samedi
14
décembre 2019

A l'encontre

La Brèche

(China Labour Watch)

Par Gethin Chamberlain

Des centaines d’écoliers ont été enrôlées pour fabriquer les enceintes Alexa [assistant personnel capable d’interaction vocale] d’Amazon en Chine dans le cadre d’une tentative controversée et souvent illégale d’atteindre des objectifs de production, selon ce que révèlent des documents vus par The Guardian.

Des entretiens avec des travailleurs et des documents divulgués par le fournisseur d’Amazon, Foxconn [entreprise du groupe taïwanais], montrent que de nombreux adolescents ont dû travailler la nuit et faire des heures supplémentaires pour produire des enceintes intelligentes, en violation de la législation chinoise du travail.

Selon les documents, les adolescents – recrutés dans les écoles et les collèges techniques de la ville de Hengyang [province du Hunan] et de ses environs – sont classés comme «stagiaires», et leurs enseignants sont payés par l’usine pour les accompagner. On demande aux enseignants d’encourager les élèves non coopératifs à accepter des heures supplémentaires en plus du travail régulier en équipe.

Certains des élèves qui fabriquent des enceintes Amazon Echo (connecté avec Alexa) et Amazon Echo Dot avec Alexa et des Kindles (liseuses) ont dû travailler pendant plus de deux mois pour compléter les effectifs de l’usine pendant les périodes de pointe de production, selon les enquêteurs. Plus de 1000 élèves âgés de 16 à 18 ans étaient employés.

Les usines chinoises sont autorisées à employer des étudiants âgés de 16 ans et plus, mais ces écoliers ne sont pas autorisés à travailler la nuit ou à faire des heures supplémentaires.

Foxconn, qui fabrique également des iPhone pour Apple, a admis que des étudiants avaient été employés illégalement et a déclaré que l’entreprise prendrait des mesures immédiates pour corriger la situation.

L’entreprise a dit dans un communiqué: «Nous avons doublé la supervision et le suivi du programme de stages avec chaque école partenaire concernée pour nous assurer qu’en aucun cas, les stagiaires ne seront autorisés à faire des heures supplémentaires ou à travailler la nuit. Dans le passé, il y a eu des cas où une supervision laxiste de la part de l’équipe de gestion locale a permis que cela se produise et, même si les stagiaires touchés ont reçu les salaires supplémentaires associés à ces équipes de nuit, cela n’est pas acceptable et nous avons pris des mesures immédiates pour éviter que cela se reproduise.»

L’entreprise a toutefois défendu l’utilisation d’étudiants, affirmant qu’elle «offre aux étudiants, qui sont tous en âge légal de travailler, la possibilité d’acquérir une expérience professionnelle pratique et une formation en cours d’emploi dans un certain nombre de domaines qui les aideront à trouver un emploi après l’obtention de leur diplôme».

Foxconn a dit qu’il augmenterait le nombre de travailleurs réguliers et réviserait immédiatement les salaires.

Un porte-parole d’Amazon, dirigé par Jeff Bezos, la personne la plus riche du monde avec une fortune estimée à plus de 100 milliards de dollars, a déclaré que l’entreprise ne tolérerait pas les violations de son code de conduite par ses fournisseurs et les évaluait régulièrement, souvent en utilisant des auditeurs indépendants, pour surveiller l’observance de ce code et les améliorations.

«Si nous constatons des violations, nous prenons les mesures appropriées, notamment en demandant des mesures correctives immédiates», a déclaré le porte-parole.

«Nous enquêtons d’urgence sur ces allégations et nous en discutons avec Foxconn au plus haut niveau. D’autres équipes de spécialistes sont arrivées sur place hier pour enquêter, et nous avons entamé des vérifications hebdomadaires ayant trait à cette question.»

Les adolescents qui se sont entretenus avec des enquêteurs ont déclaré que le travail en usine n’avait aucun rapport avec leurs cours et qu’ils avaient été poussés à faire des heures supplémentaires.

