vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

La ville de Al Hoceima, située dans le nord du Maroc

Dossier

Le vendredi 2 juin 2017, dans la bourgade d’Imzouren, à 20 km d’Al Hoceima, la capitale du Rif. Les manifestants réclamaient la libération du leader du mouvement, Nasser Zefzafi, ainsi que celle de plusieurs dizaines d’autres personnes. Des «affrontements» ont éclaté entre les jeunes et les forces antiémeute après la prière du vendredi, boycottée par le mouvement. [Voir sur l’essor du récent mouvement le dossier publié sur le site alencontre.org en date du 2 juin 2017: L’«Hirak» bouscule le «Makhzen».]

Imzouren est la ville d’origine du leader du mouvement, Nasser Zefzafi, et elle est sous tension depuis son arrestation, lundi 29 mai. L’exaspération des manifestant·e·s de cette bourgade est due au fait que les forces de police empêchent régulièrement les militants du mouvement «Al Hirak» de se rassembler sur la place principale.

En date du 3 juin, la publication Tel quel indiquait: «Dans un communiqué publié ce 3 juin, le parquet d’Al Hoceima annonce le transfert du dossier d’instruction de cinq personnes «arrêtées à Al Hoceima et placées en garde à vue pour leur implication présumée dans des crimes d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat». Ces dossiers ont été transférés à la Cour d’appel de Casablanca suite à une décision de la Chambre criminelle près de la Cour de cassation. La même source précise que ces cinq personnes ont été transférées à la prison d’Oukacha à Casablanca.

Parmi elles, le leader du mouvement de contestation du Rif, Nasser Zefzafi, qui a pu rencontrer des avocats de son comité de défense ce 3 juin au siège du Bureau national de police judiciaire (BNPJ). L’un d’entre eux, Abdessadak Elbouchattaoui, affirme que le chef de file du Hirak «est dans de bonnes dispositions physiques et mentales» dans un statut publié sur Facebook. Bien qu’il déplore «la violence physique» dont Nasser Zefzafi aurait fait l’objet à Al Hoceima, l’avocat affirme que la BNPJ de Casablanca s’est comporté avec son client dans le respect de la loi.

Tel quel ma, du 3 juin 2017, indique que mardi 6 juin Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, répondra aux questions des députés concernant la situation au Rif.

Nous publions ci-dessous divers articles qui contribuent à saisir des facettes de cette mobilisation populaire dont le cours ne peut être détaché des soubassements socio-économiques et politiques qui ont nourri les «processus révolutionnaires de longue durée» dans un ensemble de régions – certes différentes – d’une même aire. (Rédaction A l’Encontre)

*****

La question sociale, un facteur clé pour expliquer
l’actuelle explosion de colère

Dans El Watan du 1er juin 2017, Pierre Vermeren, spécialiste du Maroc, explique que la question sociale est un facteur à prendre en compte pour expliquer l’actuelle explosion de colère, indiquant que les seules ressources dont bénéficie la région (du RIF) «sont l’argent de l’émigration, de la contrebande et la culture et le trafic de haschich».

Manifestation à Al Hoceima, la police intervient

Malgré l’arrestation de Nasser Zefzafi, le leader du mouvement Hirak Errif [Le mouvement du Rif], la contestation ne faiblit pas dans le Rif marocain, où plusieurs milliers de personnes ont une nouvelle fois manifesté pacifiquement, mardi soir, contre l’«injustice» et la «marginalisation». Les manifestants ont exigé également la libération de Nasser Zefzafi, arrêté lundi par la police pour «atteinte à la sécurité intérieure». C’est aux cris de «Pacifique», «Nous sommes tous Zefzafi», «Dignité pour le Rif» et «Etat corrompu» que les protestataires ont envahi les rues proches du centre-ville d’Al Hoceima après la rupture du jeûne.

Selon des médias présents sur place, «ils étaient plus nombreux que la veille à descendre dans le quartier Sidi Abed, où les forces antiémeute avaient pris position en grand nombre». La manifestation s’est finalement dispersée peu avant minuit sans incident. D’après des images diffusées sur les réseaux sociaux, d’importantes manifestations ont eu lieu également dans d’autres localités de la province, comme ce fut le cas à Imzouren et Beni Bouyaach.

La contestation a touché aussi les grandes villes du royaume. A Rabat, un sit-in d’environ 200 personnes devant le Parlement a été violemment dispersé par les policiers. Scénario analogue à Casablanca, à proximité de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), où Zefzafi a été transféré. Les autorités marocaines craignent visiblement le phénomène de contagion, surtout que le contexte social est tendu dans plusieurs régions du pays.

La peur de la contagion

L’ancien porte-parole de Mohammed VI, Hassan Aourid, a pointé, dans un article publié cette semaine sur le site Al Aoual, «les erreurs et les tergiversations de l’Etat quant à la prise en considération de la situation économique, sociale et culturelle qui prévaut dans cette région depuis longtemps». Qualifiant de «légitimes les revendications des Rifains». Il a estimé nécessaire «d’amorcer un dialogue franc dans un climat de sérénité».

