vendredi
22
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Ce 30 août 2017 s’est tenue sur la place des Nations, à Genève, une manifestation de solidarité avec le peuple syrien brisé par la dictature et toutefois résistant sous diverses formes. Il s’agissait non seulement de dénoncer le terrorisme de la dictature de Bachar al-Assad et de ses divers alliés, mais aussi d’expliciter le sens de «négociations sans fin» – à Astana et à Genève – qui s’inscrivent dans l’option politique d’assurer que le régime du clan Bachar reste en place, cela au nom d’une «transition démocratique». Une option conforme aux intérêts des mafias en place et des puissances «intervenant ouvertement» en Syrie depuis septembre 2013 (accord fallacieux entre les Etats-Unis et la Russie sur le retrait puis l’interdiction des armes chimiques en Syrie), suivie de l’agression aérienne et militaire de la Russie de Poutine, depuis le printemps 2015. Cela en collaboration avec des milices iraniennes et le Hezbollah du Liban.

La manifestation a été organisée par les FemmeS pour la démocratie (Suisse), avec le soutien de l’organisation Solidarité Syrie ainsi que du site A l’Encontre, du MPS (Mouvement pour le socialisme), du Cercle La Brèche. A remarquer l’étonnante (ou plus exactement l’ordinaire) absence des forces qui s’auto-qualifient «Ensemble à Gauche». A cette occasion ont été lus (ou mentionnés) des témoignages que nous reproduisons ci-dessous. Le premier a trait aus «viols à répétition, aux violences sexuelles extrêmes et à la torture dont les femmes ont été victimes dans les prisons syriennes»; le second se fait le témoin de ce qu’a vécu et ressent encore une victime des bombardements chimiques de 2013. (Rédaction A l’Encontre)

*****

Ayda a été arrêtée par des hommes de la Garde républicaine syrienne à un check-point d’Alep. Elle a été emmenée dans leur QG (Quartier Général) où, sous une photo du président syrien Bachar al-Assad, elle a été battue, ligotée, puis violée.

Elle a ensuite été conduite à l’hôpital pour traiter les saignements provoqués par le viol, mais sept jours plus tard, et contre l’avis des médecins, les forces de sécurité syriennes l’ont transférée dans une prison et enfermée dans une cellule avec une vingtaine d’autres femmes.

Ayda a enduré trois mois de viols à répétition et un mois d’isolement dans une cellule où se trouvait un corps en décomposition. Elle a trouvé un rasoir et a essayé de mettre fin à ses jours.

Elle a été exposée à deux reprises au tristement célèbre supplice du «tapis volant» et a été forcée de regarder un groupe de jeunes prisonniers se faire violenter sexuellement avec des bouteilles.

Quand elle a enfin été libérée, son mari l’avait quittée et s’était remarié. Les autorités l’ont ensuite obligée à signer un document l’engageant à quitter la Syrie et à ne jamais y revenir.

Ayda est l’une des huit femmes qui ont témoigné pour la première fois des mauvais traitements infligés par les autorités syriennes.

Leurs témoignages, qui apparaissent dans un nouveau rapport [voir http://www.slate.fr/story/112581/syrie-assad-prison-torture] de l’ONG Lawyers and Doctors for Human Rights (LDHR), incluent des détails horrifiques sur la torture, les viols et les autres violences sexuelles extrêmes commises par les forces du régime syrien.

Commentant l’affaire, Toby Cadman, responsable de Guernica 37 International Justice Chambers, une ONG basée à Madrid qui offre un soutien juridique à la LDHR sur ce dossier, a déclaré à Middle East Eye qu’il était «regrettable qu’il n’y ait actuellement aucun mécanisme international pour obliger les auteurs à répondre de leurs actes.»

