mardi
22
août 2017

A l'encontre

La Brèche

«Nous sommes tous des Egyptiens»

Publié par Alencontre le 4 - février - 2011

Dr Nawal El Saadawi, une féministe connue dans le monde arabe, sur la place de la Libération

Par N.D. Kristof

Le 3 février 2011, le New York Times publiait dans ses pages «Opinion» un texte de Nicholas D. Kristof, deux fois prix Pulitzer et auteur connu pour sa défense des droits humains. Le 3 février était un jour où les nervis de Moubarak et de son régime attaquaient les manifestant·e·s réclamant le départ immédiat de Moubarak. Voici un résumé de cet article. (Rédaction)

«Je suis jeudi sur la place Tahrir. Je rencontre un charpentier Mahmood dont le bras gauche est en écharpe, une jambe dans un plâtre et la tête recouverte d’un bandage fait dans un hôpital improvisé installé dans une mosquée par le mouvement pour la démocratie. C’est la septième fois en 24 heures qu’il a dû se faire soigner à la suite de blessures infligées par les voyous à la solde du gouvernement. Mais dès que Mahmood est soigné, il retourne en boitant en première ligne.»

Nicholas Kristof avoue être impressionné par cette détermination qui semble insurmontable. «Je me battrais aussi longtemps que je le pourrais», lui dit Mahmood.

Et Mahmood n’est pas une exception. Le chroniqueur du New York Times évoque Amr, qui a perdu ses deux jambes il y a plusieurs années dans un accident de train. Il est venu avec sa chaise roulante sur la place Tahrir pour soutenir la démocratie et renvoie inlassablement les pierres lancées sur les manifestants par les hordes des partisans de Moubarak. Nicholas Kristof lui demande ce qu’un homme amputé des deux jambes fait dans un combat mené à coup de cocktails Molotov, de machettes, de rasoirs, de gourdins… «J’ai encore mes mains», lui répond Amr.

Dans l’hôpital de la place Tahrir, 150 médecins se sont portés volontaires en dépit des risques. Maged, un docteur de 64 ans qui marche avec une canne, n’avait jamais participé aux protestations, mais quand il a été informé des attaques menées contre les manifestants pacifiques, il a décidé d’agir. Jeudi matin, il a rédigé son testament, a roulé 200 kilomètres jusqu’au Caire et s’est porté volontaire. «Tant pis si je ne reviens pas. J’ai décidé d’en être. Si je meurs, ce sera pour mon pays.»

Au centre de la place Tahrir, qui veut dire place de la Libération, Nicholas Kristof rencontre une de ses héroïnes, le docteur Nawal El Saadawi. Cette écrivaine est une des figures du mouvement féministe arabe qui n’a cessé de combattre l’excision. Elle aura 80 ans cette année, mais reste passionnée. «J’ai le sentiment d’être née à nouveau», déclare-t-elle au journaliste du New York Times.

Nicholas Kristof décrit aussi une petite prison sur la place Tahrir où sont enfermés les voyous pro-Moubarak capturés. Leurs cartes d’identité indiquent que la plupart sont des policiers ou des employés du parti au pouvoir…

Il termine son article en affirmant que nous avons tous à apprendre et à être inspirés par cette lutte : Innaharda, ehna kullina Misryeen ! Aujourd’hui nous sommes tous des Egyptiens.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org