mardi
24
octobre 2017

A l'encontre

La Brèche

Steven Sotloff

Steven Sotloff

Entretien avec François Burgat
conduit par Alexandra Cagnard

«Deuxième message à l’Amérique», c’est l’intitulé de la vidéo postée par l’Etat islamique sur internet. Une vidéo dans laquelle l’organisation revendique l’assassinat du reporter américain Steven Sotloff [1]. Une mise en scène de décapitation, deux semaines après l’annonce de l’assassinat d’un autre journaliste américain James Foley [2]. Et un message à Barak Obama: «Tous comme tes missiles continueront à frapper notre peuple, notre couteau continuera à frapper les nuques de ton peuple». Avec la mort de Steven Sotloff, quelle est la stratégie de l’EI?

James Foley

James Foley

Pour en parler, François Burgat, directeur de recherches au CNRS, ancien directeur de l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient). Il est l’auteur du livre «Pas de printemps pour la Syrie» aux éditions La Découverte, 2013.

RFI: Comment analysez-vous ce nouvel acte de l’Etat islamique? Quelle est selon vous la logique engagée par l’organisation?

François Burgat: Dans la droite ligne de l’organisation mère qui était al-Qaïda, l’Etat islamique ne commet pas, à mon sens, plus de violence, ni individuelle, ni collective que les autres parties en conflit, notamment le régime syrien [de Bachar al-Assad]. Simplement lui [l’EI], il les intègre à sa politique de communication, alors que le régime syrien (on a pu dénombrer onze mille morts sous la torture dans la seule région de Damas) va nier ces violences et les faire porter aux parties adverses. L’EI s’en sert comme élément constitutif de sa communication. C’est la communication du faible. Quand on est en situation dominante, on n’a pas à essayer d’effrayer l’adversaire.

Et c’est donc sans surprise que cette deuxième catastrophe, intervient avec l’assassinat de Steven Sotloff et que malheureusement on peut estimer que d’autres sont sur la liste. Les estimations sont contradictoires, elles vont jusqu’à vingt étrangers actuellement détenus et ces étrangers circulent d’un groupe à un autre. Donc on ne sait pas exactement… Mais malheureusement, ce n’est pas une surprise et il risque d’y avoir d’autres cas dans les semaines à venir.

Il y a une vraie volonté de la part de l’Etat islamique de montrer l’avancée de cette domination?

C’est une évidence. Pour condamner de façon efficace l’Etat islamique, il faut qu’on comprenne ce dont il est l’expression. Il est l’expression de deux échecs politiques majeurs: celui du régime syrien et celui du régime irakien qui, dans des contextes différents, avec des rôles différents de la communauté internationale, ont ostracisé, marginalisé, réprimé la composante sunnite de la population.

Et puis ces gens-là sont le produit d’un passé plus lointain de violences occidentales dans la région. Il y a deux générations, ceux qui ont connu le jihad en Afghanistan et ceux qui l’ont vécu depuis 2003 en Irak. Ce sont des gens qui ont connu Falouja [en 2004 et en fin 2013-début 2014], ce sont des gens qui ont vécu la litanie des violences commises par les Américains dans la région.

Et puis il ne faut pas l’oublier, il y a presque quatre-vingts nations présentes au sein de l’Etat islamique. Cela signale l’échec ou les limites de politique d’intégration de musulmans dans toute une série de nations du monde qui vont des Tchétchènes – qui ont vécu ce qu’a fait Eltsine jusqu’à Poutine [en particulier en 1994-1996 et 1999-2000] – à, je dirais quitte à choquer un petit peu, ceux qui ne se reconnaissent pas dans le dispositif de traitement de la communauté musulmane, en France. Par exemple dans le cas de la «crise» syrienne, mais aussi dans le cas de la «crise» de Gaza.

C’est quand même un ensemble de forces, je les appelle les «angry sunies» (les sunnites en colère) ou les jihadistes sans frontières, qui pour la première fois – on pourrait comparer un petit peu à ce qui s’est produit en Iran en 1979 – émergent comme une force politique institutionnalisée qui peut se targuer d’être en état d’apesanteur par rapport à l’environnement occidental, d’une part, et par rapport aux régimes influencés par l’Occident, d’autre part. Donc ces jihadistes ont un carburant idéologique assez fort dont il faut que l’on tienne compte quand on regarde en face ce qui est train de se produire.

Justement, la logique est nouvelle par rapport à ce que l’on connaît d’habitude en matière de prise d’otages. L’EI n’est pas du tout dans une logique de rançon, mais de réelle pression?