Pour lui, cela «passe par la libération de tous les détenus et la levée de toutes les poursuites, puisque ces individus ont exprimé des revendications sociales et politiques et ne sont en aucun cas des criminels». M. Aourid a insisté sur le fait, en outre, que «dans un Etat qui se veut démocratique et moderne, il ne faut en aucun cas donner la primauté au sécuritaire aux dépens de la loi et de la justice».

Une partie de la classe politique marocaine partage ce point de vue. Les antennes à Al Hoceima de trois partis, dont celle du PJD (Parti de la Justice et du développement) au pouvoir, ont d’ailleurs publié un communiqué commun, s’alarmant d’une «situation grave» et désapprouvant «l’approche sécuritaire de l’Etat».

A la question de savoir si l’arrestation des leaders du mouvement Hirak Errif peut porter un coup d’arrêt à la contestation qui dure depuis plus de 6 mois, le chercheur Pierre Vermeren, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a fait remarquer, dans un entretien accordé mardi au quotidien français Libération, que les autorités marocaines ont choisi d’effectuer leur coup de filet au premier jour du Ramadhan, un mois de nervosité propice aux débordements. «Je vois deux scénarios possibles. Privé de ses meneurs, le mouvement peut doucement s’essouffler. Ou au contraire, il peut déraper et basculer dans la violence. Au moindre incident, la situation peut dégénérer. Depuis toujours, le Palais surveille le Rif comme le lait sur le feu», avertit-il. Pierre Vermeren rappelle que «la province est hyper-militarisée».

Le spécialiste français du Maroc note que «pour l’instant, la mobilisation reste cantonnée à Al Hoceima, qui est somme toute une petite ville de province», estimant toutefois que «si elle devait s’étendre aux grandes villes du Nord, en particulier Nador, peut-être trois fois plus grande et mal contrôlée par la police, les autorités commenceraient à paniquer».

«Hassan II a puni le Rif»

Pierre Vermeren souligne que la question sociale est un facteur à prendre en compte pour expliquer l’actuelle explosion de colère, indiquant que les seules ressources dont bénéficie la région «sont l’argent de l’émigration, de la contrebande, et la culture et le trafic de haschich». Pour le chercheur français, la responsabilité de la situation actuelle incombe en premier lieu à Hassan II qui a privé de manière systématique le Rif de programmes de développement.

«C’est en grande partie de la responsabilité de Hassan II, car après la Révolte du Rif de 1958-1959 et sa répression extrêmement brutale, le roi a puni la région pour avoir osé se soulever contre l’Etat marocain. Il ne s’y est pas rendu une seule fois, il ne lui a laissé aucun investissement. La seule porte de sortie, c’était la culture du kif, dont le privilège avait été accordé par le père de Hassan II aux Rifains», indique-t-il.

Pierre Vermeren révèle en outre que «le trafic va croître, l’implantation va devenir gigantesque: il y a aujourd’hui des dizaines de milliers d’hectares, qui nourrissent 800 000 paysans». 

*****

Au cœur de la Révolte du RIF

Par Djamel Alilat

• Un reportage au Rif dans El Watan en date du 1er juin 2017. Partir à la rencontre des animateurs du Hirak (Le mouvement), les artistes, les intellectuels, les pêcheurs, les montagnards et les citoyens de cette vaste région pour rendre compte des réalités socio-économiques et politiques de cette région frondeuse.

Raconter le combat de la population rifaine pour la liberté, la dignité et plus de justice sociale. Quand je propose cette idée aux responsables de mon journal, ils sont tout de suite enthousiasmés. «Tu connais bien le Maroc pour y avoir réalisé des reportages et tu y comptes beaucoup d’amis et de connaissances, donc tu es bien placé pour faire ce reportage. Vas-y», me dit-on.

• Aéroport international de Casablanca, fin d’après-midi du jeudi 26 mai. Le policier de la PAF (Police aux frontières) marocaine ne me pose qu’une seule question: «El Watan, c’est un quotidien ou un hebdo?» Sur ma fiche de contrôle, j’avais coché «tourisme» quant aux motifs de ma visite pour éviter d’être prié de me rendre dans un bureau de la PAF pour m’expliquer longuement.

Les formalités expédiées, je m’achète une «puce» (carte SIM) marocaine pour communiquer plus facilement avec les amis qui m’attendent et qui, justement, me demandent de venir directement à Rabat au lieu de séjourner à Casa, comme je l’avais prévu. «Prends le train directement de l’aéroport et viens sur Rabat. T’as une heure et demie de route», me dit-on. Décision est donc prise de prolonger vers Rabat.

