mardi
31
mars 2020

A l'encontre

La Brèche

Par Jake Johnson

Le sénateur Bernie Sanders a demandé, mardi 24 mars, à l’administration Trump d’annuler immédiatement sa décision d’accorder au géant pharmaceutique Gilead Sciences [1] des droits exclusifs sur le médicament antiviral remdesivir, l’un des nombreux médicaments actuellement testés comme traitement possible du Covid-19 qui se propage rapidement et pourrait enlever la vie de millions de personnes à travers le monde.

Dans un communiqué, Sanders a déclaré qu’il était «proprement scandaleux qu’après que les contribuables ont investi des dizaines de millions de dollars dans le développement du remdesivir, la Food and Drug Administration (FDA), sous la direction de Trump, applique une loi prévue contre les maladies rares pour privatiser un médicament destiné au traitement d’un virus pandémique». «Nous devons placer la vie humaine au-dessus du profit des entreprises. Nous ne pouvons pas donner aux compagnies pharmaceutiques le monopole de traitements qui pourraient sauver des millions de personnes pendant cette crise.»

«L’administration Trump doit annuler ce cadeau à la firme Gilead et mettre gratuitement à disposition de tout le monde tous les traitements et vaccins», a ajouté le sénateur du Vermont. «Ce n’est pas le moment pour l’industrie pharmaceutique d’accroître ses profits. L’heure est à la réunion de nos scientifiques pour développer et produire rapidement le meilleur traitement possible contre le coronavirus.»

En effet, The Intercept a rapporté, mardi 24, que la FDA a accordé à Gilead, en début de semaine, le statut de médicament «orphelin» [médicaments destinés à diagnostiquer, prévenir ou traiter des maladies rares] pour le remdesivir qui a été développé avec l’aide d’au moins 79 millions de dollars de fonds publics.

Cette qualification du remdesivir, selon The Intercept, «permet à la société pharmaceutique de profiter exclusivement du produit pendant sept ans» et «pourrait bloquer la production de l’antiviral par les fabricants de médicaments génériques».

Après avoir qualifié la décision de la FDA de «folle et inacceptable», Sanders a déclaré: «Lorsque Jonas Salk (1914-1995) a développé le vaccin contre la poliomyélite – il y a 65 ans (en 1953-1955) – il a compris la valeur énorme qu’il aurait pour toute l’humanité, et il a refusé de le breveter.» (Article publié sur le site Common Dreams, en date du 25 mars 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

________

[1] Dans le Wall Street Journal du 25 mars 2020, l’article consacré aux possibles moyens de combattre le Covid-19 souligne que: «deux essais cliniques en Chine et un aux Etats-Unis évaluent le remdesivir, un médicament antiviral de Gilead Sciences Inc. qui a également été testé pour le virus Ebola».

Le 22 mars, le WSJ et Barron’s indiquaient déjà que: «Gilead Sciences n’accepte plus les demandes d’accès d’urgence à son médicament antiviral remdesivir, le médicament expérimental actuellement testé comme traitement pour les patients souffrant du Covid-19. Dans sa déclaration, la firme Gilead a déclaré qu’elle avait été confrontée à une “augmentation exponentielle” des demandes d’accès d’urgence à ce médicament pour des raisons humanitaires au cours des dernières semaines, et à une “demande écrasante” au cours des derniers jours.» Autrement dit, Gilead n’est pas prêt à renoncer à ce possible blockbuster (médicament phare qui assure des profits brevetés) qu’elle à dans ses tuyaux. Gilead Sciences a fait un chiffre d’affaires de 22,449 milliards de dollars en 2019. En 2018, selon le sérieux Center for Responsive Politics, Gilead a dépensé officiellement la somme de 2’990’000 de dollars pour ses opérations de lobbying aux Etats-Unis. (Réd. A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Coronavirus. «On doit s’attendre à l’ouragan»

L’émission «Arrêt sur images» de Daniel Schneidermann – une émission à laquelle le site alencontre.org pense qu’il est opportun de s’abonner – a été mise gratuitement, ce 14 mars 2020, sur Youtube «en raison de son utilité sociale». Deux médecins «qui parlent vrai» interviennent. François Salachas, le neurologue qui avait interpellé Emmanuel Macron lors d'une visite à la Pitié-Salpêtrière (Paris). Il souligna alors l’urgence liée à la pandémie et un fait d’évidence: la mise à niveau de l'hôpital nécessitera de gros moyens humains et financiers. Et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (Abysm). A voir, à partager: utile pour comprendre et réfléchir. (Rédaction A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org