jeudi
21
février 2019

A l'encontre

La Brèche

CIO et FIFA, les étoiles jumelles du fléau sportif mondial
Etats-Unis. Une mobilisation de masse déborde l’alt-right
Ebola. La déclaration de l’OMS doit rapidement se traduire en actes
Etats-Unis. Le vote contre Trump du 7 novembre et sa signification
Jérusalem-Est. «Des intrus qui se croient chez eux»
Etats-Unis: les grandes oreilles d’Obama tirées par Glenn Greenwald et Edward Snowden
Uruguay. Des «réformes structurelles» au progressisme

Archives octobre 2006

Elections: le Front de gauche, le deuxième tour et… (II)

Publié par Alencontre Le 17 - octobre - 2006

Par Charles-André Udry

Dans l’attente du 29 octobre 2006 – qui va clore le deuxième tour de l’élection présidentielle au Brésil – la bipolarisation médiatique entre Lula et Alckmin a pris une acuité qui ne pouvait que dépasser celle du premier tour (voir sur ce site l’article: «Elections: mise en perspective. I», 11 octobre).

Au sein de la bourgeoisie, une fraction pense que le prestige de Lula auprès de la classe ouvrière et de secteurs populaires sera plus favorable pour mener à bien – sans devoir faire face à une ample résistance sociale – de nouvelles contre-réformes portant sur le droit du travail, sur les règles d’organisation des syndicats, sur la prévoyance sociale, etc. Lire le reste de cet article »

Elections brésiliennes: mise en perspective (I)

Publié par Alencontre Le 11 - octobre - 2006

Geraldo Alckmin (à gauche) et Luiz Inacio Lula da Silva.

Par Charles-André Udry

Le 1er octobre 2006, premier tour de l’élection présidentielle. Luiz Inacio Lula da Silva, président de la République fédérale du Brésil et membre du Parti des travailleurs (PT), obtient 48,6% des voix, 46’661’741 citoyens et citoyennes ont voté pour lui (le vote est obligatoire, avec quelques exceptions). Son rival, Geraldo Alckmin, du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), réunit 41,6% des voix, soit 39’961’167 votants. Lire le reste de cet article »

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org