jeudi
19
octobre 2017

A l'encontre

La Brèche

Par Francine Aizicovici

En date du 28 juillet nous avions signalé la contestation des coursiers de Deliveroo en Belgique et leur statut de «faux indépendants», sous diverses formes. Ce qui pourrait inciter un syndicaliste à affirmer: «c’est comme au début du syndicalisme». Deliveroo est une transnationale britannique, créée et contrôlée par Will Shu, chinois-américain, depuis 2013, qui livre des plats cuisinés et est en jonction avec des firmes comme Just Eat, Domino Pizza, Foodora, etc. (Rédaction A l’Encontre)

*****

A Bordeaux, mardi 1er et mercredi 2 août, c’était la tournée des restaurants pour quelques dizaines de coursiers de la société de livraison de repas à domicile Deliveroo. Mais il ne s’agissait pas pour les  » bikers  » de récupérer des repas à porter aux clients: ils demandaient aux restaurateurs de les soutenir dans leur lutte contre les nouvelles modalités de rémunération imposées par Deliveroo à partir du mois de septembre qui, selon eux, les «précarisent davantage».

La direction de la société britannique, qui travaille avec 7 500 livreurs ayant un statut d’autoentrepreneurs en France, a décidé de mettre en place ce qu’elle appelle «la convergence de la tarification» des bikers. Jusqu’à présent coexistent deux systèmes de rémunération des coursiers: ceux qui ont commencé après septembre 2016 sont payés 5 euros la course, alors que ceux qui avaient débuté avant cette date, soit quelque 600 personnes selon la direction, bénéficient d’un mode mixte à 7,50 euros de l’heure, auxquels s’ajoute un complément de 2, 3 ou 4 euros par livraison, en fonction de critères relatifs à la qualité de service. «On avait eu la promesse de Deliveroo que ces anciens livreurs resteraient libres de conserver ce système», rappelle Arthur Hay, ancien de Deliveroo et secrétaire général du syndicat CGT des coursiers à vélo de la Gironde. En réalité, ce choix va disparaître.

Le 27 juillet, les «anciens» ont reçu un appel de la direction pour leur annoncer un changement de système: tout le monde doit passer à 5 euros la course en signant un nouveau contrat. «Sinon on est virés», disent des coursiers. Selon Jérôme Pimot, fondateur de l’Union des livreurs à vélo engagés (U’Live), les «anciens» coursiers ont calculé qu’avec le nouveau système, ils perdraient de «18 % à 30 % de leur revenu».

A Lyon, une réunion a eu lieu mardi entre la direction et des livreurs, dans un «climat assez tendu, explique un participant. On nous dit qu’on gagnera plus avec le paiement à la course. Mais on a démontré que même ceux qui ne touchaient que 2 euros par livraison en plus des 7,50 euros de l’heure y perdront. Ça leur a un peu cloué le bec.»

Réaliser plus de courses

A Bordeaux, la réunion, qui devait aussi être organisée le 1er août, ne s’est pas tenue faute d’accord sur le lieu. D’où l’idée de faire la tournée des restaurants. Pour les contestataires, avec la course à 5 euros, «peut-être que quelques-uns gagneront plus s’ils travaillent le soir le week-end», précise M. Hay. Mais il n’y aura pas de place pour tout le monde: «On se bat déjà pour travailler car la direction a fait entrer trop de coursiers.»

Selon le syndicaliste, ceux qui avaient un fixe horaire plus 4 euros par commande «devront désormais réaliser 7,5 commandes par heure pour ne pas perdre d’argent, ce qui est impossible», selon M. Hay. Ceux qui percevaient seulement 2 euros par commande en plus du fixe horaire devront, eux, livrer «2,5 commandes par heure pour ne pas y perdre. Ce qui est déjà très compliqué», estime-t-il Pour lui, Deliveroo opère ce changement de tarification «pour faire partir les anciens et faciliter le management».

Actuellement, ceux qui n’ont pas signé leur contrat de prestation selon les nouvelles conditions reçoivent e-mail sur e-mail les sommant de le faire. Ce nouveau modèle de tarification a connu «un immense succès, affirme un porte-parole de la direction. Plus de 90 % de nos livreurs partenaires français ont déjà opté pour ce mode de tarification». Ce qui inclut cependant les recrues arrivées depuis septembre 2016 qui, elles, n’ont pas eu le choix.

Pour le porte-parole de Deliveroo, les pertes éventuelles de gain sont relatives. Elles ne concernent pas, en tout cas, ceux qui étaient à 2 euros la course en plus du fixe horaire, qui gagneront «autant ou légèrement plus». Pour les autres, «c’est au cas par cas. Ce système va obliger les livreurs qui le veulent à se positionner sur les heures où il y a le plus d’activité». Deliveroo affirme «travailler à améliorer l’algorithme pour que les livreurs aient le moins de temps d’attente possible au restaurant pour récupérer les repas et le moins de distance à parcourir». Et puissent ainsi réaliser plus de courses. En tout cas, «on ne reviendra pas», contrairement à ce que demandent les livreurs de Bordeaux, sur la décision de généraliser le paiement à la course. A Lyon, la revendication est d’un tarif de 7,50 euros la course, au lieu de 5 euros.

Pourtant, pour M. Pimot, chacun est concerné, pas seulement les anciens. «Quand tout le monde sera payé à la course, prévoit le fondateur de U’Live, l’étape suivante, pour Deliveroo, sera de passer au mode free», déjà en vigueur chez Uber-EATS. Un système sans planning, où chacun vient travailler quand il le veut – à la manière des chauffeurs Uber. Il suffira de se connecter à la plate-forme pour recevoir des courses. «Ce sera une pseudo-liberté, que Deliveroo monnaiera en abaissant le tarif de la course. C’est donc maintenant que tous les livreurs doivent se mobiliser», explique M. Pimot. «Le free n’est pas notre option aujourd’hui», affirme-t-on chez Deliveroo. Le bras de fer ne fait que commencer.

*****

Pour des raisons techniques, nous ne pouvons publier le dossier sur le Venezuela
avant 23 heures.

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. NPA. Université d’été (2). Intervention d’un livreur de Deliveroo (vidéo) – Anti-K dit:

    […] ici Cliquer ici   Cliquer ici La lutte dans l’État espagnol Cliquer […]

    Ecrit le 4 septembre, 2017 à 2017-09-04T07:46:27+00:000000002730201709

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org