Arrivée vers 20h dans la capitale marocaine et première discussion dans un café non loin de la gare avec des militants et des journalistes. On me donne tous les contacts qu’il me faut dans toutes les localités que j’ai décidé de visiter. Je tiens à rencontrer Nasser Zefzafi, le leader du Hirak, mais également à me rendre à Nador, Al Hoceima, Tanger puis dans deux ou trois villages, dont Ajdir où repose l’immense Abdelkrim El Khettabi, alias «Moulay Mhand», l’icône du Rif. [Dirigeant d’un mouvement de résistance contre la France et l’Espagne au Maroc lors de la guerre du Rif entre 1921 et 1926, avec intervention de l’armée espagnole en 1925-1926; il est décédé en 1963 au Caire.]

• On me promet un rendez-vous avec Zefzafi, mais ce ne sera pas facile, car le makhzen [le réseau de pouvoir «autour» du roi] et ses relais accusent ouvertement le mouvement d’être manipulé par Alger. S’afficher avec un Algérien, même journaliste indépendant, revient à s’exposer à cette redoutable accusation. Les militants me demandent d’être très prudent et décision est prise d’éviter les hôtels pour ne s’appuyer que sur les activistes, les amis et les connaissances.

• La première nuit est passée chez Mounir Kejji, activiste et militant infatigable du mouvement amazigh [voir article ci-dessous]. La vie de Mounir n’est qu’une suite de combats et sa maison un véritable musée où les livres, les journaux et les revues montent en piles imposantes jusqu’au plafond. Il possède des collections complètes d’œuvres de chanteurs, comme Matoub Lounes et Aït Menguellet, tous les livres d’histoire qui parlent des Berbères où qu’ils se trouvent. Après un bac anglais et des études de droit à l’université, l’enfant de Goulmima s’est engagé corps et âme dans un combat multiple. Journaliste amateur, il collabore à des publications périodiques et des livres et réalise des documentaires. Mounir est partout.

• Justement, il est à Al Hoceima, ce 28 octobre 2016, lorsque le malheureux poissonnier Mohcine Fikri se fait écraser dans une benne à ordures pour avoir voulu récupérer une partie de la marchandise que la police lui avait confisquée avant de la jeter dans la poubelle. C’est le point de départ de la grande révolte du Rif qui dure jusqu’à ce jour.

Originaire d’Imzouren, à 18 kilomètres d’Al Hoceima, le papa de Mohcine est un militant du PJD, parti islamiste au pouvoir. Au père qui s’exprimait un peu trop dans les médias, au goût des autorités, le Premier ministre de l’époque, Abdelilah Benkirane, envoie un message verbal par des émissaires. «Enterre ton fils et tais-toi!» Il lui fait comprendre que le Maroc qui préparait la COP 22, un événement mondial, devait se passer de toute mauvaise image qui pouvait écorner la belle image qu’il tentait soigneusement de donner.

«Il y a eu une grande marche de 18 kilomètres de la morgue d’Al Hoceima jusqu’au domicile de Mohcine Fikri. Au départ, on demandait que les responsables de cette tragédie soient jugés, puis, petit à petit, des revendications sociales sont venues se greffer sur cette demande et un noyau de dirigeants a émergé», raconte Mounir Kejji. Toutes les rancœurs et les frustrations longtemps contenues dans cette région berbérophone, qui rappelle à bien des égards la frondeuse Kabylie, se sont réveillées.

• D’Al Hoceima, la révolte s’est propagée dans tout le Rif. «Plutôt que de répondre aux revendications légitimes de la population par le dialogue et la concertation, le pouvoir accuse les membres du Hirak d’être des séparatistes, des sécessionnistes, d’être manipulés par des mains étrangères», poursuit Mounir. Le feu de la révolte des Rifains couvait toujours, même après sept mois d’un combat de rue pacifique et citoyen. Le makhzen, qui comptait sur un essoufflement à long terme, cherche à présent à rattraper le temps perdu en envoyant une flopée de ministres en visite dans le Rif. Leur visite sera un flop retentissant.

• Dans l’après-midi du vendredi, le lendemain de mon arrivée, les choses se précipitent brutalement à Al Hoceima. L’incident de la grande prière qui a vu Zefzafi répondre à l’imam, qui avait passé l’essentiel de son prêche à vilipender le Hirak, met le feu aux poudres. La presse du makhzen s’en donne à cœur joie. Un journal va jusqu’à faire le parallèle entre Zefzafi et Al Baghdadi, l’émir de Daech, qui avait un jour proclamé le califat dans une mosquée de Mossoul. Les couteaux sont désormais tirés et l’ordre est lancé: il faut coûte que coûte en finir avec cet insurgé de Zefzafi et son mouvement qui défient les autorités.

• Train de nuit vers Nador. Je débarque avec les premières lueurs du jour dans une ville endormie un premier jour de Ramadhan. Je ne rencontre mon contact qu’à 11h. Pour les activistes du Hirak, il faudra attendre la soirée, après le ftour [rupture du jeûne lors du ramadan]. Mon projet est de partir à Al Hoceima le plus rapidement possible, mais la répression qui s’est abattue sur les militants du Hirak fait que la plupart se cachent ou sont étroitement surveillés par les services.

