mardi
19
février 2019

A l'encontre

La Brèche

Histoire au présent. Les relents du stalinisme ou la bêtise commandée
France. «81% pensent que la lutte contre la pauvreté devrait être décrétée grande cause nationale»
Crise socio-écologique: Pablo Servigne et Rafaël Stevens, ou l’effondrement dans la joie
Grèce. Le moment de vérité pour SYRIZA
Honduras-Mexique-Etats-Unis: «Nous n’émigrons pas, nous fuyons notre pays»
Les conditions de travail dans les centres d’appels en Suisse
Egypte. L’élite veut… et le peuple veut!

Archives mars 2004

Brésil: déconfiture économique et occupations de fabriques

Publié par Alencontre Le 16 - mars - 2004

Miguel Rossetto lors d'une réunion pour la sécurité alimentaire et le développement durable des peuples indigènes.

Par Charles-André Udry

Fin février 2004, l’IBGE (Institut Brésilien de statistique et de géographie) publiait les données définitives ayant trait à la dynamique de l’économie brésilienne au cours de l’année 2003, c’est-à-dire de la première année du mandat présidentiel de Luiz Inacio Lula da Silva et de son gouvernement.

Le déphasage est net entre les promesses électorales du Parti des travailleurs (PT) – pourtant des plus sages, puisqu’elles étaient déjà plombées par les accords avec le FMI d’octobre 2002 (et même de juin 2002) – et la situation sociale et économique. En un mot, il y a eu un changement, mais pas celui que d’aucuns attendaient. Lire le reste de cet article »

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org