mercredi
22
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Carte non disponible

Date/Heure
Date(s) - 20/03/2019
20:00 - 22:00

Lieu

Categorie(s)


Islande: les femmes ont obtenu une loi qui impose
aux entreprises l’égalité salariale

Conférence-débat avec
Brynhildur Heidar Og Omarsdottir

Présidente de l’Association islandaise pour les droits des femmes,
co-organisatrice de la grève des femmes du 24 octobre 2016

Mercredi 20 mars, à 20h, Buffet CFF, Lausanne, Restaurant Tibits: 1er étage

Les femmes d’Islande se sont mises en grève à plusieurs reprises : en 1975, 1985, 2005, 2010. La dernière grève féministe a eu lieu le 24 octobre 2016. Les femmes ont quitté le travail à 14h38, marquant le moment où elles « cessaient d’être payées », en comparant leur salaire à celui des hommes. Ainsi, elles traduisaient en temps de travail quotidien la différence moyenne de salaire entre hommes et femmes. Ces mobilisations ont porté leurs fruits.

Depuis le 1er janvier 2018, une loi impose aux entreprises des mesures ayant trait à l’égalité salariale, aussi bien dans les secteurs public que privé. Les entreprises sont soumises à des audits spécifiques avec certification de conformité avec la loi sur l’égalité salariale, sous peine de sanctions. Y compris un ex-responsable du patronat local a déclaré: «Si nous voulons le progrès, il faut l’imposer.» De la sorte il a pris à contre-pied ses ex-collègues.

D’autres mesures en faveur de l’égalité hommes-femmes ont été réalisées ces dernières années: 43% de femmes à l’Althing (Parlement), instauration d’un congé paternité de trois mois, création de crèches et garderies, cours sur le sexisme à l’école, mesures contre les violences machistes, etc.

Conférence-débat organisée par des activistes pour la grève féministe avec le site alencontre.org, le MPS, le Cercle de débats Rosa Luxemburg, le Cercle la Brèche-UNIL et soutenue par le Collectif pour la grève des femmes*/grève féministe, ADF-Vaud, Commission Egalité du PS Vaud, Feminista !, POP

Cliquez ici pour voir le flyer

 

 

Commentaires fermés.

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org