dimanche
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Des habitants en Cisjordanie contrôlent le réservoir d’eau de leur village; au bas, la colonie de Kiryat Netafim

Des habitants en Cisjordanie contrôlent le réservoir d’eau de leur village; au bas, la colonie de Kiryat Netafim

Par Amira Hass

Il y a trois réponses que les porte-parole d’Israël sont toujours prêts à sortir de leur besace pour répondre aux questions concernant la pénurie d’eau dans les villes palestiniennes de Cisjordanie – une pénurie qui est évidente quand on la compare à la situation hydrologique satisfaisante des colonies: 1° le système d’eau palestinien est vieux et subit donc des pertes d’eau; 2° les Palestiniens se volent de l’eau entre eux tout comme ils la volent aux Israéliens; 3° en général Israël a magnanimement doublé la quantité d’eau fournie aux Palestiniens par rapport à ce qui était demandé dans les Accords d’Oslo.

Dans leurs réponses, les porte-parole utilisent le terme «approvisionnement». Ce qu’ils omettent toujours de dire c’est qu’Israël vend aux Palestiniens 64 millions de mètres cubes d’eau par année au lieu des 31 millions de mètres cubes convenus dans les Accords d’Oslo, accords qui ont été signés en 1994 et qui devaient prendre fin en 1999. Ils ne diront pas qu’Israël vend aux Palestiniens l’eau qu’il leur a d’abord volée.

Bravo pour la démagogie. Bravo pour le huitième de la réponse qui est vrai. L’eau est le seul thème sur lequel Israël éprouve (encore) quelques difficultés à défendre sa politique discriminatoire, oppressive et destructive en invoquant la sécurité et Dieu. C’est la raison pour laquelle il doit brouiller et déformer ce fait fondamental: c’est Israël qui contrôle les ressources d’eau, et puisqu’il les contrôle, il impose un quota sur la quantité d’eau que les Palestiniens ont de droit de produire et de consommer. En moyenne, les Palestiniens consomment 73 litres d’eau par personne et par jour. C’est au-dessous du minimum recommandé. Les Israéliens consomment chaque jour 180 litres d’eau en moyenne, et certains disent que c’est même davantage. Et ici, contrairement à là-bas, vous ne trouverez pas des milliers de personnes qui ne consomment que 20 litres par jour – même en été.

Il est vrai que certains Palestiniens «volent» de l’eau. Des fermiers désespérés, les fraudeurs réguliers. Cela n’arriverait pas s’il n’y avait pas une pénurie d’eau permanente. Une grande partie des vols se passent dans la Zone C, qui est totalement sous contrôle israélien. Alors, laissons l’armée et la police trouver les criminels. Mais c’est une tromperie que de vouloir justifier la pénurie d’eau en invoquant le vol.

Lors des Accords d’Oslo, Israël a imposé un partage scandaleux, raciste, arrogant et brutal des ressources de l’eau en Cisjordanie: 80% de ces ressources étaient destinées aux Israéliens (des deux côtés de la Ligne verte) et 20% aux Palestiniens, en provenance de puits forés avant 1967 que les Palestiniens continuent à faire fonctionner; de la compagnie d’eau Mekorot; des futurs puits qui seront forés dans le bassin oriental de l’aquifère montagneux, de puits agricoles et de sources. D’ailleurs beaucoup de sources ont été asséchées suite au forage de puits profonds par les Israéliens, ou parce qu’elles ont été reprises par les colons. Les modes de vol sont multiples.

Vingt pour cent, ce ne serait pas si mal, car actuellement seulement environ 14% de l’eau de l’aquifère montagneux est accessible aux Palestiniens de Cisjordanie. Et cela pour diverses raisons: des raisons techniques, des irrégularités et des erreurs humaines, les insupportables atermoiements bureaucratiques israéliens dont le but ultime est d’entraver le développement de l’infrastructure hydrique palestinienne et la mise à jour de ce qui existe déjà; des difficultés inattendues dans la production d’eau de source dans les lieux autorisés ou la diminution de production de ces sources, qu’Israël ne permet pas de remplacer par des puits nouvellement forés. Tout cela explique, d’une part, comment on arrive à 14% au lieu d’atteindre le taux signé à Oslo et, d’autre part, pourquoi Israël vend aux Palestiniens davantage d’eau que celle à laquelle il s’était engagé à l’époque. Après tout, Israël peut produire davantage d’eau de ses ressources naturelles, alors que, selon la loi internationale, un pays occupant n’a pas le droit d’utiliser ces ressources pour sa population civile.

Pendant l’été, le problème ne fait évidemment que s’aggraver. La chaleur augmente et il n’y a pas que les colons qui utilisent plus d’eau, les Palestiniens en demandent également d’avantage. C’est ainsi que dans le district de Salfit et à l’est de Naplouse, Mekorot réduit la quantité d’eau qu’elle vend aux Palestiniens. Les porte-parole préfèrent utiliser le terme «réguler». Ils ajouteront que dans les colonies on se plaint également de la pénurie d’eau.

Mais à Farkha, à Salfit et à Deir al-Hatab, les gens décrivent, au bord des larmes, à quel point c’est humiliant de vivre pendant des semaines sans eau courante. Sans parler des douzaines de communautés palestiniennes des deux côtés de la Ligne verte qu’Israël, cette «lumière pour les nations», refuse de connecter à l’infrastructure hydrique. (Article publié dans le quotidien Haaretz le 22 juin 2016; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org