«Mais cela viendra, a-t-il poursuivi. Tout le monde œuvre ensemble pour obtenir justice – et l’histoire nous a appris que la justice et les sanctions arrivent un jour, même si cela prend du temps. Mettre fin à l’impunité est absolument essentiel pour, à l’avenir, voir une Syrie démocratique régie par l’Etat de droit. »

Les expériences décrites dans le rapport – qui ont toutes eu lieu pendant la guerre civile en cours en Syrie – ont laissé des cicatrices psychologiques et physiques indélébiles et ont fait de ces femmes des parias au sein de leurs propres communautés.

«Sans exception, ces femmes sont encore hantées par la terreur de la détention. Elles se sont renfermées sur elles-mêmes, elles sont devenues craintives et anxieuses», note le rapport.

 

 

Chaque femme a subi un examen médical effectué par des médecins formés par la LDHR. Des experts médicaux ont ensuite déterminé si les résultats étaient conformes aux normes internationales en matière de violence sexuelle et de torture afin de pouvoir servir de preuve devant les tribunaux.

Pendant leur détention, les femmes, « dans certains cas, n’ont pas été traitées différemment des hommes», a indiqué le rapport, ajoutant qu’il n’y avait « aucune considération pour leurs différents besoins personnels et médicaux».

«Confrontées à la nudité forcée à leur arrivée et au spectre du harcèlement sexuel et des insultes dans leurs cellules, dans les sanitaires et les couloirs, les corps des femmes ne leur appartenaient pas», ajoutent les auteurs du rapport : «Les corps des femmes ne leur appartenaient pas» ( Lawyers and Doctors for Human Rights)

«De nombreux obstacles culturels et sociaux empêchent d’évoquer la détention et ce qui se passe en prison, en particulier pour les femmes. Malheureusement, au lieu de soins et de soutien, les femmes qui ont été prisonnières sont confrontées, dans leurs communautés, à la stigmatisation et à la honte.»

Un «abattoir humain»

Ce rapport est le dernier d’une série de révélations apparues ces dernières années sur le fonctionnement interne des prisons syriennes.

Plus tôt cette année, Amnesty International a déclaré que 13 000 personnes étaient mortes de la torture et de la faim dans la prison de Sadanya, près de Damas, que l’ONG a qualifiée d’« abattoir humain».

L’administration américaine a indiqué que les cadavres des prisonniers avaient été incinérés dans un crématoire géant afin de dissimuler l’ampleur des massacres et exactions.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a estimé, pour sa part, que près de 45 000 opposants au gouvernement Assad avaient été tués en prison.

Cependant, la justice pour les victimes et leurs familles apparaît comme un rêve illusoire, ont déploré des militants des droits de l’homme.

La Russie – principal soutien d’Assad – a opposé son veto à la proposition du Conseil de sécurité de l’ONU de créer un tribunal semblable à celui des conflits du Rwanda et de la Yougoslavie pour la Syrie.

En outre, la Syrie n’a pas encore ratifié le Statut de Rome qui permet à la Cour pénale internationale de poursuivre en justice les auteurs de crimes internationaux si un État ne le fait pas lui-même.

En février, les avocats de Guernica 37, représentant la sœur d’un Syrien qui aurait été torturé à mort dans une prison de Damas en 2013, ont déposé plainte contre neuf membres des forces de sécurité syriennes auprès d’un tribunal espagnol.

«L’affaire a été révélée après qu’un agent des services de l’armée (chargé de «prendre des portraits» des torturés à mort)  s’est échappé de Syrie en septembre 2013 avec plus de 50’000 photos documentant les décès de plus de 6000 personnes.

Cette action en justice contre les autorités syriennes, la première intentée dans un tribunal occidental, a été rendue possible par le fait que la sœur de la victime est une citoyenne espagnole et qu’en vertu du droit international, les proches des victimes d’actes criminels commis ailleurs sont également considérés comme des victimes.

Le mois dernier, la justice espagnole a annulé une décision antérieure d’instruire l’affaire. Guernica 37 a fait appel.

Toby Cadman a indiqué que Guernica 37 travaillait sur un certain nombre d’enquêtes relatives à la Syrie et a décrit le rapport de la LDHR comme étant «hautement crédible et axé sur une question très préoccupante».

