samedi
21
juillet 2018

A l'encontre

La Brèche

Tunisie. «Economiquement et socialement, la situation est insoutenable»
Egypte. «La révolution dans une conjoncture critique»
France. Le Medef aux avant-postes de la politique sociale
La répression de l’Etat et le délit imaginaire de la rébellion catalane
Mexique. L’évasion de El Chapo. La crise de l’Etat. Le trou noir de Peña Nieto
Algérie. Kateb Yacine, une esthétique de la transgression
Pétrodollars, économie et accords avec Petrobras ou les «majors» de Chine et de Russie

Archives de la catégorie ‘France’

France. «Un pognon de dingue» pour les chômeurs?

Publié par Alencontre Le 14 - juillet - 2018

Par Michel Husson

La tribune cosignée par Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry a eu un certain écho parce qu’elle exprimait une critique feutrée de l’action du président Macron, alors même que ses auteurs avaient contribué à l’élaboration de son programme. Cette tribune n’allait pas très loin et suggérait, entre autres, «d’explorer la piste d’une réduction de la durée d’allocation chômage conditionnée à l’évolution du taux de chômage».

Jean Pisani-Ferry a tenu à faire amende honorable en publiant une nouvelle tribune. Il y reprend tous les poncifs sur Lire le reste de cet article »

France/SNCF: une succession de grèves «carrées» ne forme pas une grève reconductible!

Publié par Alencontre Le 26 - juin - 2018

Par Christian Mahieux

Ne reculant devant rien, la direction de la SNCF avait décidé d’effectuer les retraits pour grève comme si les 18 grèves de 48 heures ventilées sur le deuxième trimestre étaient un seul mouvement. Le Tribunal de grande instance [1] a donné tort aux patrons (qui ont fait appel). Mais le constat n’est pas que juridique, il est avant tout politique: une succession de grèves «carrées», c’est-à-dire limitées d’emblée à 24 ou 48 heures par exemple, ne forme pas une grève reconductible!

Il n’est pas facile d’écrire de nouveau à propos de la grève SNCF en France. Selon le calendrier décidé par les fédérations syndicales le 15 mars, les 18 grèves de 48 heures s’étalent entre le 3 avril et le 29 juin. Le mouvement est donc toujours d’actualité. Mais, sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le calendrier de grèves annoncé plus de trois mois auparavant, sur la neutralisation ainsi effectuée de toute dynamique vers une grève reconductible, sur les assemblées générales dépossédées de leur rôle, sur la place ainsi offerte à l’UNSA et la CFDT au détriment d’une possible alliance CGT/SUD-Rail/FO refusée par la CGT, sur la politique gouvernementale… Lire le reste de cet article »

France. La mobilisation sociale et politique, avec ses clairs-obscurs

Publié par Alencontre Le 3 - juin - 2018

Par Léon Crémieux

Du 22 mars au 26 mai, deux mois se sont écoulés, deux mois de grèves, de manifestations, de blocages d’université et de lycées, d’affrontements et de violences policières. Et tout montre que les semaines à venir vont voir se prolonger cette situation de tension politique et sociale, sans pour autant que se dessine l’affrontement central capable de bloquer les plans du gouvernement Macron. Lire le reste de cet article »

France. A l’occasion de la «marée» du 26 mai, réflexions sur quel syndicalisme

Publié par Alencontre Le 27 - mai - 2018

Par Christian Mahieux

Nous avons déjà expliqué la grève des cheminots et cheminotes en France: son inscription dans la durée, mais aussi ses difficultés liées aux choix des fédérations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT de construire un mouvement qui ne repose pas du tout sur les assemblées générales de grévistes. Depuis, cette lutte se poursuit. Les fédérations syndicales maintiennent leur tactique de la grève en pointillé sur des dates pré-annoncées trois mois à l’avance; elles y ont ajouté l’organisation d’un referendum interne à la SNCF qui, sans surprise a confirmé que 95% des votants et des votantes (61% de participation) refusaient le «plan ferroviaire» du gouvernement. Une confirmation certes; mais quel intérêt? Des dizaines de milliers de cheminots et cheminotes avaient déjà donné leur avis depuis début avril en participant à la grève !

Le gouvernement tente de mettre un terme au conflit social en annonçant une «reprise partielle de la dette SNCF par l’Etat». Mais cette «dette» n’est pas celle de la SNCF, encore moins celle des cheminotes et des cheminots. Elle correspond pour l’essentiel au financement des infrastructures publiques nécessaires au chemin de fer! En ce domaine, certains des choix qui ont été faits dans le passé sont critiquables, mais ils ne sont pas de notre responsabilité. De toute manière, cette «réponse» ne correspond pas aux revendications prioritaires des grévistes. Lire le reste de cet article »

France-Débat. «Le combat est engagé». L’échéance du 26 mai

Publié par Alencontre Le 26 - mai - 2018

Manifestation de la fonction publique le 22 mai 2018

Editorial de L’insurgé

C’était inévitable. Après le succès remporté par Macron, à l’automne, pour faire passer sans résistance majeure les ordonnances, après le vote de plusieurs dizaines de textes durant la fin de l’année 2017, il était inévitable que des résistances se développent face à la poursuite de cette politique qui touche, l’un après l’autre, tous les acquis sociaux, tous les secteurs de la classe ouvrière.

De tels combats sont désormais engagés depuis la fin de l’hiver, en particulier à la SNCF, Lire le reste de cet article »

Comment les immigrés ont eux aussi incarné «Mai 68»

Publié par Alencontre Le 25 - mai - 2018

Travailleurs algériens dans les bidonvilles de Nanterre en 1960

Par Benjamin Stora

Avec la cinquantaine, l’histoire de «Mai 68» atteint donc son âge mûr. Dès lors, il est peut-être temps d’interroger non seulement les nostalgies de ce moment si intense mais aussi les espoirs, les illusions provoquées. Savoir également si «Mai 68» a installé un nouveau processus touchant au fonctionnement de l’Etat, de l’école, des rapports entre femmes et hommes… Et de l’immigration, question rarement posée, qui reste toujours un point aveugle de cette histoire. La date «Mai 68» peut-elle se regarder comme anniversaire de la participation première, massive, des immigrés aux mobilisations qui ont ensuite traversé la société française? La réponse n’est pas si simple, évidente. Mai 68 ne marque pas vraiment le coup d’envoi des Lire le reste de cet article »

France. «Résultat Vot’action à la SNCF. Le gouvernement doit revoir sa copie! Pépy doit partir!»

Publié par Alencontre Le 23 - mai - 2018

Par Sud Rail

Malgré l’opposition et les entraves de la direction SNCF, malgré le procès en illégitimité fait par l’ensemble des défenseurs de ce mauvais «pacte ferroviaire », ce sont plus de 90’000 cheminots qui ont participé à la consultation lancée par l’intersyndicale du 14 au 21 mai. Aujourd’hui, gouvernement et direction SNCF doivent tirer les conséquences de ce message des salariés du ferroviaire!

94,97% des participants ont jugé que cette réforme était mauvaise pour l’avenir du système ferroviaire et des cheminots. Le président de la SNCF [Guilaume Pépy] et le Premier ministre [Edouard Philippe] doivent entendre leurs voix, retirer leur projet de loi et entamer des négociations tripartites sur de nouvelles bases. Cette mauvaise réforme qui ne règle rien, ne peut pas se construire contre les salarié·e·s censés la mettre en œuvre. Lire le reste de cet article »

Nicaragua: paysans assassinés par les paramilitaires d'Ortega

Voir l'appel de solidarité internationale publié sur le site A l'Encontre le 18 juillet 2018

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org