dimanche
24
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Déclaration sur l’occupation de la «kleine Schanze» (Berne)

Publié par Alencontre le 27 - juin - 2010

Les collectifs «Droit de rester» en Suisse

Nous brisons le silence et démarrons la lutte pour une régularisation Collective (ce samedi 26 juin 2010).

Nous, personnes de toute la Suisse avec et sans permis de séjour, avons squatté la «kleine Schanze» à Berne. Nous occupons cet espace public parce que nous ne voulons pas accepter l’inhumaine politique suisse d’asile et de migration.

En tant que demandeurs·euses d’asile débouté·e·s, nous sommes parqué·e·s pendant des années dans des «logements d’urgence» parfois souterrains et l’interdiction de travail nous prive de toute perspective d’avenir. En tant que personnes sans-papiers, nous faisons du travail indispensable dans des foyers, restaurants, usines et entreprises agricoles suisses sans protection et sous des conditions misérables. Nous sommes menacé·e·s de déportation à tout moment. Beaucoup de nos ami·e·s sont enfermé·e·s dans des prisons de déportation pour la simple raison d’être venu-e-s chercher une vie digne en Suisse. Avec l’occupation de la «kleine Schanze» nous brisons le silence sur cette situation.

Nous joignons à notre action un appel à tous ceux et celles qui ont gardé un peu d’humanité de lutter avec nous pour une régularisation collective.

Nous demandons à la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf (voir lettre) d’entreprendre enfin des mesures concrètes pour la régularisation des dizaines de milliers de migrant·e·s illégalisé·e·s en Suisse plutôt que de les forcer à une vie dans la peur et la précarité.

La migration est avant tout une conséquence d’un système économique mondialisé menant à des disparités sociales, à la pauvreté, à la dépendance et à la violence. Elle est le résultat d’une politique qui est orientée vers le profit à court terme de gouvernements, entreprises et organisations internationales et qui est soutenue par la Suisse.

Les personnes qui s’enfuient à cause de cette situation sont punies deux fois par la politique «d’asile» inhumaine de la Suisse. La migration est un droit légitime, et personne ne devrait avoir à s’excuser d’y recourir. La régularisation collective est un premier pas envers une dépénalisation des migrant·e·s.

Dans les prochains jours, de nombreuses actions, événements et concerts auront lieu autour du camp. Nous invitons tous ceux et celles qui sont solidaires à se joindre à nos actions.

Personne n’est illégal ! Régularisation collective maintenant !

——– 

Pour ne pas nous laisser diviser nous utilisons le «nous» pour des énoncés qui ne concernent que quelques-un·e·s d’entre nous.

Déclaration de soutien

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org