mercredi
24
octobre 2018

A l'encontre

La Brèche

France. Une guerre de classes

Publié par Alencontre le 4 - octobre - 2013
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Entretien conduit par Henri Wilno avec
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

En date du 19 septembre 2013 nous publions sur ce site un compte rendu, par Jacques Munier, de l’ouvrage de La Violence des riches, des deux sociologues, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Ces derniers ont fait de la grande bourgeoisie le centre de gravité de leurs travaux. Avec ce dernier livre (1), les auteurs s’attachent à montrer la violence quotidienne de la domination bourgeoise. Cette violence, qui s’accompagne souvent de sourires et de politesse, vise à ce que les dominés restent «à leur place», que ce soit dans l’entreprise, dans la ville ou à l’école. L’ouvrage décrit les multiples instruments destinés à persuader «ceux d’en bas» que «ceux d’en haut» méritent d’être là où ils sont car ils sont les plus intelligents, les plus cultivés, voire les plus beaux. Il montre les connivences et les points d’accord fondamentaux entre la droite et les dirigeants d’un Parti socialiste de Hollande et Ayrault gagné au libéralisme.

*****

Pourquoi ce titre la Violence des riches? Quels en sont les différents aspects?

Nous avons voulu faire la synthèse des différentes formes de violence qu’exercent les familles les plus riches de notre pays. La violence, ce n’est pas seulement les agressions physiques mais tous les moyens utilisés pour maintenir les uns dans le besoin et l’incertitude, les autres dans la richesse. D’abord la violence économique, avec la mise au chômage pour des raisons de spéculation financière de millions de personnes. Ensuite, la violence politique, idéologique, qui manipule la pensée. Elle s’accompagne de l’utilisation d’une langue de bois particulièrement perverse qui travestit la réalité: on peut parler d’escroquerie linguistique quand on parle par exemple de «partenaires sociaux».

Des chiffres sont assénés en permanence comme justification des politiques sans que les Français aient les moyens de juger de leur pertinence. Il y a la violence de l’espace: les classes populaires et les classes moyennes inférieures sont reléguées à la périphérie des villes. On n’est plus dans une lutte des classes au grand jour comme avant; on est passé à une guerre de classes avec des formes de violence multiformes, visibles et invisibles. Les salariés ordinaires sont présentés comme une charge pour leur employeur, des bénéficiaires d’avantages nuisibles pour la compétitivité. Les chômeurs, eux, sont des parasites, des paresseux, des fraudeurs. L’immigré est érigé en bouc émissaire. Cela conduit à des formes de tétanisation des classes populaires, une perte de repère, voire une incapacité à penser le changement.

La bourgeoisie reste une classe mobilisée?

Oui, nettement. Alors qu’il y a une forme de dislocation des classes populaires. Il faut noter à cet égard l’impact des politiques de la ville mises en place par les socialistes vers 1983-1984. Elle n’a pas rempli ses objectifs affirmés mais on a abouti à une forme de territorialisation de la classe ouvrière qui vit maintenant pour une large part dans des périphéries souvent désignées par des expressions dévalorisantes ou des sigles incompréhensibles réservés aux quartiers pauvres, alors que les quartiers bourgeois conservent des dénominations traditionnelles ou bien gagnent des désignations du type «triangle d’or». Cela s’inscrit dans le mouvement qui vise, de la part de la bourgeoisie, à faire perdre à l’ennemi de classe son identité sociale. La trahison des valeurs de la gauche par le PS joue aussi son rôle dans le désarroi populaire.

On peut aussi penser que des formes de violence plus traditionnelles sont en réserve, comme quand Manuel Valls (ministre de l’Intérieur) dénonçait par avance les ouvriers de Goodyear?

C’est certain. La classe ouvrière est un «ennemi de l’intérieur» et des formes de violence plus ouvertes peuvent être utilisées ou sont envisagées. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement s’est opposé à la loi d’amnistie sociale. La police se dote d’équipements modernisés, de drones…

Le gouvernement Villepin (2005-2007) a ressuscité des textes datant de la guerre d’Algérie. Mais ils préfèrent utiliser la violence économique et idéologique, c’est efficace: un salarié qui a des échéances à payer pour ses crédits hésitera plus à faire grève. Certes, la violence traditionnelle reste en réserve.

Pour désigner le Parti socialiste, vous utilisez dans votre livre l’expression «deuxième droite». Pourtant, comme vous l’écrivez, à Neuilly-sur-Seine, on choisit massivement la droite traditionnelle?

Nous connaissons pas mal de grands bourgeois qui ont voté Hollande. Sur le fond, nous pensons que l’oligarchie a besoin de l’alternance pour donner l’apparence du changement. Et puis Hollande fait passer des mesures que Sarkozy (président de 2007 à 2012, antérieurement ministre de l’Intérieur et des Finances sous la présidence Chirac) aurait eu des difficultés à prendre.

Nous faisons référence dans notre livre aux réseaux de Hollande dans la finance (son trésorier de campagne en 2012, Jean-Jacques Augier, est dans le même temps actionnaire de deux sociétés domiciliées dans un paradis fiscal) et à cet ouvrage auquel il a participé en 1985, La gauche bouge, qui assumait complètement le tournant libéral du PS en 1983 et voulait l’accentuer.

Le Front national est-il considéré par la bourgeoisie ou certains de ses secteurs comme une alternative possible?

Oui… mais une alternative électorale pour le peuple. La bourgeoisie pour le moment ne veut pas du Front national au pouvoir. Par contre, elle préfère un FN à 25% plutôt que le Front de gauche, le NPA (Nouveau parti anti-capitaliste), LO (Lutte ouvrière), si possible ensemble, à ce niveau-là. Ce serait plus dangereux pour elle, surtout que l’on ne peut pas imaginer que ces partis atteignent de tels scores sans mouvements sociaux.

Le PS lui aussi utilise le Front national. Le principal parti qu’apprécie la bourgeoisie, toujours pour le peuple, c’est celui des abstentionnistes. L’abstention, on le sait, touche avant tout les milieux populaires. Il existe des textes complètement élaborés qui permettraient de la réduire, de décompter les votes blancs: ces projets de loi restent aux oubliettes.

Certaines analyses mettent l’accent sur les différences entre bourgeoisie financière et industrielle. Qu’en pensez-vous?

En fait, ce que nous constatons surtout c’est que l’interpénétration entre finance et industrie augmente de jour en jour. Le monde industriel est financiarisé. Il y a le lien avec les actionnaires ou avec les banques. Certains groupes industriels possèdent des banques. Des PME (Petites et moyennes entreprises) peuvent être dépendantes du crédit bancaire. En dehors des entreprises solidaires, c’est à peu près le même univers. Il faut aussi noter le lien entre la finance, la haute administration, et le monde politique.

Un exemple: la façon dont, en juillet 2013, la commission de contrôle de la Caisse des dépôts, présidée par le socialiste Henri Emmanuelli, a avalisé un décret (préparé dans les services de Pierre Moscovici, ministre des Finances du gouvernement Ayrault) transférant 30 milliards d’euros de fonds des caisses d’épargne vers les banques. (Publié sur le site du NPA)

[1] Collection Zones, La Découverte, 17 euros

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Nicaragua: «100 jours de lutte pour la liberté», conférence de presse du 25 juillet

Voir la traduction française de cette conférence de presse publiée sur le site A l'Encontre le 26 juillet 2018

_______

Nicaragua: paysans assassinés par les paramilitaires d'Ortega

Voir l'appel de solidarité internationale publié sur le site A l'Encontre le 18 juillet 2018

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org