samedi
19
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Bleiberecht

Aujourd’hui, marche de protestation en direction de l’Office fédéral des migrations. Le soutien pour la régularisation collective ne cesse de s’accroître.

Environ 200 sans-papiers, réfugié·e·s et personnes solidaires occupent toujours la Kleine Schanze à Berne. A travers cette occupation ils et elles luttent pour la régularisation collective. Au cinquième jour de l’occupation l’ambiance reste positive et combative.

La conseillère fédérale Widmer-Schlumpf, qui a la responsabilité politique pour les conditions indignes des sans-papiers et des réfugié·e·s, n’est pour l’instant pas disponible pour une discussion. Elle n’est pas entrée en matière sur les revendications formulées dans une lettre ouverte (voir http://droit-de-rester.blogspot.com/2010/06/lettre-ouverte-la-conseillere-federale.html). Elle a également rejeté l’invitation de venir au camp pour parler à des personnes concernées. Son secrétaire général informe que qu’elle n’aura pas de temps jusqu’à vendredi  2 juillet 2010 et ensuite elle sera en vacances.

Aujourd’hui (30 juin 2010), à 14h30, les occupant·e·s de la Kleine Schanze appellent à une marche de protestation depuis la Kleine Schanze jusqu’à à l’Office fédéral des migrations et ensuite au Département fédéral de la justice et de la police.

Le soutien pour les occupant-e-s de la Kleine Schanze continue à accroître et la revendication pour une régularisation collective devient de plus en plus forte. Plus de 600 personnes ont déjà signé la déclaration de solidarité (www.bleiberecht.ch/solidarite). Continuez à le faire.

De nombreuses organisations se sont également déclarées solidaires, dont les Verts, Unia jeunes, les fédérations des syndicats de la ville de Berne et de Fribourg, Solidarité sans Frontières, les jeunes alternatifs, les jeunes socialistes, les juristes démocratiques et bien d’autres.

La nouvelle de notre action de protestation a touché des personnes qui sont en grève de la faim depuis quatre et 28 jours. Dans leurs yeux la grève de la faim représente le dernier moyen pour lutter pour la régularisation de leur séjour. Nous les soutenons et condamnons la politique migratoire suisse qui pousse les personnes dans un tel désespoir qu’elles se voient contraintes à mettre leur vie en danger.

Ensemble nous luttons pour une régularisation collective.

voir aussi: «Déclaration sur l’occupation de la «kleine Schanze»

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org