dimanche
24
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Juan Manuel Santos

Rédaction

Le 7 août 2010, Juan Manuel Santos a été investi des responsabilités présidentielles en Colombie. L’ex-ministre de la Défense d’ Alvaro Uribe a depuis lors dans les mains les clés du palais gouvernemental: La Casa Narino.

Juan Manuel Santos a gagné lors des élections face au maire de Bogota: Antanas Mockus. Santos, durant sa campagne électorale a mis en avant deux priorités: renouer avec les pays voisins (ce qui économiquement est décisif pour la Colombie, en particulier les liens avec la Venezuela) et la poursuite de l’offensive militaire contre les FARC. Il y a ajouté la nécessité d’un effort «massif» pour réduire la pauvreté, la misère, la «non-éducation», le chômage comme le sous-emploi.

Les illusions sont multiples dans les médias dit progressistes sur la future politique de Santos, en oubliant, «simplement» quelle est la place stratégique de la Colombie pour les Etats-Unis.

Nombreux sont ceux qui oublient l’histoire de Manuel Santos. Né en 1951, il est membre d’une grande famille fort influente. Entre autres, dans le secteur des médias. Son grand-père fut président de Colombie entre 1938 et 1942. Il était le propriétaire de l’influent quotidien El Tiempo. Manuel Santos a fait ses études à l’Université du Kansas, puis à la London School of Economics et à Harvard. Dès 1972, il est dans le cercle des dirigeants qui contrôlent la production de café en Colombie. Durant 9 ans, il les représentera à Londres, dans le cadre de l’Organisation internationale du Café. Membre du Parti libéral, il sera responsable du Commerce extérieur, sous le gouvernement de César Gaviria en 1991. Après diverses tentatives au plan politique, le conservateur Andrés Pastrana le nomme ministre des Finances, en 2000.

En 2004, il se retire du Parti libéral pour rejoindre Alvaro Uribe et organisera sa campagne électorale (Partido U) pour 2005. Il sera ministre de la Défense d’Uribe – ce qui a un goût particulier en Colombie et implique des liaisons particulières avec le Pentagone. En 2007, le dirigeant paramilitaire d’extrême-droite Salvatore Mancuso déclara devant le tribunal que Santos avait de nombreux liens avec les paramilitaires et qu’il avait envisagé, avec d’autres de renverser Ernesto Samper, engagé dans des négociations avec les FARC. Mancuso a été, comme par hasard, extradé vers les Etats-Unis en 2008, où il est emprisonné.

La campagne électorale a été largement piégée et la candidature de Mockus et de son Parti Vert a servi à «nettoyer» cette campagne et à lui donner les traits d’une campagne électorale démocratique. Durant la campagne ni le modèle militaire, ni le modèle économique – étroitement liés entre eux – régnant en Colombie ne furent au centre des débats. Santos profita du cycle d’expansion économique de 2002 à 2006, lié à la hausse des prix des biens des matières premières (commodities). Mais la crise aux Etats-Unis, dès 2008-2009, a fait chuter brutalement les envois de dollars des émigré·e·s Colombiens aux Etats-Unis – comme ceux et celles vivant en Espagne – vers la Colombie En 2008, le PIB de Colombie recula de 1% ; la balance des comptes courants entra dans le rouge.

Le PNUD considère que 48 Colombiens sur 1000 sont pauvres, et que les indigents (pauvreté extrême) représentent 16,5% de la population.

La politique répressive directe de l’armée – terrible – n’est qu’une facette de l’atteinte aux droits de la personne humaine en Colombie. Le DAS, service «d’intelligence» (contre-insurrectionel) dépendant du gouvernement – selon diverses études d’ONG crédibles – a effectué un très grands nombres d’opérations répressives contre des défenseurs des droits de l’homme, des avocats, des journalistes, des opposants politiques et des syndicalistes.

Tout cela avait un but: faire taire ceux et celles qui défendent les droits de la personne. Cette politique a été conduite avec l’appui de Juan Manuel Santos. Et celui d’Alvaro Uribe, dont les liens avec le narcotrafic – son père était un proche de Fabio Escobar, père de Pablo Escobar – sont un secret de polichinelle. Cela ne l’empêche pas de devenir professeur à l’Université de Georgetown, une ville connue aussi pour ses bases militaires.

