mardi
25
avril 2017

A l'encontre

La Brèche

Brésil. Hommage à Didi

Publié par Alencontre le 18 - septembre - 2014
Diid lors de la manifestation devant le siège de la FIRq à Zurich le 29 mai 2014

Didi lors de la manifestation devant le siège de la FIFA à Zurich le 29 mai 2014

Divers lecteurs et lectrices du site alencontre.org ont pu écouter et échanger avec Dirceu Travesso, que ce soit lors des «symposiums» qualifiés L’Autre Davos, à Bâle, ou encore, en fin mai 2014, lors des conférences en Suisse italienne, française et suisse alémanique données à l’occasion des mobilisations populaires au Brésil organisées sous la devise «La Coupe est pleine». Des conférences-débats qui inscrivaient la Coupe du monde de football dans le contexte des mobilisations de juin 2013, des grèves des conducteurs de bus à São Paulo, d’une sorte d’état d’urgence imposée par la FIFA et le gouvernement de Dilma Rousseff (Parti des travailleurs). Dirceu Travesso expliquait, répondait avec patience et pédagogie aux questions, avec un ton et une conviction qui traduisaient son engagement aux côtés de ceux et celles qui étaient expulsés de leurs «baraques» par la violence de la spéculation immobilière accompagnant l’édification de stades pharaoniques. Une détermination qui l’étayait aussi dans son combat contre la maladie qui transparaissait, parfois, dans les vibrations de sa voix ou dans les cillements de ses yeux. Nous publions, ici, l’hommage que nous avons fait parvenir à nos camarades et amis de Conlutas et du PSTU (Parti socialiste des travailleurs unifié). Un hommage que nous pensons devoir être public. Ne serait-ce que par égard pour tous ceux et celles qui l’ont rencontré et pour la reconnaissance de la sympathie qui nous unissait. (cau)

*****

Chers et chères camarades,

Lorsque nous avons annoncé la triste disparition de Dirceu Travesso – que nos camarades appelaient avec respect et affection Didi – les membres du Mouvement pour le socialisme (MPS)-Bewegung für Sozialismus (BFS) ne pouvaient le croire, ne pouvaient accepter cette sombre nouvelle. Car la présence de Didi se faisait encore sentir.

didi3N’était-il pas venu, une fois de plus, en Suisse, dans les trois parties linguistiques (italienne, française et allemande) pour y donner des conférences, quelques jours avant le Mondial de football et participer à nos côtés à la manifestation devant la FIFA à Zurich. La photo que vous avez déposée sur le site du PSTU évoque et prolonge cette présence, si intense. Toutefois, après un jour, une sorte de colère s’est emparée des militant·e·s face à ce sort cruel et révoltant qui avait frappé un camarade et un ami.

Un camarade qui a toujours accepté d’appuyer les initiatives internationalistes que nous développions dans un pays impérialiste, la Suisse, dont les transnationales sont si présentes au Brésil: les Nestlé, Sandoz, Novartis, Syngenta, Schindler, Holcim… Didi a participé par deux fois à l’Autre Davos – organisé en parallèle au World Economic Forum (WEF) – pour nous faire partager son expérience brésilienne et internationaliste de syndicaliste organisé dans Conlutas et de militant politique du PSTU.

Sa pratique militante au Brésil et à l’échelle internationale, il a su nous la faire partager, que ce soit lors de réunions du réseau syndical international, comme à Saint-Denis en mars 2013, ou au Brésil lors des rencontres de CSP-Conlutas auxquelles nous avons participé.

Il savait nous transmettre les difficultés et les victoires d’une activité militante sur la durée. Et cela parce que ses choix, sa vitalité étaient, en dernière instance, liés étroitement aux diverses luttes de la classe ouvrière, dans ses diverses composantes. C’est là qu’il trouvait aussi sa force pour mener, avec résolution, une bataille contre la maladie.

Lors d’une de ses dernières activités internationalistes, en Suisse, dans ses yeux nous pouvions lire, à la fois, sa détermination et cet amour du futur qui le rendait si sensible – à partir d’un temps qu’il savait compté – à l’avenir émancipatoire des opprimée·e·s et des exploité·e·s.

Didi restera toujours présent à nos côtés – au-delà de la tristesse, justifiée – comme une énergie propulsive dans les batailles qu’il voulait que nous tous continuions à conduire.

(Lausanne, le 18 septembre 2014)

Pour le Mouvement pour le socialisme (MPS)-Bewegung für Sozialismus (BFS)
Udry Charles-André

 

 

bestes-foto-1024x723

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Philippe Poutou et son message lors des 15 minutes avec les 11 candidats sur France 2, le 20 avril 2017


Présidentielle : revivez le passage de Philippe Poutou dans "15 minutes pour convaincre" sur France 2

Parmi les divers thèmes abordés dans sa campagne, le chômage a une place importante. Le chômage est d'abord une arme – ils ne sont pas désarmés – par les employeurs afin de faire accepter plus facilement des conditions de travail épuisantes, dégradées et des salaires de survie. Car, si «cela ne vous convient pas, il y en a dix qui attendent devant la porte».

Le chômage est aussi un coût qui pèse sur celles et ceux qui le subissent, et aussi bien directement qu'indirectement sur leur famille. Tensions, stress accru, dégradation de la santé physique et psychique. C'est inacceptable.

Michel Husson affirme: «La réduction du temps de travail permet la création d'emplois. Mais la condition essentielle est le contrôle des travailleurs et travailleuses sur la réalité des créations d'emplois. Ce sont eux qui doivent décider collectivement de la meilleure manière de combiner les formes possibles de réduction du temps de travail, de manière à prendre en compte les aspirations différenciées de salarié·e.s: réduction quotidienne (tant d'heures par jour); hebdomadaire (par exemple 4 jours), annuelle (journée RTT), pluriannuelle (année sabbatique).»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org