vendredi
16
novembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Par Antonis Ntavanellos

Alexis Tsipras avait promis à ses homologues de changer de style et de porter une cravate quand le problème de la dette serait résolu et l’économie grecque serait sortie de la politique barbare des mémorandums appliquée sous la tutelle de la troïka des créanciers.

En effet, en présentant au public à Zappeion [le monument situé dans le Jardin national d’Athènes, au centre de la capitale grecque] l’accord du dernier Eurogroupe tenu à Luxembourg [finalisé dans la nuit du 21 au 22 juin 2018], le Premier ministre grec portait… une cravate! Il s’agissait d’une tentative visant à souligner le «message» du gouvernement SYRIZA-ANEL selon lequel la politique des années dernières, celle mise en œuvre depuis 2015 – une politique de prolongement et d’approfondissement de la rigueur des mémorandums initiés en 2010 – serait, en fait, une sorte de success story, qui a fini par mener le pays hors de l’époque des mémorandums si détestés.

Cette tentative de lancer une politique de communication convaincante est vouée à l’échec, puisqu’elle est tellement éloignée de la réalité. Derrière la démagogie d’une supposée «fin des mémorandums» se cache la vérité de l’engagement impérieux de suivre la politique des mémorandums pour une période de durée impensable, en fait pour toute une époque historique.

L’accord de cet Eurogroupe a été inférieur aux attentes de l’équipe de Tsipras. La «proposition française» (d’un Macron pas trop «radical») – de lier le remboursement de la dette et la croissance du PIB en ayant recours aux «mécanismes» censés réduire les tranches de paiement en fonction du déroulement de la situation – a été tacitement abandonnée.

Pratiquement, la décision pourrait être résumée dans la «prolongation» des échéances en ce qui concerne seulement un tiers de la dette (les 96 milliards d’euros des prêts par le EFSF dans le cadre du deuxième mémorandum) et la création d’une réserve de trésorerie (cash buffer) qui devrait permettre aux gouvernements futurs de couvrir leurs obligations de remboursement, si le retour acclamé de la Grèce sur les marchés financiers s’avérait impossible en dernière instance

La décision est calquée sur les exigences des créanciers et de l’UE.

D’une part, elle leur permet de déclarer que désormais «aucun pays européen ne se trouve sous un mémorandum», c’est-à-dire de tenter de renforcer l’image de cohésion de l’Espace économique européen, en vue de l’accentuation plausible des conflits ouverts par la politique de protectionnisme et de guerre commerciale entamée par Trump.

D’autre part, elle protège leurs intérêts concrètement et sur une longue durée.

La création d’une réserve de trésorerie, qui a été jugée nécessaire, est fondée sur le calcul que les plans de Tsipras-Tsakalotos de sortir rapidement sur les marchés financiers sont tout simplement des surestimations très exagérées.

Il y a quelques semaines, suite à l’épisode de la crise italienne, le taux d’intérêt à dix ans des titres de créance grecs a atteint 4,84% (au même niveau environ qu’avant la faillite qui a ouvert la route pour le premier mémorandum de 2010-2011). Suite à la déclaration de la décision de l’Eurogroupe, il s’est légèrement infléchi à 4,14%, c’est-à-dire à un niveau encore prohibitif.

Le «délai de grâce» – sans paiement des intérêts et du capital – de 10 ans (2032 et non pas en 2022) pour les 96 milliards de créances du Fonds européen de stabilité financière (EFSF) – ce qui n’est assurément pas un cadeau puisqu’il ajoute une décennie d’intérêts profitables pour les créanciers – doit faciliter les remboursements du reste de la dette et implique en même temps un nouveau jalon de la crise de la dette grecque: en 2032 (au lieu de 2022, avec la supervision qui en découle).

Pour reprendre les mots d’un journal du système, To Vima [La Tribune], lequel attribue cette estimation aux «experts» anonymes: «Le deal est astucieux. Les Allemands n’ont pas donné grand-chose à la Grèce, ils ont plutôt octroyé le strict nécessaire, pour faire sortir le pays de la zone de danger à moyen terme. Nous allons avoir besoin d’eux de nouveau en 2032, s’il n’y a pas une relance rapide de l’économie.»

En retour, le gouvernement de Tsipras a «cédé» sur les points suivants:

L’engagement que la totalité des lois signées dans le cadre des mémorandums, les réformes et les contre-réformes de toute la période des huit ans de la crise, resteront en place sans la moindre modification, même de deuxième ordre, même après la fin supposée des mémorandums. Ce que Tsipras qualifie de sortie de mémorandums est en fait la transformation des contre-réformes néolibérales contenues dans les mémorandums 1, 2 et 3 en mesures permanentes pour des décennies!

L’engagement de prendre des mesures additionnelles de rigueur extrême qui consistent: dans la réduction des retraites déjà mises en route pour 2019; dans l’augmentation des impôts payés principalement par les milieux populaires; dans l’abolition du plafond du revenu non imposable dès 2020; dans l’augmentation de l’impôt foncier [ENFIA] par l’«ajustement» des valeurs objectives des biens immobiliers; dans la démolition de la protection sociale même rudimentaire par la réduction des prestations de sécurité en 2018; et encore, dans le programme galopant de privatisations qui comporte non seulement l’entreprise publique de l’électricité (DEI), mais aussi le système de distribution de l’eau à Athènes et à Thessalonique ainsi que tous les terrains publics dont la valeur immobilière est estimée valorisable.

