vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Afrique du Sud. Vers une consolidation unitaire des luttes

Publié par Alencontre le 11 - décembre - 2014

20131225_122254 - CopieLes choses s’accélèrent en Afrique du Sud. La notion de front unique des organisations sociales, initié par le syndicat des métaux (NUMSA, récemment expulsé de la fédération Cosatu qui soutient la politique gouvernementale), s’est d’ores et déjà concrétisée au niveau régional. On y trouve des organisations syndicales, dont certaines sont encore affiliées au Cosatu, des associations de terrains couvrant toutes sortes de demandes sociales dans les towships, des mouvements de populations rurales et de travailleurs agricoles, organisations féministes ou écologistes.

Dans un pays où les luttes, manifestations ou grèves sont quotidiennes, cette tentative de coordonner l’ensemble de ces structures est un retour spectaculaire aux années 80. Il reste évidemment à passer à la pratique, sans esprit d’hégémonisme des uns ou des autres et dans un cadre démocratique. Or, sur la base des assemblées régionales c’est maintenant au plan national que se met en place ce «front uni». Voici le principal passage du document d’appel rédigé par le NUMSA. (Claude Gabriel)

*****

«Le vide politique à la gauche de l’ANC au pouvoir appelle à un front uni élargi, remettant en question la politique néolibérale, unifiant notre peuple et redonnant espoir en un projet émancipateur en Afrique du Sud, sur le continent et dans le monde. Le NUMSA a accepté la responsabilité d’être le facilitateur de ce processus.?Le Congrès national spécial du NUMSA a donné mandat à sa direction d’unir les syndicats, les mouvements sociaux ruraux et urbains, les organisations confessionnelles, les organisations de femmes et de jeunes et d’autres formations populaires dans l’action pour lutter contre la hausse du chômage, l’augmentation des inégalités et de la pauvreté.

Avec la crise capitaliste mondiale et la crise du capitalisme de copinage néolibéral en Afrique du Sud, le Congrès national du NUMSA a affirmé que rien de moins que la mise en œuvre immédiate de la Charte de la liberté (ancien programme revendicatif de l’ANC avant 1994 – ndr) peut sauver notre peuple et notre pays de la crise sociale actuelle.?Sur les fondements de la Charte de la liberté, confiants que le capitalisme ne fournit aucune solution aux crises politiques, économiques, environnementales et sociales croissantes, le NUMSA, ses alliés dans les syndicats et les mouvements sociaux ont déjà jeté une base solide pour la construction du front uni. En seulement quelques mois dans plusieurs régions urbaines et rurales à travers le pays des structures intermédiaires du front ont été lancées ou sont convoquées.

Notre responsabilité n’est rien de moins que de raviver le mouvement de masse des années 1980, qui a mis fin à l’apartheid. Nous reconnaissons que les forces conscientes de ce besoin de transformation sont encore faibles, mais nous croyons que le regroupement des forces de la classe ouvrière et populaires peut restaurer l’espoir dans des solutions collectives et de solidarité.

A cette fin, les 13-14 décembre, nous allons convoquer la première conférence nationale préparatoire entre 200 à 250 militants de tous les secteurs de notre peuple et de tous les coins de notre pays. Ce sera une conférence préparatoire pour laquelle nous allons élaborer un document d’appel au front uni, adopter les principes directeurs et les protocoles qui encadreront la formation du Front, élire un comité de pilotage national intérimaire qui supervisera la préparation de la conférence de lancement qui aura lieu en avril 2015.»

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org