mardi
22
août 2017

A l'encontre

La Brèche

France. Nuit debout et les ouvriers: la convergence est hésitante

Publié par Alencontre le 22 - avril - 2016
Devant le technocentre de Renault le 19 avril

Devant le technocentre de Renault le 19 avril

Par Sarah Lefèvre

« Tant mieux que les gens discutent politique et se posent des questions sur la société, mais c’est difficile de passer la nuit dehors et d’aller au travail le lendemain », confiait Armonie Bordes par courriel, il y a une semaine. Elle n’était pas encore venue place de la République [1]. L’ancienne dactylo et figure de Lutte ouvrière à Pantin préfère les outils traditionnels : « Les grèves, les manifestations, là où les ouvriers sont forts et concentrés. Dans les usines, les entreprises, les quartiers, pour imposer au patronat, au gouvernement un rapport de force en leur faveur. »

Place de la République, à Paris, mercredi 13 avril, 16 h 45. La pluie commence à tomber. À côté d’une bannière flambant neuve « Commission Grève Générale », une poignée de jeunes activistes tente de s’abriter. « Il ne faut pas oublier les raisons pour lesquelles nous nous sommes rassemblés ici le 31 mars. » Antoine, cofondateur de Grève générale, tend le tract distribué ce matin-là aux cheminots réunis à la gare Montparnasse. « Nous sommes les milliers de travailleurs, chômeurs, précaires, lycéens et étudiants qui se mobilisent depuis un mois contre la loi injurieuse du gouvernement Hollande. » Premières lignes enthousiastes. Lui fait plutôt grise mine : « On est un peu amers. On a passé un appel ces cinq derniers jours à chaque assemblée générale pour que les gens de Nuit debout soient vraiment présents avec nous ce matin. On était 20 ! »

L’étudiant en philosophie vient d’un milieu « naïf, artiste », comme il dit. « J’ai une mère féministe, je suis de gauche, j’ai toujours été de gauche, peut-être de manière un peu débile, d’ailleurs. » C’est un cours sur Marx qui, comme un électrochoc, lui a donné envie de « bouger ». Il n’y a qu’une solution, selon lui, pour que le mouvement décolle : « Le blocage de l’économie. Parce que la seule chose qui fera retirer cette loi travail, c’est la grève générale. » Ils sont huit, aujourd’hui, travailleurs, intermittents ou chômeurs, à gérer la commission, c’est-à-dire à prendre contact avec le monde ouvrier pour mener des actions communes. Leur objectif : faire tomber le projet de loi sur le travail.

Frédéric Lordon, l’un des initiateurs du mouvement, n’a cessé d’évoquer ce « rêve » lors de ses derniers discours sur la place parisienne. « Un mouvement qui ne se donne pas d’objectif politique s’éteindra rapidement. » Le 9 avril, le philosophe et économiste atterré achevait ainsi son discours : « Nous savons bien que la grève générale ne se décide pas d’un claquement de doigt. Mais peut-être pouvons nous aider à y basculer et, pour ce faire, en rappeler les immenses vertus. La grève générale, c’est que le pays tout entier débraye. Le pays est bloqué. » Bloquer pour que tout se débloque. La foule scande à l’unisson : « Grève générale ! » Mais pourquoi tarde-t-elle à se mobiliser, à sortir de la place pour réaliser la convergence des luttes affichées depuis le début de cet élan populaire ?

Du haut de ses 21 ans, Antoine avance une explication : « La lutte des classes inconsciente. » Il hésite avant de poursuivre : « Il y a quelque chose qui n’est pas complètement faux quand on dit que Nuit debout est un mouvement de classe moyenne au sens de Bourdieu. Pas des riches, non, mais beaucoup compensent leurs défauts économiques par un grand capital culturel. Et aller se confronter à des travailleurs qui ont des contraintes monumentales qui leur tombent dessus et nous rétorquent : “Bossez, faites comme nous et payez vos impôts.”… Inconsciemment, les gens ici ne sont peut-être pas prêts à faire cet effort, même s’ils applaudissent quand on parle de le faire. »

La route est longue, les conflits, centenaires. Comment réconcilier Antoine et Armonie, le monde des jeunes et des vieux urbains, celui de la petite bourgeoisie intellectuelle et celui des classes populaires, des banlieues et des campagnes ?