Xiao Fang*, 17 ans, a commencé à travailler à l’usine sur la ligne de production Amazon Echo le mois dernier. Fang, qui étudie l’informatique, a été chargé d’appliquer un film protecteur à environ 3000 Echo Dot chaque jour. S’adressant à une enquêteuse, elle a dit que son enseignant lui avait d’abord dit qu’elle travaillerait huit heures par jour, cinq jours par semaine, mais que ce nombre était passé depuis à 10 heures par jour (y compris deux heures supplémentaires) six jours par semaine.

«Les lumières de l’atelier sont très lumineuses, alors il fait très chaud», dit-elle. Au début, je n’étais pas très habituée à travailler à l’usine, et maintenant, après avoir travaillé pendant un mois, je m’y suis adaptée à contrecœur. Mais travailler 10 heures par jour, tous les jours, c’est très fatigant. J’ai essayé de dire au responsable de ma ligne de production que je ne voulais pas faire d’heures supplémentaires. Mais le responsable a avisé mon enseignant et ce dernier m’a dit que si je ne faisais pas d’heures supplémentaires, je ne pourrais pas faire de stage chez Foxconn, ce qui aurait une incidence sur ma demande de diplôme et de bourse d’études à l’école. Je n’avais pas le choix, je ne pouvais que supporter ça.»

Selon les documents, les dirigeants de Foxconn ont besoin d’étudiants, qui restent pour la plupart dans les dortoirs de l’usine, pour faire des heures supplémentaires afin d’atteindre les objectifs de production; ceux qui refusent sont licenciés par l’usine, selon les enquêteurs.

Un document affirme: «Les étudiants stagiaires qui ne font pas d’heures supplémentaires auront non seulement une incidence sur l’objectif de production, mais aussi sur leur possibilité de travailler. Les étudiants stagiaires doivent faire des heures supplémentaires.»

Les documents ont été divulgués au groupe de défense des droits des travailleurs China Labor Watch et partagés avec le Guardian.

Ils révèlent comment l’usine s’est tournée vers les étudiants pour combler les lacunes après avoir eu du mal à recruter du personnel permanent. Un document décrit comment une usine a besoin d’environ 7000 travailleurs pour gérer la production d’avril à octobre, mais indique qu’elle ne peut recruter en moyenne qu’une trentaine de travailleurs par semaine et qu’elle doit embaucher des travailleurs intérimaires et des stagiaires pour combler le vide. Les stagiaires peuvent représenter jusqu’à 15 % de l’effectif.

«Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre et réduire le coût du recrutement de la main-d’œuvre, nous aimerions coopérer avec les écoles locales pour recruter des étudiants stagiaires», peut-on lire dans un document avant d’énumérer les avantages du recrutement des élèves.

«Faible coût de main-d’œuvre; peut embaucher une grande quantité de main-d’œuvre à la fois; plus de facilité pour réaffecter des travailleurs supplémentaires à d’autres postes; forte capacité d’apprendre de nouvelles choses.»

Les documents de l’entreprise montrent que Foxconn paie aux stagiaires un total de 16,54 yuans l’heure (1,93 £), heures supplémentaires et autres suppléments inclus, avec un salaire de base de 1,18 £ de l’heure. Les travailleurs expérimentés de société d’intérim, appelés travailleurs intérimaires, coûtent à l’entreprise 20,18 yuans l’heure. Les documents montrent également que Foxconn a réduit le taux payé aux stagiaires depuis l’année dernière.

«La pause» pour se restaurer…

Amazon a déclaré en janvier 2019 qu’elle avait vendu plus de 100 millions d’appareils Alexa qui rivalisent avec Google Home sur le marché des assistants vocaux virtuels utilisés pour contrôler les appareils domestiques et d’autres fonctions. Ils coûtent environ 50 dollars aux Etats-Unis, 50 livres au Royaume-Uni et 79 dollars (australiens) en Australie, mais peuvent être trois fois plus chers pour les modèles plus sophistiqués.

L’usine paie aux écoles 500 yuans par mois pour chaque élève qu’elles fournissent. Un document de l’entreprise fait état d’accords avec quatre écoles pour fournir un total de 900 élèves pour travailler dans l’usine, alors que d’autres documents prévoient de recruter jusqu’à 1800 stagiaires cette année.