Djamel Alilat

• La patience est de mise. Je passe donc le dimanche, soit un jour de plus que ce qui était prévu, à Nador. Dans la soirée de samedi, je rencontre les activistes de Nador dans un café. Pour ces animateurs, dont la plupart viennent de la mouvance amazighe, la seule chose qui a changé par rapport à la répression qui s’est abattue sur leur mouvement est qu’il y a désormais une revendication de plus dans l’agenda déjà bien étoffé qu’ils présentent au gouvernement: la libération des détenus.

«Pour nous, c’est juste une revendication de plus pour toutes ces arrestations. Nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre notre combat», souligne Saïd Fannich, animateur du Hirak dans la ville de Nador. Pour eux, la priorité est désormais de défendre les détenus en constituant des collectifs d’avocats, élaborer une nouvelle stratégie de lutte qui s’adapte à la répression et aux arrestations puis continuer à mobiliser la rue tout en informant l’opinion publique nationale et internationale.

• Dans la journée de dimanche, un appel est lancé pour un rassemblement sur la place publique à 22h après les prières du Tarawih. Pour moi, c’est l’occasion de voir enfin le Hirak sur le terrain. Je décide d’y aller et d’observer de loin. A l’heure convenue, les citoyens commencent à se rassembler. Quand ils deviennent assez nombreux, ils s’organisent très vite. On sort les mégaphones, les banderoles et les drapeaux. Hommes et femmes se donnent la main pour former une haie autour des animateurs qui évoluent dans un grand espace. L’ambiance monte très vite.

• A tour de rôle, les animateurs lancent des slogans que la foule reprend en chœur. «Houria, karama, adala ijtimaâiya!» (Liberté, dignité et justice sociale), «Nous sommes tous Zefzafi!» scande la foule. Fustigé en termes acerbes, le makhzen en prend pour son grade. L’ambiance est tellement chaude que j’en oublie les consignes de sécurité que je m’étais fixées pour commettre une erreur de débutant. Je me dis que je n’aurais peut-être pas l’occasion de faire des photos de manifestation et il m’en fallait absolument quelques-unes pour illustrer mon reportage.

Au début, je demande à mon contact de me prendre quelques photos, mais il me dit: «Vas-y donc. N’aie pas peur.» Je prends deux ou trois photos avec mon téléphone, puis je sors carrément mon appareil photo et je fais quelques prises. Je n’arrive pas toujours à capter les slogans en derja marocaine et en tamazight du Rif, alors je fais deux ou trois courtes vidéos afin de décortiquer plus tard, tranquillement, ces fameux slogans.

• C’est probablement à ce moment-là que les services me repèrent. Au bout d’une heure, le rassemblement se transforme en marche qui s’ébranle à travers les rues de la ville. Je décide de rentrer. Je regarde, de loin, la manif grossir, lorsque trois hommes en civil m’accostent pour me demander mes papiers avant de m’embarquer dans un fourgon. Direction le commissariat. Dans un minuscule bureau, ils sont quatre ou cinq policiers autour de moi.

A vérifier le contenu de mon sac, ma sacoche, mes papiers, mon téléphone et tout ce qui leur tombe sous la main. Je décline mon identité et ma profession et leur dis que je réalise un reportage sur le Hirak du Rif. Les policiers sont indignés: un journaliste algérien qui réalise un reportage sur le Rif!! «Qu’est-ce que tu en as à faire du Rif? Occupez-vous de vos problèmes et ils sont assez nombreux!! Allez balayer devant votre propre porte!!», crie l’un d’eux.

Les questions vont se succéder jusqu’au matin. Dans un premier temps, ils croient avoir attrapé un espion algérien venu apporter des fonds et des instructions pour déstabiliser le Maroc. «Je ne crois pas que tu sois un journaliste. Si tu l’es, pourquoi ne pas avoir demandé une autorisation pour travailler?» me dit celui qui a l’air d’être leur chef. J’explique que j’étais déjà venu faire des reportages au Maroc.

Que lors du mouvement du 20 février, j’avais pris contact avec le ministère de la Communication marocain sis à Rabat Agdal. Au bureau des journalistes étrangers dans lequel je m’étais rendu, on m’avait expliqué que les autorisations n’étaient délivrées que pour les télévisions et les journalistes qui se fixaient au Maroc en tant que correspondants d’une chaîne ou d’un journal. J’avais travaillé et réalisé des reportages à Rabat et Casablanca sans aucune autorisation et sans être inquiété le moins du monde. Je leur explique également que si j’avais su qu’une autorisation était nécessaire, je l’aurais demandée et travaillé en toute quiétude.

Mes carnets de notes sont décortiqués et analysés. Quand, bien entendu, ils arrivent à déchiffrer ma technique de prise de notes qui n’a pas grand-chose à envier à l’écriture d’un médecin rédigeant une ordonnance. Ils scannent tout et vérifient alors que je suis soumis au même feu roulant de questions sur ma filiation, mon parcours journalistique, mes relations avec les citoyens marocains que j’ai rencontrés, mes déplacements, etc.

