mercredi
24
avril 2019

A l'encontre

La Brèche

Par Michael Omer-Man

Des oléiculteurs palestiniens ont été attaqués au nord de la Cisjordanie dimanche 20 octobre 2013. Cette agression a entraîné au moins quatre blessés et la destruction de douzaines d’arbres. Cela en pleine période de récolte d’olives.

(1)

On voit ici des colons masqués descendre depuis Yitzhar vers des Palestiniens qui récoltent des olives sur les terres de Burin, 20 octobre 2013. (Photo: Munir Qadus/Yesh Din)

yitzharcropped

 

Dimanche, au village de Burin, des oléiculteurs palestiniens et des volontaires israéliens ont été attaqués par des colons masqués qui arrivaient depuis la direction de la colonie proche de Yitzhar, connue pour abriter beaucoup de colons usant de la violence.

Les Rabbins pour les Droits humains, dont les volontaires ont été attaqués, ont rapporté que deux Palestiniens et deux Israéliens ont été blessés par les colons qui les ont attaqués avec des pierres et des barres de fer. Les Israéliens, âgés respectivement de 71 et de 18 ans, ont tous les deux été blessés au visage.

(2)

Un homme a le visage portant la marque de l’attaque par les colons israéliens qui sont descendus depuis Yitzhar vers les Palestiniens et les volontaires israéliens qui récoltaient les olives à Burin. 20 octobre 2013. (Photo: Munir Qadus/Yesh Din)

face

 

Les Rabbins pour les droits humains ont rapporté que près de 2’000 oliviers palestiniens avaient été soit déracinés soit brûlés au cours des derniers mois et ce dans des régions où l’armée israélienne est censée «devoir protéger» les oléiculteurs Palestiniens.

Ailleurs au nord de la Cisjordanie, des oléiculteurs palestiniens du village de Qaryut ont découvert dimanche que des colons avaient endommagé leurs arbres la veille. Des officiels du Ministère de l’agriculture palestinien qui se sont rendus sur place ont compté 60 arbres endommagés appartenant à 12 agriculteurs différents.

(3)

Des agriculteurs palestiniens du village de Qaryut, au nord de la Cisjordanie, évaluent les dégâts aux oliviers occasionnés la veille par des colons israéliens. 20 octobre 2013. (Photo: Ryan Rodrick, Beiler/Activestills.org)

20131020-palestine-0181

 

Article publié dans le magazine +972, traduction A l’Encontre

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org