« Faut maintenir la colère et bloquer l’économie » 

Mais les ouvriers des usines et des services ont-ils tout simplement entendu parler du mouvement citoyen Nuit debout ? « De loin ! On s’est demandé de quoi il s’agissait avec mon fils l’autre soir ! » Sylviane Rosière, ancienne ouvrière dans une usine de décolletage en Haute-Savoie a publié ses mémoires en 2010 dans Ouvrière d’usine ! Après qu’on lui a expliqué ce dont il s’agit, elle réagit au quart de tour : « Tant mieux que l’on ait encore les jeunes pour se préoccuper du travail. Ils sont loin d’être endormis comme certains le disent. Mais la bataille contre les lobbies et le politique est déséquilibrée ! » Dur de mobiliser les jeunes générations, de moins en moins familières avec l’animal syndical. « Il y a de nombreux jeunes diplômés qui ont un CAP, un BTS ou un Bac + 2 à l’usine, poursuit-elle. Nombre d’entre eux sont intérimaires aussi. On est pourtant tous pareils devant la chaîne, mais plus personne ne se sent ouvrier. »

À Rouen, Jean-Pierre Levaray scrute et photographie la place « en tant que spectateur », tempère-t-il. « Mais nous sommes dans la ville de Laurent Fabius, bastion socialiste, et les flics ne ménagent pas les jeunes. Ils en ont arrêté sept le premier jour. Sans parler des vacances… Nous n’étions que trente hier. Faut maintenir la colère et bloquer l’économie », conclut l’auteur de Putain d’usine, ancien employé dans une usine de produits chimiques de la région.

« J’ai appris l’existence du mouvement quand j’ai entendu qu’Alain Finkielkraut s’était fait virer de la place ce week-end ! » Boubakar Oulsaad est agent d’entretien à Uckange, en Moselle, zone qui a subi de plein fouet la fermeture des hauts fourneaux. Lui n’a pas vu naître de Nuit debout en bas de chez lui. La plus proche est à Metz, à une demi-heure de route. Il regrette que les médias ou les syndicats ne s’en fassent pas plus le relais. « On n’en parle pas encore au boulot. Et à la télé, ils n’en parlent pas beaucoup non plus. Avant, il y avait des relais intellectuels locaux, des relais d’information que l’on retrouve moins ou plus du tout aujourd’hui. »

« La lutte est-elle transmissible ? » 

Relais intellectuels… L’expression fait écho aux prémices de la mobilisation citoyenne, née du succès du film de François Ruffin, Merci Patron !. Le documentaire satirique a dépassé les 300.000 entrées en moins de huit semaines. Les avant-premières ont donné lieu à des débats grisants et animés. Ce qu’aimerait poursuivre l’équipe de Comme des lions, de Françoise Davisse, qui raconte la lutte des salariés de l’usine PSA-Aulnay, filmés pendant les deux ans de combat contre sa fermeture. « La lutte est-elle transmissible ? » C’est le thème qui a lancé le débat samedi dernier dans le seul cinéma qui projetait le film à Paris. Philippe Julien, de la CGT PSA et protagoniste du documentaire, conçoit le film comme une « arme » pour inciter les salariés à se mobiliser contre la loi travail.

Jérôme, salarié de Renault Guyancourt, venu organiser une action commune avec les occupants de la place de la République.

Jérôme, salarié de Renault Guyancourt, venu organiser une action commune avec les occupants de la place de la République.

Si la montagne semble infranchissable depuis la place de la République pour rassembler les foules vers des actions concrètes, les ouvriers de PSA en savent quelque chose. Sur les 3.000 salariés de l’usine, 600 ont décidé de stopper les machines durant quatre mois. « “Une grève minoritaire”, qu’ils disaient, mais suivie, et aucune voiture n’est sortie durant cette période ou bien, il n’aurait pas été bon de l’acheter ! » 600 sur 3.000 : ces chiffres montrent les difficultés à rassembler au sein d’un lieu commun, avec un objectif clair et ce, même quand tous les salariés savent qu’ils finiront par perdre leur emploi.