Les policiers sont néanmoins polis et courtois. Passé les premiers moments de tension, ils ne vont à aucun moment outrepasser leurs prérogatives. A l’aube, je suis transféré dans un autre commissariat vide, où un policier que l’on venait visiblement de tirer de son sommeil allait devoir rédiger un long rapport. A la fin, on me demande de le lire et le signer. Je ne m’y oppose pas du moment que cela reflète fidèlement mes déclarations. On me signifie que mes deux téléphones, mon dictaphone, mon appareil photo et une clé USB sont saisis sur ordre du juge.

• Je suis également autorisé à passer un coup de fil pour prévenir une de mes relations que j’ai été arrêté. Je leur demande de prévenir l’ambassade d’Algérie, puis j’appelle Mounir Kejji pour l’informer de mon arrestation. Retour au premier commissariat. Je vais rester là toute la journée jusqu’à minuit en face de deux portraits de Mohammed VI dont l’un semble me narguer et l’autre me souhaiter la bienvenue en son royaume.

• Vers 6h du matin, on ramène dans le bureau où je me trouve un jeune Algérien. Pâle et amaigri, il tient à peine debout sur ses jambes. Je lui cède le banc pour qu’il puisse s’allonger un peu. En l’interrogeant, j’apprends que c’est un jeune harrag [migrant clandestin] de 22 ans, originaire d’El Harrach qui a tenté sa chance à Melilla, l’enclave espagnole.

Il a traversé clandestinement les frontières du côté d’Oujda en payant 30’000 DA à un passeur. Ses amis ont pu passer les frontières de Melilla, mais pas lui. Entre-temps, tout l’argent qu’il avait ramené avec lui avait fondu, il ne pouvait même pas se nourrir. «Le soir, je vais à la gare et quand les gens mangent, je m’assois à leurs côtés et ils m’en donnent un peu…», dit-il. Faute de pouvoir se payer un billet d’avion, il ne peut pas non plus retourner chez lui. «J’attends que les autorités marocaines m’expulsent…», dit-il.

• Dans la cour du commissariat de police dans lequel je me trouvais, ils étaient deux Algériens à partager le sort de la dizaine de réfugiés subsahariens qui campaient là et dormaient sur des matelas crasseux dans une partie couverte du parking. Son histoire me bouleverse et les sous-entendus lourds d’allusions sarcastiques des policiers sur un pays riche qui abandonne ses citoyens font mal au cœur. J’attends que le policier ait le dos tourné pour lui glisser un billet de 100 dirhams. De quoi se payer deux ou trois repas chauds. Il est évacué, je ne sais, où au bout de deux heures.

• Je vais passer toute la journée dans ce minuscule bureau sous la surveillance d’un ou deux policiers. De temps à autre, on vient me poser une question ou demander une précision. Dans l’après-midi, on me fait sortir pour me conduire dans une agence de la Royal Air Maroc pour avancer la date de mon retour initialement prévu pour le 1er juin. Je paie une pénalité de 450 dirhams et obtiens mon billet. «Tu prends le train de nuit accompagné d’un policier ce soir», me dit celui qui a l’air d’être le responsable du commissariat.

A l’heure du ftour, on me ramène deux pains, une boîte de thon, une bouteille de jus et une bouteille d’eau, mais les policiers chargés de ma surveillance me disent que je peux tout comme eux commander à manger à l’extérieur en payant. Je commande une hrira (soupe) dont j’avale quelques cuillerées. Impossible de nourrir un estomac noué. Dans la soirée, je réclame la restitution de ma valise restée dans l’appartement que j’occupais. Promesse m’est faite de la ramener.

• Aux alentours de minuit, les clameurs d’une foule en colère me parviennent de plus en plus fortes. Il me faut quelques longues minutes pour comprendre que cela ne vient pas du bureau du chef où les policiers suivent en direct les manifestations, mais bel et bien de la rue. Le commissariat est en alerte maximale. Les portières claquent et les portes se ferment. La foule assiège l’édifice en criant les habituels slogans du mouvement. Pacifiquement, sans jeter de pierre ni quoi que ce soit. Au bout d’une demi-heure, les clameurs s’estompent avant de s’éteindre au loin, dans la nuit.

On me demande alors de prendre mes affaires et de sortir rapidement. Au milieu des réfugiés subsahariens, le jeune harraga algérien et son ami me font de grands gestes d’amitié. Je prends place à bord d’une voiture de la sûreté nationale avec trois policiers. Jusqu’au matin, nous allons faire près de 650 kilomètres de Nador jusqu’à l’aéroport de Casablanca. Les policiers vont se charger de toutes les formalités du passage des douanes. Je serais escorté jusqu’à mon siège d’avion qui décolle vers 11h pour Alger.

