vendredi
19
avril 2019

A l'encontre

La Brèche

Egypte. Grève dans une des plus grosses entreprises

Publié par Alencontre le 25 - novembre - 2013
Le ministre du Travail, Kamal Abou Eita, s'adressant aux travailleurs des cristalleries

Le ministre du Travail, Kamal Abou Eita, s’adressant aux travailleurs des cristalleries

Par Jacques Chastaing

Les travailleurs des cristalleries d’Asfour – premier producteur mondial, 18’000 salariés – installées dans le quartier de Choubra au Caire, en étaient, jeudi 21 novembre, à leur 11e jour de grève pour exiger:

un doublement du salaire qui passerait de 1000 livres égyptiennes (132,25 CHF) à l’embauche à 2000 et alors que les ouvriers de cette entreprise gagnent 1200 LE (le salaire minimum promis par le pouvoir actuel dans le public devrait être de 1200 LE au 1er janvier 2014), après 10 ans d’ancienneté;

• des contrats à durée indéterminée pour tous les précaires. En sachant que 11’000 des 18’000 salariés n’ont que des contrats à durée déterminée, devant être renouvelés chaque année;

• la réintroduction des ouvriers licenciés lors d’une grève l’an dernier;

• des primes de départ – car l’entreprise envisage de licencier à l’occasion d’une modernisation, les salariés étaient encore 28’000 il y a quelques années – importantes de plus de 30’000 LE, plus une somme allouée par année de travail en cas de départ négocié. Les travailleurs du site insistent sur le fait que beaucoup de salariés sont malades – en particulier des poumons – après quelques années de travail dans cette entreprise aux conditions de travail lamentables, et qu’ils ne pourront pas retrouver de travail.

Malgré les attaques de voyous payés par le patron, le site était toujours bloqué après que les salariés ont refusé les propositions du ministre du Travail venu les voir le 21 novembre. Il promettait pour sa part de meilleures conditions de travail, une santé mieux protégée, des embauches de précaires, la réintégration des licenciés, mais rien de sérieux sur les salaires.

Par ailleurs les ouvriers du textile de l’usine textile de laine de Samanour (5000 salariés) à Mahalla ont repris le travail le 19 novembre, après que le gouvernement a promis que leurs salaires de septembre seraient payés (ce pour quoi ils étaient entrés en grève), que les ouvriers arrêtés parce qu’ils bloquaient les voies ferrées seraient relâchés. De plus, une somme de 10 millions de LE serait allouée à l’entreprise par l’Etat pour l’aider à aller de l’avant. (25 novembre 2013)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org