mercredi
22
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

La fabrication de la flexibilité

Conférence-débat avec Marcelle Stroobants (professeure à l’Institut de sociologieà l’Université Libre de Bruxelles),Jeudi 29 janvier 2009 à 20 h 15, Grand Salon, Buffet CFF, Lausanne

Depuis une vingtaine d’années, les entreprises se transforment en profondeur. La flexibilité, la disponibilité permanente des salarié·e·s, «l’autonomie» sont autant de termes utilisés pour désigner le «changement permanent» que connaît le monde du travail. Ces termes motivent la mise en œuvre de nouvelles formes de mobilisation des individus dans et au travail. 

Les salarié·e·s doivent s’adapter à ce mouvement perpétuel, qui crée une insécurité quotidienne: vais-je conserver mon emploi alors que les exigences augmentent toujours ? Va-t-on me reprocher de ne pas atteindre des objectifs impossibles ? Est-ce que je vais enfin trouver un travail stable ? Vais-je terminer assez tôt pour chercher mon enfant à temps à la garderie ?

Au-delà de ces questionnements fréquents, la conférence de Marcelle Stroobants tentera de dégager les origines et les formes qu’empruntent ces nouvelles modalités d’organisation du travail ainsi que leurs conséquences. En effet, une implication accrue des salarié·e·s et une intensification du travail constituent les corollaires de la «flexibilité». A cela s’ajoute une nouvelle exigence: l’obligation de se former tout au long de la vie pour assurer et renouveler son «employabilité». De multiples formations (souvent à charge des salarié·e·s) devraient permettre d’acquérir de nouvelles «compétences». Mal définies, ces compétences sont individualisées et font l’objet d’évaluations régulières, minimisant l’importance des diplômes qui garantissent une certaine stabilité aux qualifications acquises.

Quelles sont les grandes tendances à l’œuvre dans l’économie qui expliquent l’apparition de ces nouvelles méthodes ? Quelles en sont les conséquences ? Que signifient les notions de «compétences» et d’«autonomie» ? Quelles stratégies sont mises en œuvre pour individualiser les conditions de travail ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de la conférence.

Organisé par: Raisons d’agir sur le lieu de travail, Editions Page deux, La Brèche, Mouvement pour le socialisme (MPS), site web: www.alencontre.org

——– 

Vidéo de la conférence

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org