir cherche une porte de sortie. Il procède par une tentative de reprendre l’initiative politique. Mais aussi et surtout une manœuvre pour contourner le mouvement populaire et sa revendication de rejet de la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat assorti d’un changement du système politique en vigueur. C’est le scénario validé hier par les mesures prises par le président de la République.

Il va sans dire que la nouvelle démarche politique entreprise par le pouvoir  ne tient pas compte des revendications exprimées vigoureusement par la rue depuis trois semaines. Elle est vouée à être rejetée. Et fortement. Et si aux regards des «insurgés» le coup de balai dans le sérail s’impose et immédiatement, il ne serait pas suffisant pour calmer la colère de la rue.

Du replâtrage. La campagne médiatique lancée par les médias proches du régime et qui a coïncidé avec le retour de Bouteflika au pays n’a dupé personne.

Cette campagne qui s’emploie à faire croire au «bon pacha et mauvais vizir» a été brocardée par beaucoup d’Algériens et Algériennes sur les réseaux sociaux. Il ne sert plus à rien de ruser.

Ça ne fonctionne plus. «Les corrompus, les affairistes, les ministres et autres clients du régime qui ont dilapidé les deniers de l’Etat sont désignés par le chef (Bouteflika). Il n’a pas été trompé, tout s’est déroulé sous ses yeux et il n’a rien fait, il a laissé faire…», réplique la rue pour mieux situer les responsabilités politiques.

Le processus insurrectionnel en cours dans le pays prend de l’ampleur,  s’enracine et libère des territoires jusque-là hyper-caporalisés. La «révolte» des juges en est un signe.

Le système se désagrège. En face, le pouvoir, fortement déstabilisé par le séisme populaire qui l’a atteint de plein fouet, ne se relève pas encore.

La nouvelle situation qui s’est créée dans le pays est allée au-delà du jeu politique mis en place par le système Bouteflika. Une rupture systémique s’est opérée dans la rue. Désormais, le peuple est devenu l’acteur central.

Il s’est imposé à la fois comme source du pouvoir et contre-pouvoir avec une capacité à bloquer les projets politiques en élaboration.

Le vent de révolte qui souffle sur le pays a désormais engagé la société dans une nouvelle phase historique qui exige des révisions déchirantes. Le pouvoir ne peut se permettre de rater ce moment décisif de l’histoire de la nation.

Il doit dans un premier temps aider et faciliter la mise en place des mécanismes devant servir d’échafaudage au nouveau système en gestation.  L’ancien est déjà mort dans l’esprit des Algériens. (El Watan du 12 mars 2019)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org