samedi
25
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Bleiberecht

Aujourd’hui, marche de protestation en direction de l’Office fédéral des migrations. Le soutien pour la régularisation collective ne cesse de s’accroître.

Environ 200 sans-papiers, réfugié·e·s et personnes solidaires occupent toujours la Kleine Schanze à Berne. A travers cette occupation ils et elles luttent pour la régularisation collective. Au cinquième jour de l’occupation l’ambiance reste positive et combative.

La conseillère fédérale Widmer-Schlumpf, qui a la responsabilité politique pour les conditions indignes des sans-papiers et des réfugié·e·s, n’est pour l’instant pas disponible pour une discussion. Elle n’est pas entrée en matière sur les revendications formulées dans une lettre ouverte (voir http://droit-de-rester.blogspot.com/2010/06/lettre-ouverte-la-conseillere-federale.html). Elle a également rejeté l’invitation de venir au camp pour parler à des personnes concernées. Son secrétaire général informe que qu’elle n’aura pas de temps jusqu’à vendredi  2 juillet 2010 et ensuite elle sera en vacances.

Aujourd’hui (30 juin 2010), à 14h30, les occupant·e·s de la Kleine Schanze appellent à une marche de protestation depuis la Kleine Schanze jusqu’à à l’Office fédéral des migrations et ensuite au Département fédéral de la justice et de la police.

Le soutien pour les occupant-e-s de la Kleine Schanze continue à accroître et la revendication pour une régularisation collective devient de plus en plus forte. Plus de 600 personnes ont déjà signé la déclaration de solidarité (www.bleiberecht.ch/solidarite). Continuez à le faire.

De nombreuses organisations se sont également déclarées solidaires, dont les Verts, Unia jeunes, les fédérations des syndicats de la ville de Berne et de Fribourg, Solidarité sans Frontières, les jeunes alternatifs, les jeunes socialistes, les juristes démocratiques et bien d’autres.

La nouvelle de notre action de protestation a touché des personnes qui sont en grève de la faim depuis quatre et 28 jours. Dans leurs yeux la grève de la faim représente le dernier moyen pour lutter pour la régularisation de leur séjour. Nous les soutenons et condamnons la politique migratoire suisse qui pousse les personnes dans un tel désespoir qu’elles se voient contraintes à mettre leur vie en danger.

Ensemble nous luttons pour une régularisation collective.

voir aussi: «Déclaration sur l’occupation de la «kleine Schanze»

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org