jeudi
21
février 2019

A l'encontre

La Brèche

Des chiffres intolérables… pour ceux et celles qui espéraient le «changement»
Brésil. «Construire la plus ample unité d’action en défense des droits et des libertés démocratiques»
Après le 23 septembre: l’heure est à l’action politique
Comment les immigrés ont eux aussi incarné «Mai 68»
France. Le prix des inconséquences de la politique française au Moyen-Orient
Californie. La sécheresse, la politique du PPP et l’eau en bouteille de Nestlé
Venezuela-débat. «Des élections qui ne disposent d’aucune légitimité» (I)

Archives septembre 2003

Dilemme dans la gauche du PT. Mal à l’intérieur. Plus mal à l’extérieur?

Publié par Alencontre Le 5 - septembre - 2003

Par Ernesto Herrera

La «prudence» a cédé le pas à la «perplexité»… jusqu’à se heurter, aujourd’hui, à une donnée incontestable. L’orientation du gouvernement Lula ne relève pas d’un «faux pas social-libéral», mais d’une option irréversible.

Feuille de route néolibérale

Le sociologue et économiste André Gunder Frank [1] a été, en la matière, encore plus loin: il a comparé Lula à l’ancien dirigeant de Solidarnosc, Lech Walesa, qui, après avoir conquis la présidence de la Pologne, a mis en oeuvre une politique économique plus conservatrice que celle de ses prédécesseurs. A. Gunder Frank exagère-t-il?

En prenant ses fonctions, le 1er janvier 2003, le président Luiz Inacio da Silva, dit Lula, promit la récupération de l’«endettement social séculaire de ce pays», et de commencer à surmonter l’«héritage maudit» laissé par Fernando Henrique Cardoso et les gouvernements néolibéraux qui l’ont précédé. Mais rien de cela ne se profile à l’horizon. Au contraire, le changement a fait place à la continuité la plus stricte. Lire le reste de cet article »

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org