• Arrivé à Alger, ma première préoccupation est d’abord d’acheter un téléphone pour prévenir ma famille et mon journal que je viens d’arriver plus tôt que prévu et que j’ai été arrêté par la police marocaine et empêché de faire mon travail. Dans ce petit bureau d’un commissariat de Nador, je n’ai aucune idée de ce qui se passe ailleurs. Dès que j’en finis avec la PAF, je suis d’abord surpris de l’accueil des policiers heureux de me voir débarquer, me souhaitant la bienvenue chez moi. Puis je découvre les collègues du journal, à leur tête Omar Belhouchet, ravi de me voir revenu, les amis, les membres de ma famille, les confrères venus nombreux. Moi qui pensais être seul.

J’en suis ému jusqu’aux larmes. Ma fatigue et mes deux nuits sans sommeil s’effacent d’un coup. Puis je prends connaissance du formidable élan de solidarité et de la mobilisation des lecteurs, des citoyens, des Algériens en général et cela fait chaud au cœur. On se dit que le travail du journaliste, malgré ses risques et ses contraintes, demeure une mission noble qui informe et unit les hommes au-delà de leurs appartenances politiques et leurs préjugés.

Au-delà aussi des esprits et des frontières fermées. Pour tous ceux qui me disent: «Ne remets jamais les pieds au Maroc», je dirais que je ne suis pas près de sacrifier ce magnifique pays frère pour les beaux yeux du makhzen. J’ai beaucoup de considération pour ce peuple et tous les peuples du monde qui luttent pour leur liberté et leur dignité et je retournerai là bas à la première occasion. En demandant cette fois-ci une autorisation en bonne et due forme. On verra bien… (El Watan, 1er juin 2017)

*****

La question amazighe

Par Karim Oub

Une des facettes de la contestation actuelle est liée à l’existence d’un mouvement culturel amazigh et aux luttes des populations autochtones. La défense de la culture et de la langue a aussi un fondement social et se traduit par la recherche d’une jonction entre la défense d’une identité spécifique discriminée et la lutte pour une émancipation sociale et démocratique. Cet article a été publié le 7 février 2007 dans la revue mensuelle du NPA, L’Anticapitaliste. (Réd. A l’Encontre)

Nouvel an amazigh

A Al Hoceima, les mobilisations contre la «hogra» (l’arbitraire et le mépris), suite à la mort du jeune vendeur de poisson Mohcine Fikri due à l’intervention des autorités locales, ont un lien avec la situation particulière du Rif et la mémoire collective de la population.

• Le Rif, c’est l’épopée d’Abdelkrim Al Khattabi qui a fondé une république (1917-1926) dans sa guérilla anti-coloniale et témoigné toute sa vie d’une défiance vis-à-vis du makhzen; ce sont les milliers de morts en 1958, après un soulèvement populaire noyé dans le sang par Hassan II, alors prince héritier; c’est le cœur des émeutes populaires de 1984 contre les politiques d’ajustement structurel; ce sont les cinq jeunes dont les corps ont été retrouvés carbonisés pendant le Mouvement du 20 février.

• Et c’est la persistance d’une identité amazighe. Le terme Amazigh signifie «Homme libre». Il est revendiqué face aux autres noms imposés par les différentes colonisations ou les élites, tels que «berbère». La mobilisation à Al Hoceima associe le drapeau amazigh, celui de la république du Rif et les slogans sociaux et démocratiques contre le makhzen. Cette jonction entre revendications sociales, démocratiques et culturelles renvoie à une histoire spécifique

La population autochtone amazighe a dû faire face, pendant une longue période, aux tentatives de négation de son identité et ses formes d’organisation sociale. Les communautés paysannes regroupées en tribus (confédérées) avaient un droit d’usage collectif sur la terre et les ressources naturelles. Elles ont historiquement manifesté une autonomie plus ou moins marquée par rapport au pouvoir central. La colonisation française a visé une assimilation et une politique de déstructuration de leurs bases économiques et de leur rapport à la terre, suscitant des résistances populaires armées. Mais à l’indépendance, la question amazighe a été tout autant évacuée.

Discrimination au nom de l’identité arabo-musulmane

• Pour le mouvement national officiel, principalement urbain, la question amazighe était inexistante. Même Mehdi Ben Barka [1920-1965, cet opposant clé à Hassan II a été enlevé à Paris par des agents marocains en liaison avec les services français, puis assassiné; cela s’est passé à l’époque ou Georges Pompidou était premiers ministres] proclamait au lendemain de l’indépendance que «le berbère est simplement un homme qui n’est pas allé à l’école. Il s’agit là d’un problème d’instruction et d’évolution sociale, d’équipement intellectuel et d’équipement technique des campagnes.» L’identité nationale marocaine portée par des élites urbaines ambitionnait alors de sortir les campagnes de «l’arriération culturelle». N’étant ni «langue du pouvoir», ni «langue de développement», la langue et la culture amazighs ont été refoulées aux marges et folklorisées.

