dimanche
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Brésil. Le dernier soupir des manifestations

Publié par Alencontre le 19 - août - 2016

BresilPar Agnese Marra

La période de vacances ainsi que le déroulement des Jeux olympiques qui se sont ouverts le vendredi 5 août ont contribué à ce que les Brésiliens ne descendent pas à nouveau en masse dans les rues pour s’opposer ou soutenir l’impeachment [destitution de Dilma Rousseff]. La fatigue après plus d’une année de protestations, conjuguée au sentiment que les carottes sont cuites – et que les possibilités qu’a Dilma Rousseff de regagner son poste sont faibles –, semble constituer les cause les plus probables permettant de comprendre qu’autant la gauche que la droite soit démobilisée.

A Copacabana, la centaine de personnes enroulées dans leurs drapeaux jaunes et verts [couleurs du Brésil] exigeant la destitution définitive de la présidente se mêlaient à la multitude de touristes, de sportifs des délégations étrangères ainsi qu’avec les cariocas [terme désignant les habitant·e·s de Rio] eux-mêmes qui sortent le dimanche courir sur la promenade ou faire du vélo. L’une des rares personnes qui ait réussit à attirer l’attention du public a été le député Jair Bolsonaro (qui a dédié son vote en faveur de l’impeachment au tortionnaire de Rousseff lorsqu’elle était guérillera), qui se promenait sur l’Avenue Atlantique avec une torche olympique jouet à la main aux côtés d’un personnage habituel dans les manifestations contre Dilma, qui porte un costume de Batman et se présente comme étant un « chasseur de corrompus ».

Devant l’église de la Candelaria, au centre de la ville, environ cinquante personnes portant des drapeaux du Parti des travailleurs manifestaient leur appui à la présidente. Le cri « dehors Temer » [l’ancien vice-président de Rousseff, actuel président par intérim] se faisait toutefois entendre de manière improvisée dans les rues. A 17 heures, sur la place San Salvador, en même temps que le spectacle de chorinho [musique populaire] de tous les dimanches, un public varié de jeunes et de personnes plus âgées ont commencé à scander Fora Temer. Ce n’est pas en vain, puisque depuis plus de deux mois divers groupes de gauche se réunissent sur cette place pour débattre des actions possibles « contre le coup ». A la fin de la nuit, à Santa Teresa, les clients d’un bar se sont approprié du cri de guerre contre le président par intérim et tous ceux qui passaient dans la rue se sont unis pour chanter contre Temer.

Les manifestations qui se sont déroulées dans 20 Etats du pays n’ont pas rassemblé plus de 5000 personnes. La seule ville où ce chiffre a été dépassé a été São Paulo, où la manifestation en faveur de la présidente ou, pour le dire mieux, contre son remplaçant, a fait descendre sur la place de Largo da Batata près de 40’000 personnes menées par Guilherme Boulos, le président du Mouvement des travailleurs sans toit (MTST), l’un des nouveaux dirigeants importants de la gauche brésilienne.

Sur l’Avenida Paulista [l’une des artères principales de São Paulo], les manifestants contre Dilma étaient bien moins nombreux (la police n’a pas fourni d’estimations), et seuls les plus radicaux ont attiré l’attention. Un discours d’Alexandre Frota, l’ancienne star porno, qui s’est intéressé dernièrement à la politique et qui est proche du groupe qui exige un retour du régime militaire, a offert de quoi discuter pour toute la semaine. Frota a baptisé Jean Wyllys, le député de gauche (du PSOL) de « pédé », a affirmé qu’il cracherait sur l’ancienne ministre des droits humains Maria do Rosario (PT) et, enfin, il a caractérisé de « morts-la-faim » le chanteur Chico Buarque, le présentateur de télévision Jô Soares ainsi que l’acteur Wagner Moura, lesquels s’étaient manifestés contre l’impeachment.

L’actrice Leticia Sabatella a également été insultée à Curitiba : lorsqu’un manifestant favorable à l’impeachment l’a vue passer dans la rue, il a commencé à lui hurler dessus « pute », « pleure, pétiste », « clocharde ». Sabatella est connue pour défendre différentes causes liées aux droits humains et à l’écologie : « nous vivons un exercice d’intolérance et d’autoritarisme d’ampleur. Les discours appelant à la haine que l’on entend dans le pays incitent les gens à tout cela. Ils croient qu’en parlant ainsi ils sont plus citoyens, qu’ils sont plus politisés. Ils pensent que pour vivre bien, l’autre, le différent, ne doit pas vivre. C’est là ce qu’il y a à voir de plus douloureux », a-t-elle déclaré à l’édition brésilienne d’El País.

Début août, le président de la commission de l’impeachment du Sénat, Antonio Anastasia (PSDB), a donné son feu vert à la poursuite du procès politique contre Rousseff [1]. Dilma aura besoin du vote de 28 sénateurs pour éviter le processus ; si elle ne les obtient pas, la décision finale sera prise, à partir du 29 août, par Lewandowski, chef du Tribunal fédéral suprême [au matin du mercredi 10 août, par 59 voix contre 21, les sénateurs ont décidé de reprendre le procès en destitution de Dilma Rousseff, suspendu depuis fin mai ; il devrait se tenir à partir du 25 août]. Cependant, le 3 août, le président en fonction, Michel Temer, a fait pression sur le Tribunal suprême pour que le vote soit anticipé au 26 août. Les dates ne sont toujours pas confirmées.

Dilma Rousseff a également utilisé ses armes. Elle a affirmé lors d’une interview à BBC Brésil que si elle passait la procédure d’impeachment, elle serait disposée à convoquer de nouvelles élections. C’est là aussi le désir de 62 % des brésiliens, selon la dernière enquête publiée fin juillet par Data Folha. Cela fait des mois que le PT envisage l’option que Dilma convoque un plébiscite demandant si la population souhaite de nouvelles élections. Toutefois, pour que ce plébiscite (considéré comme étant « inconstitutionnel » par divers juristes) ait lieu, l’aval du Congrès est nécessaire. Bien que Temer soit rejeté par 82 % de la population, le soutien du législatif a toujours été sa meilleure carte. Les réunions qu’il a eues au cours des derniers jours avec différents sénateurs montrent qu’il la contrôle suffisamment.

De leur côté, des mouvements sociaux comme le MTST et le groupe Povo sem medo (peuple sans peur) ont confirmé qu’au cours du mois, pendant la durée des Jeux olympiques, réaliseraient différentes actions à Rio de Janeiro pour attirer l’attention de la presse internationale « contre le coup de Michel Temer ». Ces jeux, qui ont débuté avec une présence minimale de chefs d’Etat, qui ont préféré ne pas venir afin d’éviter des problèmes diplomatiques en raison de la crise politique du pays, semblent être également l’une des dernières scènes où se joue la bataille sociale contre l’impeachment. La bataille légale restera aux mains du Tribunal fédéral suprême (article publié le 5 août sur le site uruguayen brecha.com.uy; traduction A l’Encontre)

____

[1] Le mardi 16 août 2016, le Tribunal suprême fédéral a autorisé une enquête contre Dilma Rousseff pour entrave à justice. Cette décision est intervenue suite à une intervention de Dilma Rousseff clamant son innocence dans le cadre de la procédure de destitution pour des présumés maquillages des comptes publics. Le procès en destitution doit s’ouvrir au Sénat le 25 août 2016. La décision est attendue dans les cinq jours. (Réd. A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org