«Nous continuerons à travailler avec la société civile syrienne et les organisations de défense des droits de l’homme afin de documenter ces crimes et porter les affaires devant les tribunaux nationaux, et afin de développer le cadre institutionnel nécessaire pour que la Syrie puisse un jour se charger du plus grand fardeau de demander des comptes aux responsables.» (Traduit de l’anglais par MEE)

*****

 Majd Aldik: «Toi qui es toujours en vie, deux ans après l’attaque chimique»

Toi qui es toujours en vie, regarde bien ce que tu t’apprêtes à voir, et fais-le entendre aux sourds.

Le 31 août 2017, sur la place des Nations à Genève

Dis-leur que l’odeur du gaz émanant du massacre nous a réveillés. Montre-leur ce que c’est qu’être asphyxié, qu’ils le vivent en eux.

Ouvre-leur la bouche. Mets-y une bonbonne de gaz. Bouche-leur le nez. Laisse-les sentir leurs poumons se contracter, jusqu’à vouloir se les arracher. Qu’ils sachent ce que veut dire étouffer.

Dis-leur qu’on a hurlé… Les habitants de Zamalka sont morts… Les habitants de Zamalka sont morts…

Dis-leur qu’on a pris nos voitures, en s’assurant que les fenêtres étaient bien fermées. Dis-leur qu’on a craint, l’espace d’un instant, d’étouffer nous aussi. Que ce jour-là, on a condamné nos cœurs pour que tiennent nos consciences.

Dis-leur que les portes des maisons de Zamalka ont été défoncées une à une, dans l’espoir de sauver ceux qui agonisaient dedans.

Dis-leur que la bave des victimes nous coulait sur les mains. Que leur salive, collante et visqueuse, a couvert à jamais nos cœurs d’amertume.

Dis-leur qu’on a vomi nos galettes de fourrage, mangées quelques heures avant le massacre. Que notre sang s’est glacé.

Dis-leur que tous ceux qu’on connaissait sont morts. Que seul Morad a survécu. Qu’on a dû entasser leurs dépouilles.

Fais-leur savoir que l’objectif de notre appareil photo, allant de cadavre en cadavre, n’a pas été en contact avec leur salive, leur vomi, leurs yeux pétrifiés.

Dis-leur comment ces yeux figés comme la pierre, exprimaient leur ressentiment envers tous ceux qui n’étaient pas morts avec eux.

Dis-leur qu’on les a enterrés dans des fosses communes, et, avec eux, nos cœurs qui ne nous serviraient plus à rien, à compter de ce jour.

Dis-leur qu’on a transporté à la main le missile chimique, espérant voir celui qui l’avait tiré, forcé de le lécher.

Dis-leur qu’Obama nous a fait une promesse. Et que, chez nous, on apprend dès l’enfance qu’une promesse doit être tenue. Fais-leur savoir qu’on a exhumé leurs corps pour en prélever des échantillons de peau, de sang, de cheveux, afin de les envoyer à celui qui nous avait donné sa parole.

Dis-lui que nous avons cru à sa promesse. Qu’il nous a menti. Et que le mensonge est péché.

Dis-leur qu’al Assad a fait fermer les points de passage, pour qu’on étouffe à l’intérieur… Dis-leur qu’il nous a réduits à utiliser, comme antidote, de l’Atropine pour animaux. Mais que les autres sont morts.

Dis-leur qu’on a haï l’idée même de justice, autant qu’on avait pu l’adorer. Qu’en un jour, on a vu des cadavres autant qu’on en voit en mille ans.

Dis-leur que ce n’est pas nous, les malades, et qu’on ne veut pas se soigner. Qu’on veut que le monde retrouve ses esprits. Et que lui, se soigne.

Dis-leur que nous avons documenté le massacre. Dis-leur que nous avons assisté au carnage.

Texte publié 21 août 2015, sur le blog de Majd Aldik. Activiste syrien de 28 ans, Majd Aldik est originaire de Douma, en banlieue de Damas; il a fui la Syrie fin 2014. Réfugié politique.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org