vendredi
22
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Co95RMLWEAAjROzPar Janine di Giovanni

Les rebelles affirment avoir brisé le siège de la ville [le 5 août], mais ils n’ont pas encore établi une route sécurisée pour les civils. Les forces gouvernementales du président Bachar el-Assad nient avoir été repoussées. La bataille pour le contrôle d’Alep pourrait bien marquer un tournant militaire, mais pour les habitant·e·s d’Alep qui sont restés, elle ne fait que marquer une intensification de la misère qui ne semble pas être remarquée par la communauté internationale.

Personne ne vient sauver les Syriens. Si le président Obama n’a pas agi en 2013 après les attaques à l’arme chimique dans la Ghouta [à l’est de Damas], où des enfants sont morts asphyxiés, qui testaient sa « ligne rouge », il ne va sans doute pas agir maintenant que des enregistrements vidéos d’attaques chimiques il y a deux semaines à Idlib montrent des combattants, dont on rapporte qu’ils ont été empoisonnés par du chlore utilisé par le régime Assad, luttent pour respirer. Jeudi [11 août], des informations supplémentaires parlent d’enfants et de personnel soignant tués lors de nouvelles attaques. Jan Egeland, qui dirige le groupe de travail humanitaire des Nations Unies sur la Syrie, a conclu que l’inaction de l’ouest devant ces attaques ainsi que celles contre les hôpitaux, les médecins, les infirmières et les civils signifie « l’effacement d’un siècle de progrès pour l’humanité. »

Alep est toujours menacé de famine. Parallèlement, la coalition rebelle a évolué. En juillet, Al-Nosra, l’un des plus importants groupes djihadistes luttant contre Assad, a rompu formellement avec Al-Qaida dans un effort de « changement d’image ». Le programme djihadiste reste le même, mais le nouveau groupe, Jabhat Fateh al-Sham [Front pour la conquête du Levant], souhaite se distancier d’Al-Qaida devant l’éventualité où la coopération antiterroriste américano-russe ciblant le Front Al-Nosra – une initiative diplomatique mise en avant par John Kerry, le secrétaire d’Etat – se matérialise.

Selon Aron Lund du Carnegie Institute, l’alliance rebelle qui se bat à Alep comprend « un grand nombre de petites brigades marquées Armée syrienne libre […] des dizaines dans l’ensemble, si l’on compte les fractions plus petites à la remorque des plus importantes. » Il ajoute toutefois, « Nosra et Ahrar al-Sham sont les factions qui mènent le jeu dans un grand nombre de ces régions. » Si elles parviennent à briser le siège, la popularité de Fateh al-Sham sera puissamment stimulée.

Sur le terrain, la situation est désespérée. Dans les quartiers de l’est tenus par la rébellion, l’Unicef déclare que les enfants constituent jusqu’à un tiers des 300’000 habitant·e·s piégés. Certains de ces enfants brûlent des pneus pour constituer une « zone d’exclusion aérienne » de leur propre fabrication de façon à ce que les bombardiers ne puissent pas déverser leurs bombes avec précision. Un plan soutenu par la Russie visant à ouvrir des « corridors humanitaires » n’est parvenu qu’à effrayer les gens qui considèrent qu’il s’agit d’un nettoyage ethnique – un stratagème visant « non pas à faire entrer de l’aide, mais à faire expulser les gens » ainsi que l’a affirmé Bassma Kodmani, du groupe d’opposition syrien du Haut Comité des négociations.

Les infrastructures médicales sont en cendres. Il ne reste plus que 34 médecins. Le groupe Physicians for Human Rights [médecins pour les droits humains] affirme que les forces gouvernementales ont lancé des attaques meurtrières contre six hôpitaux dans et autour d’Alep au cours des derniers jours, soit les pires attaques depuis que la guerre civile a débuté en 2011.

Au même moment, selon l’Unicef, dans les zones occidentales de la ville contrôlées par le gouvernement, 25’000 personnes déplacées s’abritent de l’intense conflit dans des mosquées, des édifices universitaires ainsi que dans des jardins publics. Les routes d’approvisionnement de la campagne ont été coupées.

