samedi
16
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Les massacres des civils continuent en Syrie

Publié par Alencontre le 20 - août - 2015

SyrieCommuniqué de presse

Deux ans après les massacres chimiques à al-Ghouta à Damas, le régime syrien continue à utiliser tous les moyens pour exterminer toute la population qui a osé un jour se soulever et revendiquer ses droits de liberté, dignité et démocratie. Le 16 août 2015 l’aviation du régime syrien a ciblé un marché à Douma à al-Ghouta, faisant plus de cent victimes. Quatre ans de barbarie du régime syrien et la communauté internationale continue à s’étonner à chaque nouveau massacre. La moitié de la population est aujourd’hui déplacée, un million de Syriens sont handicapés, plus de 250’000 syriens ont trouvé la mort, les centres de détention syriens cultivent l’horreur de la torture et la communauté internationale se contente de s’étonner !!!

A l’occasion du deuxième anniversaire du massacre par armes chimiques dans les banlieues de Damas, FSD diffuse la déclaration_ lancée par plusieurs organisations en France : Association de solidarité avec les Femmes Syriennes, Souria Houria, Collectif urgence solidarité Syrie, Syrian Woman’s Network, Déclaration de Damas / France, Syrian Democratic People’s Party et signée par plusieurs organisations dont FemmeS pour la Démocratie.

Empêchez les massacres chimiques en faisant chuter
le régime assassin de Bachar El Assad

Le 21 août prochain marquera le deuxième anniversaire du massacre chimique commis par le régime syrien de Bachar El Assad en 2013 dans les deux Ghouta de Damas où des attaques ont été lancées avec des armes de destruction massive interdites depuis la première guerre mondiale. Ces attaques au gaz sarin toxique ont causé la mort de 1454 civils en majorité des femmes et des enfants, des milliers de personnes ont été gravement atteintes, sans parler des déformations apparues par la suite chez les embryons, et des effets désastreux causés à l’environnement.

Franchissant les lignes rouges que lui avaient fixées des puissances internationales, le régime n’a pourtant été désarmé que d’une partie de son arsenal chimique, celui près à l’emploi, répondant à des considérations régionales et internationales mais pas à la sécurité des civils syriens ni aux principes du droit humanitaire international, laissant intactes les capacités de ce régime criminel à produire et utiliser des armes sales tels que les gaz au chlore, moins compliqués et moins coûteux à confectionner, que ce régime ne cesse d’employer jusqu’à aujourd’hui contre les populations des zones en révolte. Des ONG locales et internationales ont documenté des dizaines d’attaques de ce type dans de nombreuses régions de Syrie, ayant fait des centaines d’autres martyrs. En outre, ce régime continue d’utiliser des armes classiques ayant une grande capacité de destruction massive telles que des barils d’explosifs que larguent ses hélicoptères contre les zones résidentielles échappant à son contrôle et abritant les forces révolutionnaires syriennes. À cet arsenal de destruction, le régime a ajouté récemment des mines marines.

Les ONG indiquent que l’étendue des destructions, le nombre de morts, de blessés et de réfugiés restent en constante progression et que les Syriens continuent d’être laissés seuls face à un régime criminel soutenu par des forces internationales et régionales non moins criminelles que lui, et aussi méprisantes du droit international.

Les organisations signataires de cette déclaration appellent toutes les forces politiques, les organisations de la société civile, les ONG, les démocrates, défenseurs de la liberté, des droits de l’homme et de la justice partout dans le monde à unir leurs efforts pour pousser le conseil de sécurité de l’ONU à :

1- Prendre des mesures efficaces pour empêcher définitivement le régime syrien d’utiliser l’aviation militaire et les armes de destruction massive contre la population civile.

2- Établir des zones de sécurité sur le sol syrien pour protéger les civils et faciliter le retour des réfugiés avec tout ce que cela implique légalement et pratiquement.

3- Retirer la légitimité internationale au régime d’Assad et exclure ses criminels de la solution politique, afin de créer un environnement propice à la lutte contre le terrorisme pour éradiquer ce dernier.

Texte envoyé par FemmeS pour la Démocratie
http://femmesdemoc.wordpress.com/
femsyr.lausanne@gmail.com

*****

En Syrie, l’indignation et l’impuissance
après un nouveau massacre

Par Benjamin Barthe

Peu après le bombardement de Douma, dimanche 16 août, qui a causé la mort d’une centaine d’habitants de cette banlieue rebelle de Damas, l’analyste syrien Bassel Al-Junaidy s’est entretenu avec des responsables d’organisations de défense des droits de l’homme internationales. «Ils nous ont demandé d’encourager les secouristes à rechercher dans les piles de cadavres au moins une victime détentrice d’une nationalité non syrienne, raconte ce directeur d’un centre d’étude, installé à Gaziantep, en Turquie. Ils pensent que seul un cas de ce genre pourrait déboucher sur un procès de Bachar Al-Assad. Dans quel monde raciste vivons-nous?»

