mercredi
21
novembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Masaya enterre ses morts, le 20 juin 2018

Par Maynor Salazar
et Wilfredo Miranda

Marcelo Mayorga López, âgé de 33 ans, s’est défendu avec une fronde. Il l’a utilisée plusieurs fois, en utilisant des billes, ce qui ne pouvait guère blesser ses ennemis. Les officiers et les paramilitaires, l’ont attaqué avec des balles réelles. Ils lui ont tiré dessus sans pitié, l’ont tué et l’ont traîné sur le côté de la rue dans le quartier de San Jerónimo, à Masaya [ville située à 20 km au sud-est de Managua ; elle compte quelque 150’000 habitants; l’occupation de Masaya par la «population auto-convoquée» était massive ; depuis un mois le maire était absent; restait les forces de police dans leur caserne, avec à leur tête un exécuteur des basses œuvres connu: Ramón Avellán], parce qu’il bloquait le passage de leurs camionnettes.

Sa femme, Auxiliadora Cardoze, et sa mère, étaient les seules à s’approcher de son corps. Ses camarades de la résistance ne l’ont pas fait parce qu’ils craignaient que la police antiémeute ne les tue, eux et leur ami. «Aidez-moi, aidez-moi, aidez-moi», répéta la femme. «Aidez-moi, ce n’est pas un chien que vous avez tué», s’est-elle plainte aux «policiers» près du corps de son compagnon.

Aucun d’entre eux ne s’est présenté pour l’aider. Aucun d’entre eux n’a été ému par cette scène. Ils n’ont pas été choqués par les pleurs de la femme qui avait perdu son compagnon. Marcelo Mayorga a fini par être emmené par les voisins après que tous les miliciens armés ont quitté les lieux. Marcelo est l’un des six morts signalés par l’Association nicaraguayenne pour les droits de l’homme (ANPDH), mardi 19 juin, à Masaya, suite à l’attaque féroce de la police antiémeute et des paramilitaires associés au régime de Daniel Ortega et Rosario Murillo.

Dayner Useda, Marvin López et Moisés Campos Guevara, figurent parmi les trois autres citoyens de cette ville qui ont été tués par des flics antiémeute et des paramilitaires. «Les deux autres n’ont pas encore été identifiés, mais il est confirmé que cette attaque a coûté la vie à six personnes», a déclaré Álvaro Leiva, secrétaire de l’ANPDH.

Leiva a expliqué qu’au fil des heures, ils auront des informations détaillées sur les deux autres citoyens assassinés. Il a dit que le nombre de blessés augmente, mais qu’ils n’ont pas de données concrètes parce que les membres de l’ANPDH n’ont pas été en mesure de faire leur travail parce que la situation est encore critique. Toutefois, il a maintenu que le chiffre initial est de 36, sans préciser le nombre de blessés graves.

Une source médicale de l’hôpital Humberto Alvarado de Masaya a rapporté que 48 personnes, blessées, sont arrivées à l’hôpital. Il n’a pas non plus précisé le nombre de personnes souffrant de blessures graves.

«Nous avons des rapports provenant de citoyens selon lesquels il y a une forte présence de tireurs d’élite dans la ville qui tirent sur tous les passants. J’appelle les citoyens à prendre des mesures préventives pour protéger leur vie», a déclaré Leiva.

L’attaque s’est déroulée ainsi

Une quinzaine de fourgonnettes – transportant plus de soixante-dix «soldats» lourdement armés de fusils de guerre, à la tête desquels se trouvaient des officiers des troupes antiémeute de la Police Nationale et des paramilitaires – sont arrivées à Masaya, après avoir démoli les barrages de Ticuantepe (petite ville sur la route reliant Managua à Masaya). Les forces répressives ont renversé les barricades à l’entrée de Masaya et ont tiré sans restriction sur les habitants  jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle des principaux quartiers de la ville.

Les citoyens de Masaya ont affirmé qu’au moins 20 femmes sont sorties pour rencontrer les groupes armés, en tapant sur leurs casseroles, pour essayer d’arrêter l’attaque des policiers et des paramilitaires. Mais, elles ont été arrêtées et emmenées sur des camionnettes. «Ils les ont prises et les ont battues», a dit un témoin. Les femmes ont été libérées dans l’après-midi.

Un volontaire d’un des postes médicaux [de nombreux médecins et étudiants en médecines se mettent à disposition de la population] a rapporté qu’il y avait plusieurs blessés graves et qu’ils étaient piégés dans les maisons des quartiers attaqués. «Nous n’avons pas pu les faire sortir parce que les flics et les sicaires tiraient», dit-il.

En fin d’après-midi, certains blessés ont réussi à quitter la ville avec beaucoup de soins et ont été soignés dans des hôpitaux à Managua. «Mon père a reçu une balle dans la poitrine, on ne pouvait pas sortir toute la journée jusqu’à la tombée de la nuit. Heureusement, il est dans une situation stable», a déclaré Cris Huerta, une habitante.

La Police Nationale et les groupes paramilitaires avaient un seul objectif : sauver le chef de département, le commissaire général Ramón Avellán, et réapprovisionner ses hommes. Des images montrant l’arrivée des «renforts» à la caserne de police de Masaya ont circulé sur les réseaux sociaux.

Police et paramilitaires en direction de Masaya

Pour se rendre à Masaya, l’opération militaire a d’abord attaqué le bloc situé au kilomètre 14, à l’entrée de la ville de Ticuantepe. Les hommes armés sont arrivés dans des camionnettes Hilux, comme d’habitude [camionnettes appartenant au corps de police]. Ils ont tiré sans pitié sur les citoyens qui gardaient les barricades.

Les policiers et les paramilitaires ont attaqué la résistance civique vers cinq heures du matin avec des armes de gros calibre. Les habitants se défendaient avec des pierres et des mortiers [artisanaux]. Cependant, la puissance de feu des paramilitaires était plus puissante et a obligé les gens à battre en retraite.

Les femmes de ce secteur sont sorties en tapant sur leurs casseroles et se sont installées au rond-point de Ticuantepe. Pendant ce temps, des groupes armés ont enlevé les barricades. Puis les femmes ont été repoussées avec des grenades lacrymogènes. Finalement, le passage pour les véhicules a été rétabli et les paramilitaires et la police ont pris le contrôle de la zone.

Les forces policières et paramilitaires ont continué jusqu’à Masaya. Elles sont entrées de force et ont également démoli les barrages situés à El Coyotepe. Après que les groupes armés ont dispersé les manifestants, les barricades ont été démolies à l’aide de pelles mécaniques.

L’incursion de la police et des troupes paramilitaires a atteint l’un de leurs objectifs, à savoir la libération du chef de la police Ramón Avellán, qui était assiégé dans sa caserne par la population, depuis la semaine dernière. La caserne de police a été approvisionnée en vivres divers, selon les rapports transmis par les habitants.

Luis Almagro, Secrétaire général de l’OEA (Organisation des Etats américains), a écrit sur Twitter que «le peuple de Masaya a fait preuve d’héroïsme dans les pages les plus sombres de l’histoire du Nicaragua. Nous condamnons toute attaque qui menace la vie et la sécurité des habitants de Ticuantepe, Nindirí, Masaya et Los Pueblos Blancos».

Une partie des troupes de police a quitté Masaya mardi après-midi, bien que les officiers aient repris le contrôle d’une grande partie de la ville qui avait été déclarée «territoire libéré» et ont annoncé mardi (19 juin) la création d’un conseil d’administration provisoire.(Article paru dans Confidencial, le 19 juin; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org