• La monarchie a mis en avant le caractère arabo-islamique de sa légitimité. L’islam officiel ne peut être concurrencé par une autre langue, ni même par un islam populaire qui soit tant soit peu différent. La conception homogène de la nation marocaine, dont l’unité est matérialisée par la monarchie en tant que pouvoir indivisible sur tout le territoire, a accentué le refoulement politique et culturel des populations amazighes.

• Les politiques linguistiques dans l’enseignement et l’administration, opposées aux langues maternelles, ont contribué à exclure socialement de larges catégories populaires. Les politiques socio-économiques ont marginalisé des territoires entiers, soit pour des motifs politiques (c’est le cas du Rif considéré comme une zone dissidente et «punie» par l’Etat), soit parce qu’ils sont intégrés au «Maroc inutile» (pour le capital local et international), en particulier dans le monde rural et dans les régions à dominante amazighe (le Souss et le Centre).

• La question amazighe n’efface pas les influences multiples qui ont façonné la réalité culturelle, sociale et démographique d’aujourd’hui. Il n’existe quasiment plus, sauf dans des zones très restreintes, d’ethnie de «pure» appartenance amazighe ou arabe. La majorité est arabo-amazighe. Mais cela ne signifie pas évacuer l’existence d’une oppression spécifique cristallisée par l’Etat, ainsi que celle de spécificités régionales ethnoculturelles. Une communauté/peuple qui ne peut ni gouverner ni s’éduquer dans sa langue est discriminée.

Genèse et développement du mouvement amazigh

• Le mouvement amazigh a connu plusieurs phases. Dans les années 1960-1970, il s’est refugié dans une défense des «cultures populaires», sans avancer de revendications à caractère politique ou démocratique. Les années 1980 ont été celles d’une gestation difficile dans un contexte répressif. Ce n’est que dans la décennie suivante qu’en résonance avec la question kabyle dans l’Algérie voisine, un regroupement des différentes associations s’est produit sur la base de la Charte d’Agadir (1991). Celle-ci revendique la constitutionnalisation de la langue amazighe, son utilisation et généralisation dans l’enseignement et l’administration.

Mais cette politisation ne s’est accompagnée que de mémorandums à destination de la classe politique et du pouvoir. La direction du mouvement ne cherchait pas la confrontation. Dans les années 2000, le pouvoir a mené une politique de cooptation. Les directions majoritaires ont soutenu la création de l’Institut royal de la culture amazighe, se contentant de l’introduction partielle de l’amazigh dans certains cours (en 2003 ) et de la création d’une chaîne de télévision à diffusion limitée (2008 ).

• La cooptation s’est également appuyée sur une crise ouverte au sein du mouvement, entraînant nombre de ses cadres et militants à se replier sur l’associatif au plan local, financé par des organismes proches du pouvoir. Le mouvement a connu un reflux et la cristallisation de plusieurs courants : ethniciste-chauvin, autonomiste, institutionnel, démocratique radical… Cependant, en 2011, le M20F (Mouvement du 20 février) a montré la possibilité d’un mouvement populaire qui intègre les revendications spécifiques dans un combat général contre le despotisme. La reconnaissance de la légitimité des revendications amazighes faisait consensus. Cette dynamique a obligé le pouvoir à reconnaître la langue amazigh comme langue officielle sans pour autant la mettre sur un pied d’égalité, cette « reconnaissance » elle-même devant attendre des décrets d’application, qui se sont avérés par la suite sans portée réelle.

Tâches et perspectives

• Le pouvoir peut réprimer ou faire des concessions formelles, mais alors en contournant les revendications. La lutte pour la satisfaction des droits culturels et démocratiques ne peut s’appuyer sur le dialogue avec lui, ni se limiter à une reconnaissance officielle de la langue. Elle nécessite une rupture avec les politiques d’austérité qui asphyxient l’enseignement public, la formation des maîtres et la possibilité de généraliser son usage.

• Mais il faut aussi lutter pour une réforme agraire et foncière. La culture et la langue amazighes ont en effet été portées par des communautés ancrées dans les liens sociaux et matériels que permettait un régime spécifique de propriété. Les terres étaient collectives, même si les communautés en avaient seulement l’usage. Le dahir (décret) de 1919 régit le «droit de propriété des tribus, fractions, douars ou autres groupements ethniques sur les terres de culture ou de parcours dont ils ont la jouissance à titre collectif». Placées aujourd’hui sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, ces terres s’étendent sur une superficie estimée à 15 millions d’hectares. Les Amazighs sont aujourd’hui particulièrement touchés par l’intensification de l’accaparement des terres agricoles et pastorales, qui prive les populations rurales de leurs ressources naturelles (mines, forêts, parcours, eau) et de leurs moyens de subsistance, en suscitant en retour une dynamique de résistance.

