dimanche
22
octobre 2017

A l'encontre

La Brèche

CFF-Cargo: Entretien avec Gianni Frizzo

Publié par Alencontre le 7 - décembre - 2008

Une pause (ou presque…) de réflexion

Entretien réalisé par Giuseppe Sergi

L’absence d’un mouvement consistant de soutien à leur cause à l’échelle suisse n’a pas empêché les travailleurs des Officine de marquer encore récemment des points non négligeables face à la direction des CFF. Celle-ci vient en effet de décider une réorganisation interne impliquant le transfert des Ateliers de Bellinzone de la division transports de marchandises à la division transport de personnes. L’objectif est manifestement d’avoir les mains libres dans les négociations en cours en vue d’accords de coopération entre CFF Cargo et des géants européens des transports et de la logistique. Les travailleurs des Officine avaient depuis longtemps compris que cette opération pouvait les mettre en danger. En adoptant une attitude ferme et combative, ils ont obtenu de la direction et du Conseil d’Administration des CFF le 28 novembre dernier, l’assurance écrite que les Ateliers de Bellinzone continueront à être en charge de l’entretien du matériel roulant de CFF Cargo jusqu’en 2013. (La brèche)

——–

Quelle est ton estimation du résultat obtenu dans un contexte social et politique aussi rude que celui que nous connaissons ces derniers mois? Étant entendu que rien n’est jamais acquis, pouvons-nous vraiment affirmer que l’opération de sauvetage des Officine est – du moins dans sa phase fondamentale – arrivée à terme?

Compte tenu de la complexité de la situation économique, ainsi que de la difficulté à apporter une réponse adéquate à la problématique posée – dont la dimension dramatique ne s’est pas encore entièrement révélée – le sauvetage des Officine de Bellinzona, qui devrait être réalisé à l’horizon 2013, a deux dimensions: d’un côté les salariés retrouvent une perspective d’avenir, à l’opposé de ce qui s’était passé avec le projet des CFF présenté le 7 mars dernier; d’un autre côté le nouveau projet est une réponse valable et concrète à la crise qui semblait inéluctable.

Nous avons ainsi affaire à une proposition qui permet de garder au Tessin un potentiel significatif d’emplois, à savoir ceux qui auraient été dilapidés si le projet de liquidation du 7 mars avait été appliqué, mais aussi ceux qui sont indirectement liés à la présence des Officine et qui auraient également succombé à cette impitoyable doctrine néo-libérale.

Il n’en reste pas moins que pour les Officine tout n’est pas résolu, loin s’en faut. Il est encore nécessaire que toutes les parties (le Canton, la Haute école professionnelle de la Suisse italienne, le comité de grève, etc.) s’engagent avec le plus grand sérieux pour ouvrir une perspective qui dépasse l’horizon 2013. Cependant grâce à la détermination du comité de grève et au soutien populaire, vendredi 28 novembre 2008, à Berne, des bases plus claires ont été posées, qui ont permis d’écrire un petit bout d’histoire des plus positifs pour la Suisse italienne en cette affaire.

Une fois de plus, c’est la perspective concrète ouverte par la mobilisation qui a fait la différence. Après des semaines et des mois de surplace inquiétant, il a suffi que le comité de grève montre avec détermination sa capacité de relancer une large mobilisation, pour que la direction des CFF accomplisse ce nouveau pas décisif, donnant des garanties claires, noir sur blanc.

Quels enseignements peut-on tirer de ces évènements?

Nous pouvons affirmer sincèrement qu’une partie très difficile s’est jouée sur le fil du rasoir ! Par ailleurs, nous ne pouvions nous coucher sans livrer bataille et sans essayer de parvenir à un résultat nous permettant de dépasser la division (entre marchandises et voyageurs) et de passer ainsi le cap de la nouvelle année avec des perspectives concrètes allant au-delà de 2010, autrement dit après-demain. Notre stratégie a ainsi été fondée sur un soutien unitaire et compact apporté aux Officine, à la fois par les salariés et la population, toujours prêts, le 28 novembre comme auparavant, à s’engager dans la lutte aux côtés du comité de grève. Démonstration a été ainsi faite qu’il n’est possible de s’en tirer qu’en comptant sur des certitudes: l’instinct, la vision claire de l’objectif à atteindre, le désir de justice, la volonté d’aller jusqu’au bout, autant d’ingrédients essentiels de la lutte qui lui donnent cette valeur ajoutée permettant de surprendre «l’adversaire». Une lutte dont, une fois de plus, la détermination a produit les résultats espérés, même si tout cela n’a pas été sans douleur.

J’imagine que les discussions au sein des Officine et du comité de grève pour donner ce nouveau signal de lutte n’ont pas été faciles. Peux-tu brièvement nous dire quelque chose à ce sujet, nous expliquer comment les salariés ont suivi ces derniers déroulements?

Comme à l’accoutumée, le comité a donné la priorité à l’information du personnel. Ainsi, nous avons convoqué une assemblée du personnel dans l’atelier de peinture, nous avons présenté les faits, laissé toute la place au débat et, enfin, d’un commun accord, nous avons pris la décision de nous rendre à Berne unis. Précisons que, contrairement à ce que nous avions pensé pendant la grève, les hiérarchies ont commencé à reconsolider leur position et à s’activer en respectant pleinement les nouvelles directives de la direction, perdant dangereusement de vue les objectifs pour lesquels nous combattions depuis des mois. La fatigue, les émotions, la peur et l’incertitude ont contribué – mais heureusement en partie seulement – à estomper les idées du mouvement et à affaiblir l’esprit ferme et combattif acquis au cours de la grève. Inutile de préciser qu’en face de nous ces dynamiques sociales sont parfaitement connues et que tout a été fait (comme s’il s’agissait de la mise en pratique d’un manuel en la matière) pour semer l’incertitude et le doute parmi les salariés afin de fragiliser l’élan unitaire et solidaire qui avait pris forme parmi eux. Aujourd’hui nous pouvons nous féliciter de l’échec de ces tentatives, nous pouvons aussi nous prévaloir du fait que la raison a pris le dessus et que le vendredi 28 novembre a remis les choses sur les rails !

