lundi
24
juillet 2017

A l'encontre

La Brèche

Belgique. L’âge du droit à la retraite doit passer de 65 à 67 ans
Belgique. Tout Autre Chose. Un appel pour un mouvement anti-austérité
Crise Ebola. Les limites de l’«humanitarisme» occidental? Le futur vaccin: les essais cliniques en Afrique et ses effets possibles sur la «mobilisation humanitaire»
Etat espagnol. A la veille d’un changement de cycle politique
Syrie. Le pouvoir états-unien passe d’une politique de facto à une politique explicite
En vue de la journée du 6 novembre
Brésil. La jeunesse rurale et le «Statut de la Jeunesse»

Archives de la catégorie ‘Histoire’

Révolution russe. «Le Comité militaire déclare échu le gouvernement provisoire»

Publié par Alencontre Le 22 - juillet - 2017

Fusillade lors des «Journées de Juillet 1917»

Par Marc Ferro

(Réd. A l’Encontre) Dans un contexte de crise nationale – au sein de laquelle seule prend son sens la célèbre formule «Pour que la révolution éclate, il ne suffit pas, habituellement, que “la base ne veuille plus” vivre comme auparavant, mais il importe encore que “le sommet ne le puisse pas”» (Œuvres, T. 21, mai-juin 1915, p. 216) – Lénine insiste sur une autre dimension, souvent qualifiée de «subjective»: «La révolution ne surgit pas de toute situation révolutionnaire, mais seulement dans le cas où, à tous les changements ci-dessus énumérés, vient s’ajouter un changement subjectif, à savoir la capacité, en ce qui concerne la classe révolutionnaire, de mener des actions révolutionnaires de masse assez vigoureuses pour briser complètement (ou partiellement) l’ancien gouvernement, qui ne “tombera” jamais, même à l’époque des crises si on ne le fait pas “choir”» (Œuvres, T. 31, avril-mai 1920 p. 80-81 et 90, La maladie infantile du communisme (le gauchisme). Lénine perçoit qu’une telle situation n’existe pas (ou de manière atténuée) dans différents pays d’Europe dans cet essai achevé le 12 mai 1920. Ces deux citations éclairent les choix proposés et mis en œuvre par le «courant Lénine» au sein du parti bolchevik entre juillet et octobre 1917, phase examinée ici par la contribution de Marc Ferro. Lire le reste de cet article »

Révolution russe juin-juillet 1917: «La principale crainte des bolcheviks est de voir surgir une contre-révolution menée pour l’essentiel par les officiers»

Publié par Alencontre Le 20 - juillet - 2017

Kornilov entouré d’officiers

Par Marc Ferro

Le quotidien Le Monde publie une série d’articles de l’historien Marc Ferro. Son itinéraire de chercheur sur les «révolutions russes» se retrouve dans son dernier ouvrage intitulé Les Russes. L’esprit d’un peuple (Ed. Tallandier, 2017). Il rappelle, en exergue, la formule de Nikita Khrouchtchev (1956): «Les historiens sont des gens dangereux, il faut les mettre sous surveillance.» Ses premiers pas – il est pris pour un «martien», en URSS, cet historien français qui veut étudier les Révolution russes – dans le dédale des archives et des historiens officiels confirment, mais avec la saveur de l’anecdote illustrative, ce que tout «anti-stalinien» d’un âge certain savait, en ayant lu non seulement Trotsky, mais aussi Souvarine ou Ciliga. Pour valider l’exergue, Marc Ferro écrit: «Finalement, les historiens représentaient la seule instance susceptible de mettre en cause la prétention du Parti à incarner l’histoire.» Lire le reste de cet article »

Les Bolcheviks et l’antisémitisme

Publié par Alencontre Le 19 - juillet - 2017

Par Brendan McGeever

Tôt, au matin du 25 Octobre 1917. A Petrograd, les ouvriers prennent possession de positions stratégiques dans les rues balayées par le vent. Au Palais d’hiver, le chef du gouvernement provisoire, Alexander Kerensky, attend, anxieux, la voiture qui assurera sa retraite. A l’extérieur, les gardes rouges ont pris le contrôle de la centrale téléphonique. La prise de pouvoir des Bolcheviks est imminente.

