jeudi
2
avril 2020

A l'encontre

La Brèche

Capitalisme. Le retour du tâcheronnage

Publié par Alencontre le 1 - janvier - 2020

Par Sandrine Foulon

Enchaîner les missions et les employeurs, jongler avec les factures de sa microentreprise et ses feuilles de paie de salarié… Il existe un mot tout neuf pour désigner ces travailleuses et travailleurs qui cumulent petits boulots et différents statuts: slasheur. Le capitalisme renoue ici avec l’un de ses péchés originels: ne rémunérer que l’activité purement productive. Et revenir aux XVIIIe et XIXe siècles, à l’époque de la proto-­industrie et des ouvriers payés à la pièce, travaillant depuis chez eux. Les employeurs avaient ensuite eux-mêmes refermé cette parenthèse en décidant de regrouper dans un même lieu de production ces manutentionnaires. La volonté de mieux contrôler leurs horaires et d’accroître les gains de productivité avait alors fait naître une nouvelle forme de subordination, mais aussi, avec elle, un syndicalisme et des luttes sociales à l’origine d’un droit du travail et de protections solides.

Marché du travail assoupli. C’est cette « rigidité du marché du travail » qui, depuis des décennies, est pilonnée par les promoteurs de la baisse du coût du travail. Pour ne pas avoir à s’acquitter des droits attachés à l’ancienneté (congés, formation…) ou pour répondre à des surcroîts d’activité, les employeurs ont pu compter en France sur un législateur obligeant. Intérim, CDD… Sur 45 millions de contrats de travail créés en France chaque année, 40 millions sont courts (83% d’entre eux durent moins d’un mois). Et ce sont essentiellement des chômeurs qui les occupent : sur les 6,3 millions d’inscrits à Pôle emploi, près de 2 millions d’allocataires travaillent.

En marge de ces abonnés aux contrats précaires, gravitent d’autres tâcherons, les microentrepreneurs qui, eux, ne relèvent pas du salariat. A la faveur de la révolution numérique et d’une législation, là encore, favorable, on compte dans l’Hexagone 838 000 microentrepreneurs économiquement actifs (parmi une population de 3,2 millions d’indépendants), dont les revenus s’élevaient en moyenne à 460 euros par mois en 2016, selon l’Insee. Et c’est sans compter les nouveaux bataillons de travailleurs du clic sans statut légal. Selon une étude de Télécom ParisTech et du CNRS emmenée par le sociologue Antonio Casilli, ces microtravailleurs seraient plus de 260 000 rien qu’en France. Sans aucun statut ni aucune protection sociale, ils – ou plutôt elles, car ce sont pour beaucoup des femmes au foyer – effectuent pour le compte de plates-formes comme Foule Factory des microtâches sans valeur ajoutée (reconnaître un feu rouge sur des images, détourer un objet…), rémunérées quelques centimes d’euros versés sur un compte PayPal.

Le tâcheronnage est-il pour autant voué à balayer les formes traditionnelles de salariat? Pour l’heure, dans l’Hexagone, le nombre de non-salariés (près de 11,5% de la population active) reste stable, tout comme celui des salariés en contrats courts. En revanche, les conditions de travail de cette armée de réserve ne cessent de se dégrader. Plus souvent au chômage, moins diplômés, ils ont aussi moins accès que les autres à la formation. Or, selon une étude de l’OCDE sur les compétences à acquérir pour affronter les transformations liées au numérique, « les personnes qui occupent les emplois les plus menacés se forment moins (40%) que les travailleurs qui exercent un emploi peu menacé (59%) ». Un déficit de formation préjudiciable aux intéressés mais aussi à la productivité d’un pays.

Services à la personne. Pour autant, le rouleau com­presseur du numérique n’est pas seul à blâmer. Certes, il accentue la polarisation de l’emploi qui voit ­disparaître les professions inter­médiaires pour ne conserver que des emplois hautement et faiblement qualifiés. Comme en Autriche ou en Suède, la France est un pays où la chute de l’emploi intermédiaire est très marquée (-38,7% des emplois admi­nistratifs et -37,3% des ouvriers qualifiés en trente ans). Mais les politiques publiques jouent un rôle non négligeable dans cette évolution. L’Hexagone a largement favorisé, fiscalement notamment, le recours aux services à la per­sonne. Dans ces métiers de garde d’enfants ou de personnes âgées, de la domesticité qui revient en force, prospère le travail émietté et à temps partiel subi.

Moins le capitalisme régule ces emplois faiblement qualifiés et plus il génère une mégafabrique des inégalités. Et une forte demande de protection. Au Royaume-Uni, où le nombre de contrats zéro heure (sans volume horaire garanti) est passé de 200 000 au début du siècle à près d’un million aujourd’hui, où les emplois atypiques et ubérisés ont crû de 25 % sur la même période, l’aspiration à la stabilité est très forte. Le chercheur Nikhil Datta, de la London School of Economics, qui a étudié ces travailleurs/travailleuses en solo au Royaume-Uni et aux Etats-Unis avance que 50% d’entre eux seraient prêts à perdre la moitié de leur revenu pour bénéficier des protections traditionnelles du salariat. (Publié sur le site d’Alternatives économiques en date du 31 décembre 2019)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Coronavirus. «On doit s’attendre à l’ouragan»

L’émission «Arrêt sur images» de Daniel Schneidermann – une émission à laquelle le site alencontre.org pense qu’il est opportun de s’abonner – a été mise gratuitement, ce 14 mars 2020, sur Youtube «en raison de son utilité sociale». Deux médecins «qui parlent vrai» interviennent. François Salachas, le neurologue qui avait interpellé Emmanuel Macron lors d'une visite à la Pitié-Salpêtrière (Paris). Il souligna alors l’urgence liée à la pandémie et un fait d’évidence: la mise à niveau de l'hôpital nécessitera de gros moyens humains et financiers. Et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (Abysm). A voir, à partager: utile pour comprendre et réfléchir. (Rédaction A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org