mercredi
20
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

France. Le refus du déshonneur, face à une légion de trahisons

Publié par Alencontre le 4 - janvier - 2015

2549536-ces-economistes-et-ces-patrons-qui-soutiennent-francois-hollande-1Par Hubert Huertas

Des artistes, des savants, des acteurs publics qui refusent la légion d’honneur, il y en a des dizaines, pour des motifs les plus divers. L’indépendance, comme Edmond Maire l’ancien patron [de 1971 à 1988] de la CFDT (Confédération française démocratique du travail); la protestation, comme la chercheuse Annie Thébaud-Mony en 2012 (voir sur ce site l’article en date du 16 décembre 2014); la colère, comme Hector Berlioz (1803-1869) à qui l’État devait de l’argent; le haussement d’épaules comme le dessinateur Jacques Tardi en 2013; Georges Brassens en son temps, se moquant du «fatal insigne qui ne pardonne pas», ou Léo Ferré dénonçant «ce ruban malheureux et rouge comme la honte». Claude Monet, Georges Bernanos, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Georges Sand, Pierre Curie, à chaque refus son anecdote et son bon mot.

La différence avec Piketty, c’est que l’État n’a pas écrit de roman avec Georges Sand, n’a pas cherché avec Pierre Curie, n’a pas chanté avec Brassens ou Ferré, ni dessiné avec Tardi [connu, entre autres, pour ses bandes dessinées sur la Première Guerre mondiale], alors que le candidat François Hollande n’avait à la bouche que «la grande réforme fiscale» inspirée par un économiste en vue, dont le nom circulait sur toutes les lèvres.

Thomas Piketty, dans la campagne victorieuse de François Hollande, de l’automne 2011 au printemps 2012, ce n’était pas un conseiller parmi tant d’autres, c’était l’inspirateur, et la caution. La preuve que les quelques hardiesses économiques du candidat n’étaient pas improvisées. Si l’équipe entourant le futur président, et si le candidat lui-même promettaient d’agir sur la relance en pleine période de crise, c’est qu’une répartition plus juste de l’argent public recueilli par l’impôt allait créer un choc de confiance. A chaque question sur le déficit, ou sur la faisabilité de telle ou telle mesure, François Hollande répondait par «la grande réforme fiscale», et cette grande réforme fiscale, avec, entre autres, la fusion de la CSG (Contribution sociale généralisée, instituée en 1990) et de l’Impôt sur le revenu, était issue des travaux de Thomas Piketty…

Le livre qui fit débat lors de l'élection présidentielle

Le livre qui fit débat lors de l’élection présidentielle

«Piketty», c’était le Sésame [le mot de passe pour se faire ouvrir un passage bien gardé], un mélange de magie et de science… La réponse globale et la réponse à tout.

Après les élections, la réponse globale s’est transformée en une succession d’ajustements qui ne répondaient qu’aux exigences de la droite et des organisations patronales, et le Sésame fut renvoyé à ses chères études, ses conférences, ses critiques, puis son best-seller mondial, tandis que le nouveau Président se consacrait aux 20 milliards d’allègements de charge du CICE (Crédit d’impôt compétitivité emploi), puis aux 40 milliards du «Pacte de responsabilité et de solidarité» [proposé par Hollande, le 31 décembre 2013, qui allège les «charges patronales» sur les salaires pour faciliter d’aléatoires embauches et renforcer le «dialogue sociale»].

La grande réforme fiscale fut vaguement évoquée par Jean-Marc Ayrault [ex-Premier ministre] en décembre 2013 avant d’être définitivement enterrée par la nomination de Manuel Valls au printemps 2014.

Si bien que l’attribution de cette Légion d’honneur apparaît, au seuil de 2015, comme une brassée de fleurs et de couronnes jetées sur la tombe d’une promesse, plutôt que l’aboutissement d’une carrière au service de la Nation… Geneviève Fioraso, la secrétaire d’État chargée de l’enseignement supérieur, à l’origine de cette proposition, aurait pu deviner que cette «récompense» ne chatouillerait pas la vanité du bouillant Piketty, mais l’agacerait plutôt.

Elle n’a pas réalisé. Elle n’a pas mesuré la dimension symbolique de cette décision a priori anecdotique, et elle n’est pas la seule. Quand l’affaire a éclaté, c’est tout le gouvernement qui a semblé frappé d’amnésie. Piketty n’était plus l’homme qui avait travaillé avec les ministres d’aujourd’hui, autour du candidat devenu Président, il était un intello, une espèce d’allumé, une star de l’édition dont on moquait les caprices…

Pour l’excellent Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, il y a d’un côté quelqu’un «qui a des idées intéressantes, mais qui est un chercheur dans son bureau, qui fait des calculs», et de l’autre «la politique, qui est confrontée à la réalité». Ah bon… Donc, François Hollande ne faisait pas de politique pendant sa campagne présidentielle!

Pour le secrétaire d’Etat Thierry Mandon, la réforme fiscale de Thomas Piketty est simplement inapplicable. Ah bon… Une réforme peut donc être inapplicable et promise à la fois!

Thomas Piketty

Thomas Piketty

Pour Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, Thomas Piketty «confond peut-être le fait qu’une légion d’honneur est une récompense pour un mérite reconnu par la Nation, et pas une adhésion à une politique économique»… Ah bon. Donc, François Hollande n’adhérait pas au discours de sa campagne.

De bout en bout, de l’attribution de la médaille aux éléments de langage distillés dans les médias, le gouvernement et le Président se retrouvent confrontés à eux-mêmes, dans une sorte d’amnésie collective, et c’est ce face-à-face avec soi-même qui donne son côté accablant à cette affaire au départ insignifiante.

Pire encore. En opposant le mauvais coucheur Piketty au bon récipiendaire Jean Tirole, prix Nobel d’Économie, qui a accepté la médaille, les ministres confirment leur virage politique, c’est-à-dire la «trahison» que leur reproche le Front de gauche, la plupart des écologistes, et les frondeurs du PS. Car Tirole, pour Nobelisé qu’il soit, n’est pas un homme de gauche. Il a dû frémir au discours du Bourget, du 22 janvier 2012 («mon ennemi, c’est la finance»), inspiré par Piketty. Jean Tirolle, le nouveau compagnon de route, est d’abord un libéral, et c’est lui le bon élève.

Pour compléter le tableau, notons encore ce «détail» de l’histoire… L’année éditoriale de la France a été marquée par deux livres. La vengeance de Valerie Trierweiller, et les errances d’Éric Zemmour. Tout le monde en parle parce qu’ils se sont beaucoup vendus. Le succès de Zemmour serait même un symptôme de l’extrême droitisation de la société française. Or Piketty, dans un pavé de 900 pages, publié en 2013, un ouvrage exigeant qui démonte les excès d’un libéralisme tout-puissant en Europe, a vendu trois fois plus, et que trouve à déclarer le gouvernement PS, vexé: que cet économiste ferait mieux de retourner à ses chères études. Si ce n’est pas un divorce, c’est carrément une fracture. (3 janvier 2015, publié sur Mediapart)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org