L’engagement de resserrer la politique économique et sociale future dans l’espace extrêmement étroit prévu par l’accord sur les excédents budgétaires primaires (avant le paiement des intérêts de la dette), ce qui va continuer, sans relâche, à pousser la société plus profondément dans la barbarie néolibérale. L’accord stipule que la Grèce devra dégager un excédent correspondant à 3,5 % de son produit intérieur brut jusqu’en 2022, puis de 2,2 % en moyenne durant 37 années supplémentaires, c’est-à-dire jusqu’au 2060!

Même ces économistes qui ont toujours soutenu les mémorandums notent qu’aucun autre pays du monde dans l’histoire de l’économie n’a jamais visé à dégager des excédents de cette ampleur pour une période d’une durée si longue.

Et pourtant, Tsipras ne se fait pas de souci, bien que l’expérience grecque des derniers huit ans démontre que ces excédents sont payés par le sang des travailleurs et les classes populaires les plus pauvres. Les créanciers ne se font pas de souci non plus, puisque l’accord de l’Eurogroupe met en place un mécanisme draconien pour la surveillance et la garantie des excédents: des audits trimestriels, des rapports de conformité, des mécanismes impliquant la prise de mesures additionnelles lorsque les objectifs budgétaires ne seraient pas atteints. On dirait un quatrième mémorandum… après le fin du troisième.

Comme nous l’avons noté auparavant, le déroulement «normal» de cet accord présuppose un passage plus ou moins rapide de l’économie grecque vers un état de croissance perpétuelle. Le cas échéant, l’accord prévoit les stades suivants de l’intervention drastique des créanciers, premièrement en 2022 et puis, probablement de façon encore plus dramatique, en 2032.

D’ailleurs, Christine Lagarde (FMI) et Mario Draghi de la BCE déclarent que cet accord est considéré viable à moyen terme, jusqu’en 2032 (donc il y a encore un délai pendant lequel la Grèce peut continuer d’être exploitée), mais la dette grecque n’est toujours pas viable à long terme.

Pourtant, il est plus probable que le problème va ressortir plus tôt, puisque l’accord ne prend pas en compte les prévisions sur la croissance de l’économie grecque et ne la facilite pas non plus

L’engagement de dégager des excédents correspondants à 3,5% du PIB signifie que les investissements publics (l’instrument traditionnel de la «croissance» du capitalisme grec) ne seront pas augmentés. Par contre, ils seront encore réduits. En réponse, l’état-major de Tsipras promet déjà des investissements privés et il souligne qu’ils ne vont hésiter devant rien pour les faciliter. Or, malgré l’anéantissement des salaires et des droits des travailleurs, les investissements par les capitalistes grecs restent à un niveau de 30% (!) par rapport aux investissements avant la crise. N. Christodoulakis, ministre social-démocrate de l’époque de Kostantinos Simitis (PASOK, premier ministre de 1996 à 2004), fait état d’un «manque d’investissements à hauteur de 100 milliards en Grèce aujourd’hui. Il propose de réduire les excédents primaires à 1,5% du PIB, pour que le reste des ressources fiscales puisse être dirigé vers des «investissements dans la production», ce qui pourrait soutenir les chances d’une croissance économique. Alexis Tsipras va vite comprendre la valeur de la position historique de la gauche que la seule politique viable face à la dette consiste à la répudier et à la supprimer.

Du point de vue des travailleurs et des travailleuses ainsi que des classes populaires, l’accord de SYRIZA avec les créanciers et la Troïka constitue un grave danger. La reconnaissance des investissements privés (nationaux et internationaux) en tant qu’espoir unique pour le progrès social mène à l’assujettissement absolu aux appétits du capital. Les salaires, les retraites, les dépenses sociales, le droit du travail, la protection de l’environnement, les espaces publics, les droits sociaux au sens large, seront mis sous pression et sous des mises en question additionnelles. Les «sacrifices» exigés seront d’une barbarie accrue et le résultat restera encore plus incertain qu’en comparaison au premier mémorandum (qui prévoyait la sortie de la crise en… 2012!).

Face à cette politique, la seule réponse qui ait une consistance réside dans l’organisation et la relance de luttes d’ampleur pour aboutir à la mettre en cause.

Face à cette politique, la Nouvelle Démocratie (de Kyriakos Mitsotakis) et l’extrême droite (Aube dorée), qui ont essayé de construire un mouvement nationaliste de masse sur le thème de la Macédoine, manifestent maintenant un comportement plutôt mou. Ils condamnent les «coups ratés» de Tsipras, ils tentent de profiter du mécontentement populaire face aux mesures planifiées. Mais elles prennent soin de laisser hors d’atteinte le noyau de la politique prévue par l’accord. Pour la droite, la voix du capital c’est depuis toujours «la voix de Dieu».

Dans ces conditions nouvelles, le fardeau de la résistance et du renversement tombe de nouveau sur la gauche radicale. (25 juin 2018; traduction Sotiris Siamandouras)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org