Fred Hof, un ancien ambassadeur pour la transition en Syrie [auprès du département d’Etat dirigé par Hillary Clinton, jusqu’en septembre 2012], affirme que « sauver Alep » à ce moment pourrait bien se réduire à tenter simplement de minimiser le désastre humanitaire. « Les nationalistes, les rebelles non-djihadistes sont sous-armés », dit-il. « Ils n’ont pas été aussi chanceux qu’Assad quant à leurs soutiens extérieurs. Clairement, par exemple, ces rebelles ont besoin d’armes de défense aérienne afin de contrer les attaques russes et du régime qui sont calculées pour causer un maximum de victimes civiles. »

Hof suggère qu’une nouvelle résolution du conseil de sécurité des Nations Unies pourrait demander l’accès d’Alep aux convois d’aide humanitaire de l’ONU. Mais il reste sceptique : « si le passé sert d’avertissement, le régime Assad – disposant d’un soutien complet de la Russie et de l’Iran – la défiera, pour autant qu’elle survive au veto russe ; et l’occident poussera des hauts cris. »

Au regard de ce qui s’est passé à Srebrenica lors de la guerre de Bosnie en raison de l’inaction mondiale, il semble inconcevable que les pays occidentaux restent en retrait et laissent l’ancienne cité d’Alep être détruite. Qu’est devenue la responsabilité de protéger, l’engagement politique mondial appuyé par les Etats membres de l’ONU en 2005 afin d’empêcher les génocides et les crimes contre l’humanité ? Le docteur Hatem, un médecin-chef de l’hôpital pour enfants d’Alep, affirme que « chaque pays a la responsabilité d’arrêter les bombardements et d’empêcher le génocide. »

A Genève, l’envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura, persiste à tenter de rétablir les discussions entre les partis au conflit et leurs intermédiaires [étrangers] d’ici la fin du mois, ce dont il s’est révélé incapable jusqu’à présent. La diplomatie a échoué et de Mistura semble être lui aussi un otage des revendications russes.

Un point de départ serait de faire en sorte que la Russie cesse de dicter l’agenda. L’absence d’une réponse plus robuste des Etats-Unis, permettant à la Russie de prendre la tête sur la Syrie, a été désastreuse. Depuis 2012, Hof s’est déclaré partisan d’une plus grande aide militaire et même d’une intervention directe et ciblée. « Je n’exclurais pas [des missiles sol-air] pour des défenseurs de notre choix », a-t-il dit. « Je n’exclurais pas des frappes par des missiles de croisière sur les bases aériennes du régime. »

Jean-Pierre Filiu, professeur à l’Ecole des affaires internationales à Paris, spécialiste du Moyen-Orient, affirme que le bain de sang à Alep est le résultat du soutien tacite des Etats-Unis envers les objectifs de guerre russes, « ce qui signifie la liquidation de toute troisième voie entre le régime Assad et les groupes djihadistes, sous prétexte de combattre ces groupes, qu’il s’agisse de l’Etat islamique ou de Nosra. » Pour les Etats-Unis, dit-il, « il s’agit d’une politique vouée à l’échec, dès lors que ce sont les forces révolutionnaires qui ont expulsé l’Etat islamique d’Alep en janvier 2014. »

Il y a toutefois des difficultés liées à une intervention militaire. A court terme, des actions contre le régime pourraient renforcer les groupes armés, quels qu’ils soient, qui sont actuellement les plus forts. Dans la région d’Alep, ces groupes sont djihadistes. Mais, selon Faysal Itani du Rafik Hariri Center à l’Atlantic Council, l’équation est plus complexe que cela : « refréner le régime réduit la pression sur les groupes plus modérés, leur permettant de concurrencer plus efficacement avec les tenants de la ligne dure pour l’influence sur l’insurrection, en particulier s’ils reçoivent également un soutien américain plus important. » Dans tous les cas, la non-intervention doit être pondérée avec le coût calamiteux que représente le maintien du statu quo.

Sur le mur d’un édifice d’Alep, un photographe local a saisi l’image d’un graffiti qui résumait l’énergie épuisée, mais indomptable du peuple syrien. On peut y lire : « Tu n’es pas assiégé tant que tu continues de résister. »

La révolution a débuté pacifiquement et s’est poursuivie après qu’Assad ait fait tirer sur son peuple. Les rebelles n’abandonneront pas, ils ne se rendront pas. Dans ce cas, à moins qu’il y ait une intervention, cela deviendra une guerre longue, comme celle qui a déchiré le Liban.

La guerre dans l’ancienne Yougoslavie s’est finalement achevée par un accord négocié de paix après que l’Otan, de concert avec l’ONU, soit intervenue par des frappes aériennes afin de protéger des civils menacés par les forces serbes de Bosnie – malgré le soutien russe à son allié serbe. Oui, il y a des différences cruciales entre ces guerres, mais à ce stade, nous devons réaliser l’importance d’une action. Ainsi qu’Egeland, qui était en Bosnie au milieu des années 1990, conclu sinistrement, nous ne pouvons continuer de tourner le dos. « Alep est un test pour l’humanité. Il faut un soulagement », dit-il. « S’il ne devait pas se produire, cela sera une tâche noire. » (Tribune publiée par le quotidien The Guardian le 15 août 2016. Janine di Giovani est Middle East Editor de Newsweek. Traduction et publication pour information par A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org