Il n’y a ni téléphone ni électricité au palais. Depuis sa fenêtre, Kerensky peut voir le Pont du Palais: il est aux mains des marins bolcheviks. Finalement, une voiture de l’ambassade américaine est dépêchée et Kerensky commence sa fuite Lire le reste de cet article »

Histoire. Le soulèvement ouvrier en Allemagne orientale, juin 1953 (II)

Publié par Alencontre Le 25 - juin - 2017

Par Ernest Mandel

Suite à l’analyse, effectuée avec le recul des années et l’accès aux archives, telle que Gareth Dale en a présenté la synthèse dans la première partie de ce dossier, nous publions ci-dessous deux documents ayant un statut quelque peu différent. En effet, le premier est un article publié, sous le pseudonyme d’Ernest Germain, par Ernest Mandel dans la revue Quatrième Internationale, numéro 62, juillet 1953, produite par le Secrétariat de la Quatrième Internationale. Ernest Mandel – qui parlait et écrivait couramment en allemand – suivait avec attention les processus à l’œuvre dans les dits pays de l’Est, entre autres en Allemagne où se concentrait, selon lui, la richesse historique accumulée du mouvement ouvrier. Cette revue était dirigée alors par Pierre Frank, Ernest Mandel et Michel Pablo (de son nom Michalis N. Raptis). Lire le reste de cet article »

Histoire. Berlin, le soulèvement populaire du 17 juin 1953 (I)

Publié par Alencontre Le 25 - juin - 2017

17 juin 1953: grève générale

Par Gareth Dale

Introduction Rédaction A l’Encontre
En mai 1952, les accords de Bonn abolirent le statut d’occupation par les puissances victorieuses de Berlin. Ainsi, le traité de la Communauté européenne de défense (C.E.D.) donnait la possibilité d’un réarmement de l’Allemagne occidentale. Dans ce contexte, les dirigeants du Parti socialiste unifié (SED) – de «concert» avec la direction du PCUS – renvoient, sine die, le «projet» d’une réunification de la RDA
(créée en octobre 1949) avec la RFA (fondée en mai 1949). Lire le reste de cet article »

Histoire: «Le navire à voiles et le navire négrier, en particulier, comme «machines» ayant contribué à l’essor du capitalisme»

Publié par Alencontre Le 27 - mai - 2017

Entretien avec Marcus Rediker

L’historien états-unien Marcus Rediker a étudié divers aspects sociaux de l’histoire maritime. Il considère les marins et les pirates du XVIIe siècle comme les précurseurs des mouvements anticapitalistes modernes. Il s’est également intéressé à la traite négrière transatlantique. Il est professeur d’histoire à l’Université de Pittsburgh. Il a reçu diverses distinctions, parmi lesquelles: le George Washington Book Prize (2008), l’Organization of American Historians (OAH) Merle Curti Award (2008), le National Endowment for the Humanities Fellow (2005–2006), l’American Council of Learned Societies Fellow (2005–2006), l’International Labor History Book Prize (2001). Lire le reste de cet article »

Yougonostalgie. Il y a 30 ans, dernière Journée de la Jeunesse

Publié par Alencontre Le 25 - mai - 2017

Par Vittorio Filippi

Il y a exactement trente ans, le 25 mai 1987, se tenait la dernière Journée de la Jeunesse (Dan Mladosti) dans le gigantesque Stade de l’Armée populaire yougoslave de Belgrade, où se jouent les matchs du Partizan. Comme à l’accoutumée, les célébrations se sont conclues en entonnant les paroles de Druže Tito mi ti se kunemo: «Camarade Tito, nous te le jurons: nous ne dévierons jamais de ton chemin». Lire le reste de cet article »

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org