Les mobilisations à Imider [1] ont réactualisé les formes d’organisation communautaires, en associant l’ensemble des habitants à la conduite de la lutte. La culture amazighe s’assume ici comme un moyen de lutte collective sur des questions sociales, écologiques et démocratiques. A Al Hoceima, les assemblées générales se font dans la langue de l’opprimé. S’il est difficile de savoir sous quelle forme un mouvement de masse pourra s’unifier et se cristalliser, il y a d’ores et déjà une nouvelle génération qui ne se reconnaît pas dans les structures officielles du mouvement amazigh. L’enjeu est de reconstruire un mouvement combatif, indépendant, unitaire, laïc, qui sache combiner les luttes spécifiques et les luttes pour une émancipation globale.

Celle-ci implique un Etat laïque où les formes de légitimation du pouvoir ne reposent pas sur une religion instituée. L’égalité des droits des langues et cultures ne peut reposer sur la sacralisation de la langue arabe comme langue du coran. Une résolution démocratique implique en outre une rupture avec les conceptions centralisatrices et homogènes de la nation, afin de garantir la possibilité d’une autonomie nationale-culturelle et de l’auto-administration régionale. Mais aussi et en même temps, une lutte de classe résolue contre la classe dominante quelle que soit sa coloration ethnique, pour que les classes populaires conquièrent le pouvoir réel et construisent une société égalitaire, multiculturelle, affranchie de toute forme d’oppression et d’exploitation.

Karim Oub est un militant amazigh, maxiste-révolutionnaire

____

[1] Imider: une lutte qui a commencé en 1996, mais a pris une dimension nouvelle depuis six ans, avec l’installation d’un campement permanent des habitants des différents villages qui luttent pour le droit aux ressources, accaparées par un holding royal, et contre la pollution générée par l’exploitation de la mine.

*****

Hirak Errif – le Mouvement du Rif – exige la libération des détenus. Les journalistes Rifains dénoncent les méthodes du pouvoir

Par Aniss Z.

El Watan du 3 juin 2017 a publié cet article dont nous reproduisons quelques extraits. «La quasi-totalité des magasins du centre-ville ont respecté jeudi 1er juin 2017 après-midi le mot d’ordre de grève générale pour exiger la remise en liberté des activistes de Hirak Errif. Le mouvement a été très suivi dans la ville voisine de Beni Bouyaach. Une importante manifestation a également eu lieu à Imzouren et ses environs, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

Nasser Zefzafi

• Malgré les arrestations, les manifestations perdurent à Al Hoceima. De son côté, le mouvement Hirak Errif qui lutte contre la marginalisation de la région s’organise et mobilise, même privé de ses leaders. […]

Et leur mot d’ordre de grève générale a été largement suivi jeudi dans le nord du Maroc, où les manifestations pour réclamer la libération du leader de la contestation locale se poursuivent à un rythme quotidien. L’annonce de la grève générale avait été lancée sur les réseaux sociaux par Najib Ahmajik, le n° 2 du mouvement de contestation qui est actuellement en fuite.

Comme à chaque nuit tombée depuis presque une semaine, les manifestants se sont rassemblés de nouveau dans le quartier Sidi Abed, proche du centre-ville. Ils étaient près de 2000 à exiger de nouveau la «libération des prisonniers», brandissant en tête de cortège une banderole avec le portrait du leader de la contestation emprisonné, Nasser Zefzafi. C’est aux cris de «Nous sommes tous Nasser Zefzafi!» que les contestataires ont investi les rues.

Le rassemblement s’est déroulé sans incident, pour s’achever peu avant minuit, indiquent des médias étrangers présents sur place. […]

• Selon un décompte officiel, la police a procédé depuis vendredi dernier à une quarantaine d’arrestations, visant essentiellement le «noyau dur» du Hirak. Vingt-cinq des personnes arrêtées ont été déférées devant le parquet.

L’appel des journalistes rifains

Dans un communiqué rendu public jeudi après-midi, un groupe de journalistes rifains parmi lesquels figure Mohamed El Asrihi, directeur du site d’informations rifain Rif24, a appelé «la communauté internationale et toutes les organisations mondiales de défense des droits humains à faire pression sur les autorités marocaines afin qu’elles abandonnent les charges retenues contre les journalistes et les activistes rifains telles que les accusations d’avoir menacé la sécurité intérieure de l’Etat et d’avoir reçu des fonds étrangers».

• Dans leur appel, ils disent souhaiter également que ces organisations poussent les autorités marocaines à arrêter les harcèlements et les arrestations qui frappent le Rif. «Nous faisons face à ces menaces et persécutions pour la simple raison que nous avons traité les événements vécus dans notre région avec objectivité et conscience professionnelle, et parce que nous nous sommes battus pour rapporter et transmettre au monde entier les vérités et la réalité telle qu’elle est, d’une manière neutre», indique la même source.

Les auteurs du communiqué dénoncent en outre «les graves violations des droits de l’homme commises par les autorités marocaines envers les journalistes rifains et leurs familles, et leurs tentatives délibérées de faire taire les voix dissidentes et libres». (3 juin 2017)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org