Santos a annoncé l’ouverture de négociations avec les forces de la guérilla, avant tout les FARC. Une question importante. Une négociation qui aboutirait ne serait pas un atout pour les Etats-Unis. Les conditions de cette négociation dépendent de nombreux facteurs, que ce soit les choix effectués par les FARC (en situation de régression politico-militaire), du gouvernement, des classes dominantes, de la situation au Venezuela, de la politique du Brésil. A suivre. (Réd).

*****

Le nouveau président de Colombie Juan Manuel Santos venait à peine d’entrer en fonction que déjà les groupes narco-paramilitaires qui agissent de manière coordonnée avec l’armée nationale ont déclenché une vague de violences, bombes et graves menaces de mort contre les dirigeants syndicaux qui ont survécu à 20 ans d’extermination, les leaders paysans de FENSUAGRO-CUT et les membres de l’association de femmes paysannes ANMUCIC, ainsi que les défenseurs des droits humains.

Dans une missive datée du 11 août 2010, les paramilitaires de Magdalena Medio et de Caldas font savoir aux syndicalistes et membres de l’ONG ANMUCIC qu’ils vont les tuer.

Le document a un en-tête où apparaissent les noms de «Aguilas Negras» et «Los Rastrojos». Le texte avertit les victimes désignées que «nous leur donnerons un délai d’un mois pour disparaître de cette région sinon vous serez déchiquetés et il n’y aura pas de fosses communes pour vous. Vous aurez bientôt de nos nouvelles afin que vous sachiez que nous ne plaisantons pas, chiennes.» Voilà l’avertissement qu’ont reçu les femmes paysannes de ANMUCIC.

Le 13 août, on a appris que le député Ivan Cepeda a aussi reçut une missive de menace de la part de personnes qui s’identifient comme membres du Bloc Capital des «Aguilas Negras».

Ensemble avec Cepeda ont également reçu des menaces de mort Rigoberto Jimenez, directeur de la Coordination des déplacés, Alfonso Castillo, du Collectif d’avocats José Alvear Restrepo, et des femmes dirigeantes de mouvements de personnes déplacées.

La sénatrice de l’opposition, Piedad Córdoba, a dénoncé samedi passé que la menace de mort qu’a reçu le congressiste Ivan Cepeda, du Pôle démocratique alternatif (PDA, gauche) émane des auteurs de la voiture piégée qui a explosé le 12 août au nord de Bogotá, la capitale du pays.

«Je crois que cette menace est liée à l’explosion de cette voiture-piégée» a déclaré Piedad Córdoba en s’adressant à la presse.

«La voiture piégée a été placée là par nul autre que la droite de ce pays qui s’appuie sur les militaires et les paramilitaires ainsi que sur une espèce d’intelligentsia qui considère que sont de trop tous ceux qui ne sont pas d’accord avec la guerre», a déclaré Piedad Córdoba.

Le congressiste Ivan Cepeda a reçu samedi passé un courrier électronique signé par le groupe paramilitaire Aguilas Negras qui le condamnait à mort, ensemble avec d’autres défenseurs des droits de l’homme.

La même menace a été adressée aussi au directeur de la Coordination nationale des personnes déplacées (CND), Rigoberto Jiménez, à Alfonso Castillo, du collectif d’avocats Andas et membre du Mouvement national des victimes de crimes d’Etat (Movice) et aux organisateurs du débat au Congrès sur les terres.

Le courrier électronique menaçant leur disait «Le Bloc capital D.C. condamne à la peine de mort les chiens guerrilléristes de la FARC Rigoberto Jiménez, Alfonso Castillo et aux coordinateurs du tribunal de la terre avec le (…) Ivan Cepeda ainsi qu’à tous ceux qui coordonnent la campagne incessante à propos de la terre.»

Le courrier accorde aux militants humanitaires un délai de 20 jours pour quitter la ville de Bogotá.

Devant cette situation, le défenseur du peuple,Volmar Pérez Ortíz a demandé une protection pour toutes les personnes mentionnées dans la menace.

«Nous demandons à la police et à l’armée et aux autres autorités compétentes de renforcer les mesures de sécurité en faveur du député Ivan Cepeda ainsi que pour les autres personnes mentionnées dans le courrier électronique» a déclaré Pérez à la presse. (télésur)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org