Non, ce n’est pas totalement nouveau. Là on est dans «une école irakienne». Il y a déjà eu des exécutions qui ont tenté de faire fléchir la communauté à laquelle appartenaient les otages, au début, dans la lutte contre les Américains en 2003 en Irak [3]. La mise en scène n’est pas nouvelle, y compris la couleur orange qui est censée répondre à «la rhétorique de guantanamisation». J’avais dit à l’époque, à propos du traitement de l’adversaire politique par les Américains, c’est-à-dire cette rhétorique qui consistait à les priver de tous les droits afférents à un combattant légitime. C’est un petit peu la réponse du berger à la bergère, cela n’est pas complètement nouveau.

On évoque une soixantaine de personnes (en majorité des Occidentaux) qui seraient détenues par l’EI. Vous parliez tout à l’heure d’une vingtaine, dans des sortes «d’usines à otages», c’est ce que nous disait notre correspondant dans la région. Est-ce que vous en savez un peu plus?

Non, je n’en sais pas plus. Mais j’ai comme vous confronté toutes les sources disponibles. Il y a deux variables qui nous empêchent de répondre de façon très précise. D’abord parce que les proches d’un certain nombre d’otages et les institutions qui emploient un certain nombre de journalistes estiment qu’il est préférable de ne pas rendre publique leur disparition. On a mis très longtemps à savoir que Sotloff était détenu et, deuxièmement, l’exploitation de la filière otage se fait par des groupes qui peuvent faire des transactions entre eux.

Donc, on ne sait pas (je défie quiconque), en tout cas personne n’en a parlé, d’avancer des chiffres très précis. Ce qu’il y a de certain, c’est que c’est une filière qu’il sera possible d’alimenter. Parce que sur le terrain irakien, sur le terrain syrien, il y aura toujours des ressortissants occidentaux [4] qui pourront, en dernière instance, arriver dans les mains de l’Etat islamique. Donc c’est une variable du conflit, à laquelle, je le crains, nous devions nous habituer.

Des actions sur les territoires qu’ils contrôlent. Est-ce qu’il faut s’attendre à des actes terroristes selon vous, à l’extérieur, en Europe ou aux Etats-Unis de la part de l’EI??

On connaît le passé, mais c’est très difficile de prédire l’avenir. Je pense que l’EI montre là qu’il est décidé à frapper le «ventre mou» de son adversaire occidental. On ne peut pas exclure l’idée qu’il ferait usage de ces moyens de pression, dans le cadre des sociétés occidentales. Mais il a déjà pas mal de ressources avec cette pratique des otages. (Publié sur RFI, le 3 septembre 2014)

_____

[1] Le 4 août 2013, que Steven Joel Sotloff, journaliste israélo-américain de 31 ans, était enlevé par des djihadistes près d’Alep. Il venait d’entrer dans le nord de la Syrie par la frontière turque. Treize mois plus tard, mardi 2 septembre 2014, l’Etat islamique (EI) a diffusé une vidéo dans laquelle un djihadiste décapite un homme présenté comme Steven Sotloff. Le 3 septembre 2014, la Maison-Blanche a confirmé son identité. (Rédaction A l’Encontre)

[2] Le mercredi 20 août 2014, le mouvement djihadiste a publié une vidéo de la décapitation du journaliste James Foley, kidnappé en Syrie en fin 2012. Les quatre otages français libérés en avril 2014 – Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénins et Pierre Torès, enlevés en juin 2013 – donnaient, après des mois de silence, des nouvelles de ce reporter indépendant qui travaillait pour le site Global Post et pour l’Agence France-Presse. Il était détenu avec une douzaine d’otages à Raqqa, un des bastions de l’EI en Syrie. (Rédaction A l’Encontre)

[3] Selon Christophe Ayad du quotidien Le Monde: «La vidéo [de la décapitation de James Foley] ne manque pas de rappeler les sinistres mises en scène d’Abou Moussab Al-Zarkaoui, le «père spirituel» de l’Etat islamique, tué en 2006 dans un raid aérien américain. En 2004, pendant la guerre en Irak, ce dernier s’était rendu célèbre en tuant de ses propres mains l’entrepreneur américain Nicholas Berg.» (Rédaction A l’Encontre)

[4] Selon les propos de Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste du Moyen-Orient, rapportés sur le Monde.fr, du 2 septembre: «James Foley et Steven Sotloff ont été tués parce qu’ils étaient américains davantage que parce qu’ils étaient journalistes. Si l’EI avait pu capturer un Américain qui ne soit pas journaliste, ils l’auraient probablement fait. Pour l’EI, le fait qu’ils aient été journalistes apporte encore davantage d’écho.» (Rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org