Les documents de Foxconn montrent que l’entreprise s’est débattue avec la question de l’embauche d’étudiants comme travailleurs, mais a décidé que les avantages l’emportaient sur les risques.

Les notes d’une réunion de révision de la politique d’embauche des stagiaires, le 25 juillet 2019, révèlent que sans étudiants, l’usine pourrait ne pas être en mesure d’atteindre ses objectifs de production. Les participants à la réunion ont appris que les étudiants sont moins chers à embaucher que les travailleurs intérimaires, que l’usine utilise également pour couvrir les périodes de pointe de production comme alternative à l’embauche de personnel régulier.

La réunion a été informée que certains adolescents refusaient de travailler de nuit et de faire des heures supplémentaires, et qu’il était nécessaire que les enseignants interviennent.

«Les chefs de ligne des équipes de nuit devraient communiquer plus souvent avec les stagiaires et les enseignants et signaler toute situation anormale afin que les enseignants puissent persuader les élèves de faire des tours de nuit et des heures supplémentaires.»

Si les adolescents continuent de refuser de travailler les heures supplémentaires, on leur dit que les enseignants devraient déposer une lettre de démission en leur nom.

La réunion d’évaluation du recrutement des étudiants stagiaires, à laquelle ont participé des membres du personnel de la chaîne de production d’Echo, du service de contrôle de la production et du service des ressources humaines, a permis d’aboutir à un accord pour recruter un grand nombre d’étudiants travailleurs. «Ils ont conseillé de recruter des étudiants-travailleurs pour résoudre le problème de pénurie de main-d’œuvre pendant la haute saison», peut-on lire dans le compte rendu de la réunion.

Amazon a conclu un accord avec Foxconn en 2017 pour ajouter 15 nouvelles lignes de production à l’usine et embaucher des milliers de nouveaux travailleurs pour augmenter la production de ses appareils Echo et Echo Dot et des liseuses Kindle.

Mais l’année dernière, The Observer a révélé que l’usine utilisait plus de travailleurs intérimaires que la loi chinoise ne le permettait pour éviter d’avoir à recruter du personnel permanent afin d’assurer la production des mois chargés. Bon nombre d’entre eux travaillaient beaucoup plus d’heures supplémentaires que la limite légale habituelle de 36 heures par mois.

En réponse, Amazon a admis que des auditeurs indépendants avaient relevé des sujets de préoccupation à l’usine. Foxconn a promis de réduire sa dépendance à l’égard du personnel des agences d’intérim et a déclaré que les travailleurs intérimaires devaient se voir offrir la possibilité de devenir des employés réguliers.

Commentant les dernières révélations, Li Qiang, directeur exécutif de China Labor Watch, a demandé à Amazon et Foxconn de permettre une surveillance indépendante des conditions de travail afin de prévenir les violations du droit du travail.

«Ce n’est que lorsque l’entreprise permet à des parties indépendantes de surveiller les conditions de travail que les violations des droits à l’usine peuvent être traitées efficacement», a-t-il dit. «Le recrutement d’un grand nombre d’intérimaires et le fait d’obliger les étudiants à faire des heures supplémentaires et à travailler de nuit sont illégaux, et Foxconn en est bien conscient. Cependant, parce que cela augmente leurs profits, ils continueront à recruter des intérimaires et des étudiants travailleurs.»

Les documents divulgués révèlent également que Foxconn a été confrontée à des problèmes en raison de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le coût des matières premières augmentant et certaines commandes étant perdues. (Article publié dans The Guardian en date du 8 août 2019; traduction rédaction A l’Encontre)

* Le nom a été changé.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




«C’est un véritable mouvement révolutionnaire social de grande ampleur, explique Loulouwa al-Rachid dans un entretien avec Orient XXI, contre une classe dirigeante qui gouverne dans un mépris total de la population et dans le seul souci de préserver sa part de prébendes et d’accéder à la rente pétrolière pour entretenir des clientèles dans le pays.» Et ceci alors que, depuis l’invasion de 2003 par les Etats-Unis, le pays souffre du délitement de ses infrastructures. Bien qu’essentiellement chiite, le mouvement bénéficie de la sympathie de toute une population, qui met aussi en cause l’influence iranienne.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org