jeudi
25
avril 2019

A l'encontre

La Brèche

«Nous sommes tous des Egyptiens»

Publié par Alencontre le 4 - février - 2011

Dr Nawal El Saadawi, une féministe connue dans le monde arabe, sur la place de la Libération

Par N.D. Kristof

Le 3 février 2011, le New York Times publiait dans ses pages «Opinion» un texte de Nicholas D. Kristof, deux fois prix Pulitzer et auteur connu pour sa défense des droits humains. Le 3 février était un jour où les nervis de Moubarak et de son régime attaquaient les manifestant·e·s réclamant le départ immédiat de Moubarak. Voici un résumé de cet article. (Rédaction)

«Je suis jeudi sur la place Tahrir. Je rencontre un charpentier Mahmood dont le bras gauche est en écharpe, une jambe dans un plâtre et la tête recouverte d’un bandage fait dans un hôpital improvisé installé dans une mosquée par le mouvement pour la démocratie. C’est la septième fois en 24 heures qu’il a dû se faire soigner à la suite de blessures infligées par les voyous à la solde du gouvernement. Mais dès que Mahmood est soigné, il retourne en boitant en première ligne.»

Nicholas Kristof avoue être impressionné par cette détermination qui semble insurmontable. «Je me battrais aussi longtemps que je le pourrais», lui dit Mahmood.

Et Mahmood n’est pas une exception. Le chroniqueur du New York Times évoque Amr, qui a perdu ses deux jambes il y a plusieurs années dans un accident de train. Il est venu avec sa chaise roulante sur la place Tahrir pour soutenir la démocratie et renvoie inlassablement les pierres lancées sur les manifestants par les hordes des partisans de Moubarak. Nicholas Kristof lui demande ce qu’un homme amputé des deux jambes fait dans un combat mené à coup de cocktails Molotov, de machettes, de rasoirs, de gourdins… «J’ai encore mes mains», lui répond Amr.

Dans l’hôpital de la place Tahrir, 150 médecins se sont portés volontaires en dépit des risques. Maged, un docteur de 64 ans qui marche avec une canne, n’avait jamais participé aux protestations, mais quand il a été informé des attaques menées contre les manifestants pacifiques, il a décidé d’agir. Jeudi matin, il a rédigé son testament, a roulé 200 kilomètres jusqu’au Caire et s’est porté volontaire. «Tant pis si je ne reviens pas. J’ai décidé d’en être. Si je meurs, ce sera pour mon pays.»

Au centre de la place Tahrir, qui veut dire place de la Libération, Nicholas Kristof rencontre une de ses héroïnes, le docteur Nawal El Saadawi. Cette écrivaine est une des figures du mouvement féministe arabe qui n’a cessé de combattre l’excision. Elle aura 80 ans cette année, mais reste passionnée. «J’ai le sentiment d’être née à nouveau», déclare-t-elle au journaliste du New York Times.

Nicholas Kristof décrit aussi une petite prison sur la place Tahrir où sont enfermés les voyous pro-Moubarak capturés. Leurs cartes d’identité indiquent que la plupart sont des policiers ou des employés du parti au pouvoir…

Il termine son article en affirmant que nous avons tous à apprendre et à être inspirés par cette lutte : Innaharda, ehna kullina Misryeen ! Aujourd’hui nous sommes tous des Egyptiens.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org