Au sein de l’usine, mais au-delà ? Une femme interroge Philippe Julien sur la condescendance de certains syndicats à l’égard du mouvement citoyen. « On est très contents que les jeunes se préoccupent du blocage de l’économie, mais ce sont ceux qui travaillent aujourd’hui qui doivent s’y mettre. » Et d’ajouter : « Nous devons occuper toutes les places, mais aussi toutes les facs et toutes les usines. Sans parler des salariés des services, des banques, des assurances et des services publics, que l’on doit mobiliser aussi. » Un homme à la barbe poivre et sel, enfoncé dans son fauteuil, prend alors le micro pour se rappeler d’une année marquante : « Tout en ayant aujourd’hui un pied avec les syndicats et le parti communiste, j’étais étudiant en 68 et je me rappelle à quel point nous avions du mal à créer un véritable dialogue entre les étudiants et les travailleurs. On manifestait ensemble, ça se passait très bien, mais ensuite chacun retournait chez soi. »

« Il faut souffler sur les braises » 

Doucement, de plus en plus d’ouvriers isolés se manifestent sur les places. Un salarié de la Poste a par exemple pris le micro dimanche soir « pour la première fois devant autant de monde ». Il fait partie de cette catégorie d’ouvriers qui n’existe pas, qui n’existe plus comme il dit : « Il y a une ’invisibilisation’ de la condition de ces travailleurs, qui sont de moins en moins, voire plus syndiqués du tout. Pour changer les choses il n’y a pas 36 solutions… La grève générale ».

Place de la république, mercredi 13 avril, le soleil est revenu. Antoine et consorts, sont assis en cercle. C’est l’heure de leur assemblée. On débat des prochaines actions à mener. Une dizaine de salariés de Renault Guyancourt est en visite. Ils sont venus « soutenir les petits jeunes » ainsi que leur copain, Henry, l’ingénieur prestataire licencié après avoir envoyé un mail aux syndicats faisant la promotion de Merci Patron et du journal Fakir.

« J’aimerais bien proposer aux collègues de Renault de faire un point sur l’impact de la boîte sur l’économie française ? » lance Antoine. « A part le technocentre où il y a 12 000 personnes, répond Marc, ingénieur, le groupe a beaucoup délocalisé sa production ces dernières années. » Avec son collègue Jérôme, ils expliquent le problème : 45.000 salariés en France, mais ce nombre ne cesse de baisser, tout comme celui des ouvriers. Tous deux militent chez Sud, mais ils sont venus ce jour-là « sans bannière, à titre personnel ». De son côté, Patrick Schweizer, ex-ouvrier de Billancourt, observe la convergence des luttes avec bienveillance : « Il faut que ça dure le plus longtemps possible. Il faut souffler sur les braises ».

Une semaine plus tard, mardi 19 avril, la commission Grève générale et les Renault ont mis sur pied leur première action. De bonne heure. Ils se sont donnés rendez-vous à 7h30 au technocentre de Guyancourt dans les Yvelines. Une centaine a mis le réveil pour une nouvelle journée debout. « On les a postés à plusieurs entrées, raconte Marc l’ingénieur. C’est avec des chants et des prises de parole que les salariés du Technocentre ont été accueillis dans la joie et la bonne humeur mais avec une demande forte : Il faut qu’ils prennent conscience que cela ne peut plus durer et qu’il faut se mobiliser tous ensemble contre la loi travail et vers une grève générale. » Des copains de la toute fraîche Nuit debout de St Quentin en Yvelines les ont rejoint. « On verra le 28 avril si plus de collègues se manifestent », conclut-il. Dans un communiqué commun, sept syndicats de salariés, d’étudiants et de lycéens appellent à une nouvelle journée de grève nationale ce jour-là.

Hier soir, mardi 19 avril, la première Nuit debout a eu lieu à Pantin, place Olympe de Gouges, « sous les fenêtres d’Hermès ». Armonie y était. Elle m’apprend que le Ciné 104 projettera Comme des Lions le soir de la grève, en présence de la réalisatrice Françoise Davisse et « des copains ». Puis elle demande : « Alors c’est comment la Répu ? » (Publié sur site de Reporterre, 20 avril 2016)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org