Dans quelques jours, le comité de grève rencontrera la commission de gestion pour un premier examen minutieux de l’initiative concernant la mise en place du pôle technologique (voir ci-dessous). C’est une perspective qui sort renforcée de cette étape de la lutte, grâce notamment au fait que l’accord mentionne un intérêt des CFF à ce propos, ce qui permet de dépasser les oppositions et le scepticisme que d’aucuns cherchaient à amplifier ces dernières semaines. Que direz-vous à la commission de gestion?

Il s’agit d’un scepticisme explicitement manifesté, y compris par les politiques; à tel point qu’il a fallu attendre des mois avant que le mandat d’étude à la Haute école professionnelle de la Suisse italienne ne soit enfin donné… ce qui est chose faite depuis quelques jours seulement. À l’heure actuelle et sur la base des décisions du Conseil d’administration des CFF, l’initiative populaire et la pétition relatives au pôle technologique (munies respectivement de 15’000 signatures recueillies au Tessin et de 1000 signatures recueillies à Mesolcina aux Grisons) prennent l’importance qu’elles méritent. Le comité de grève a fait le nécessaire pour rencontrer la commission de gestion le 9 décembre et à cette occasion il sera l’interprète de la volonté populaire manifestée à travers la récolte de signatures qui a eu lieu en avril dernier. Il s’agit de donner un futur à la perspective de déployer, à moyen et long terme, non seulement la structure existante mais aussi, sur la base d’un mandat d’étude confié à la Haute école professionnelle, un développement ultérieur de l’emploi, fondé sur une réorientation des établissements existant à Biasca (les ex-Officine de Biasca).

Avec cet accord, comme cela a déjà été dit, les choses sont certainement plus claires et certaines garanties ont été données, mais il faut rester vigilant. D’autant plus qu’il y a de nouvelles échéances liées, au-delà des Officine, à tous les salariés des transports. Je pense notamment au renouvellement de la convention collective de travail (CCT) ou à des choix fondamentaux comme ceux que semble vouloir opérer l’entreprise Cargo. Comment envisagez-vous cela?

Évidemment la question du renouvellement de la CCT se pose de manière assez urgente et nous devons bien réfléchir à notre intervention. Les échéances que nous avons eu à affronter ne nous ont pas laissé le temps de nous occuper de ces questions dans les détails. Il est évident toutefois que nous devrons intervenir en tenant compte de la force de négociation emmagasinée à travers ces mois de mobilisations collectives, qui devra naturellement être reportée sur les autres salariés (y compris les intérimaires) du secteur.

——–

Article traduit du bimensuel du MPS-Tessin, Solidarietà, n° 22, 4 décembre 2008. Voir aussi sur ce site les nombreux articles consacrés à cette lutte.

——–

Initiative populaire cantonale tessinoise: Bas les pattes des Ateliers

Nous publions ici, afin d’informer nos lecteurs, le texte de l’initiative cantonale lancée par les travailleurs en lutte des Ateliers mécaniques de CFF Cargo. Cette initiative a été lancée officiellement hier, 1er avril. En deux mois, 7’000 signatures devront être réunies pour que cette initiative soit reçue. Toutefois, l’objectif que les travailleurs des Ateliers mécaniques se sont fixé est de réunir plus de 10’000 signatures en une semaine. De la sorte, se matérialiserait le vaste soutien populaire que leur lutte reçoit depuis le début de leur mouvement, le 7 mars. Il s’agirait là d’un impact politique supplémentaire et important qui permettrait d’assoir et d’étendre leurs revendications (voir, à ce propos, différentes traductions de documents qui ont été publiés sur notre site).

——–

Initiative populaire cantonale

Bas les pattes des Ateliers: pour la création d’un pôle technologique et industriel (PTI) dans le secteur des transports publics.

La loi instituant le PTI devra être fondée sur les principes suivants:

  1. Sur l’actuel site des Ateliers mécaniques CFF de Bellinzone est constituée une zone technologique et industrielle, au sens de la Loi cantonale sur l’innovation économique.
  2. Cette zone sera intégrée au  Plan directeur cantonal et prendra ainsi le caractère de zone d’intérêt public.
  3. Dans le cadre de la création de cette zone, une société publique sera constituée, par le biais d’une négociation entre le Canton et les CFF, afin de:
    1. poursuivre les activités actuelles des Ateliers CFF de Bellizone
    2. développer de nouvelles activités, de nouveaux services ainsi que des activités de recherche et d’innovation dans le domaine de la gestion et de la maintenance des  véhicules de transport.
  4. La Confédération, les communes tessinoises et le Canton des Grisons pourront participer à la constitution de cette société.
  5. Les conditions de travail du personnel occupé dans la société telle que définie au point 3. seront régies par la Convention Collective de Travail (CCT) en vigueur pour le personnel  de CFF Cargo SA.
  6. Au cas où la collaboration avec les CFF ne devrait pas permettre la concrétisation de ce qui est prévu au point 3. de cette initiative, le canton peut recourir à des mesures d’expropriation.

Les initiants sont : Ivan Cozzaglio, Biasca, (premier initiant); Mauro Beretta, Acquarossa; Ezio Della Torre, Arbedo; Sandro Marci, Giubiasco; Donatello Poggi, Biasca; David Simoneta, Losone

(2 avril 2008)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org