Le marché de Douma (Syrie) avait déjà été bombardé  par les forces gouvernementales le 12 août

Le marché de Douma (Syrie) avait déjà été bombardé
par les forces gouvernementales le 12 août

Comme tous les opposants au régime syrien, M. Al-Junaidy a été frappé d’effroi et de colère par le dernier massacre en date commis par l’aviation syrienne. Une émotion redoublée, presque deux ans jour pour jour, après l’attaque à l’arme chimique du 21 août 2013, contre la même région, qui avait fait des centaines de morts. Selon le Centre de documentation des violations (VDC), une ONG qui tient la comptabilité de la guerre civile syrienne, les roquettes tirées sur Douma ont fait 112 morts et 270 blessés. Il s’agit de l’une des attaques les plus meurtrières depuis le début du soulèvement anti-Assad en 2011. «Les avions ont visé un marché populaire, bondé à cette heure-là et qui avait déjà été frappé il y a environ une semaine. Le régime a cherché à tuer le plus de civils possible», explique Bassem Al-Ahmed, le porte-parole du VDC.

Les grandes capitales occidentales ont dénoncé cette escalade. En visite à Damas au moment des frappes, le patron des affaires humanitaires de l’ONU, Stephen O’Brien, s’est dit «horrifié par l’absence totale de respect de la vie des civils dans ce conflit». Lundi soir, dans une rare manifestation d’unité sur le dossier syrien, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont adopté une déclaration de soutien à Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU, qui cherche une solution politique à la crise. Mais le bombardement du marché, sous les yeux ou presque d’un haut responsable onusien, en dit long sur le sentiment d’impunité qui habite les autorités de Damas et leur peu d’empressement à amorcer la «transition» recherchée par M. de Mistura.

Siège hermétique

La cible n’a pas été choisie au hasard. Chef-lieu de la Ghouta, la ceinture de communes agricoles qui entoure Damas par l’est et le sud, Douma est une place forte de l’insurrection. Cette ville moyenne d’environ 100 000 habitants a été, courant 2012, l’une des premières localités syriennes à bouter les troupes gouvernementales hors de ses murs. Le fruit d’une tradition d’opposition au régime Assad qui s’incarne dans deux courants politiques solidement implantés sur place, le nassérisme et l’islamisme.

En réaction, les autorités syriennes ont établi un siège, quasiment hermétique, de Douma et ses voisines de la Ghouta, destiné à barrer la route de Damas, située à une dizaine de kilomètres. La région est soumise à un pilonnage qui prélève chaque jour son tribut humain. Dans ce contexte, les combattants de l’Armée syrienne libre, équipés de bric et de broc, qui avaient initialement pris le contrôle de Douma, avec le soutien de notables nasséristes, ont été peu à peu supplantés par des brigades islamistes, mieux armées, grâce aux largesses de leurs mécènes du Golfe.

La plus puissante de ces formations, qui a fait de Douma son fief, est l’Armée de l’islam, dirigée par le salafiste Zahran Allouche, l’homme de l’Arabie saoudite au sein de la rébellion. La veille de la tuerie de Douma, ses combattants avaient attaqué des positions gouvernementales à Harasta, sur la route de Damas. Mercredi dernier, des mortiers avaient tiré sur la capitale, peu avant l’arrivée du ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, tuant treize personnes.

Profiteur de guerre

«Est-ce pour venger ces attaques, à sa manière totalement disproportionnée, que le régime a attaqué Douma? se demande le Syrien Sinan Hatahet, qui dirige un think tank basé en Turquie. Est-ce un message envoyé aux Russes, dont des rumeurs disent qu’ils seraient prêts à revoir leur position sur Bachar? La logique du régime est très difficile à suivre.» Les autorités syriennes auraient pu aussi vouloir accentuer la zizanie dans la Ghouta, où Zahran Allouche est de plus en plus perçu comme un profiteur de guerre, préférant toucher les dividendes du marché noir qu’il contrôle que briser le siège imposé par l’armée. «Le régime a vu les récentes manifestations contre Zahran, il cherche à attiser ces tensions, avance Bassel Al-Junaidy. Aucune attaque n’est en préparation contre Damas. Les parrains régionaux et internationaux de l’opposition estiment que ce n’est pas le moment.»

De fait, Etats-Unis et Arabie saoudite ont multiplié ces dernières semaines les consultations avec la Russie, l’un des principaux alliés de Damas sur la scène internationale. Le consensus de lundi à l’ONU, que le représentant adjoint de la France, Alexis Lamek, a qualifié d’«historique», est le produit de ce nouveau climat et de la conviction, de plus en plus partagée, qu’il ne peut y avoir de solution militaire en Syrie. Mais au-delà de cet accord de principe, les divergences restent encore fortes, sur les contours d’un possible plan de paix, sur le sort qu’il réserverait à Bachar Al-Assad et sur la manière de le faire appliquer. Peu avant la déclaration surprise du Conseil de sécurité, la Coalition nationale syrienne, la principale formation anti-Assad, avait déclaré que «la faiblesse de la communauté internationale est un facteur qui contribue à l’escalade des massacres de civils syriens». (Article publié dans Le Monde,  le 18 août 2015)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org