mardi
21
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Débat. Changement et continuité à Cuba

Publié par Alencontre le 8 - avril - 2019

Par Carmelo Mesa-Lago

A l’occasion du 60e anniversaire de la révolution cubaine, il est opportun d’examiner ce qui a changé et ce qui se perpétue. L’économie de marché qui existait jusqu’en 1958 a été transformée de 1961 en un système de planification centralisé, avec une prédominance énorme de l’entreprise publique et une agriculture collectivisée. Le marché était subordonné au plan. Ce modèle a échoué dans le monde, mais son essence continue à Cuba, entraînant une inefficacité économique monumentale qui a nui à la croissance.

La dépendance à l’égard de la vente du sucre – 75 % des exportations totales en 1958 ­ – a été remplacée par une dépendance de 80 % à l’égard de la vente des services professionnels [secteur de la médecine, en autres] et du tourisme. En 1958, Cuba n’exportait pas de services professionnels et le nombre de touristes en 2018 a été multiplié par 18 et de 53 fois pour ce qui a trait au revenu de cette activité. La production pétrolière a augmenté 79 fois et Cuba produit maintenant du gaz naturel. La dépendance à l’égard des importations d’énergie a été réduite de 99 % à 50 %.

Autrefois, les services sociaux se limitaient principalement aux zones urbaines et étaient en partie privés; aujourd’hui, ils sont gérés par l’État et sont pratiquement universels et gratuits. Par contre, la dette extérieure de Cuba a bondi de 190 fois entre 1958 et 2017, et ce, après d’importantes radiations auprès des créanciers du Club de Paris, de la Russie et d’autres pays. Le taux de croissance démographique en 1953 (dernier recensement) était de 2,1 % et a chuté à -0,2 % en 2017 en raison du vieillissement accéléré; la proportion des personnes âgées dans la population est passée de 9 % à 20 %. Cuba a la population la plus âgée de la région, ce qui augmente le coût des soins de santé et des retraites

En ce qui concerne la continuité, au cours des six dernières décennies, «l’économie socialiste» cubaine n’a pas réussi à éliminer ou à réduire l’énorme concentration du commerce, des investissements, de l’aide et des subventions avec une autre nation. De dépendance vis-à-vis des Etats-Unis (52 % des exportations), elle est passée à dépendance vis-à-vis de l’URSS (72 %) et depuis le début du XXIe siècle vis-à-vis du Venezuela (44 %). Entre 1960 et 1990, l’URSS a accordé à Cuba 58,5 milliards d’euros et Cuba n’a remboursé que 450 millions d’euros, le reste étant des subventions de prix et des aides non remboursables. La disparition du «camp socialiste» dans les années 1990 a provoqué une crise très grave à Cuba. Au sommet de cette crise, en 2012, l’aide, les subventions et les investissements vénézuéliens représentaient 11 % du PIB de Cuba.

Malgré cette aide substantielle, en raison de l’inefficacité du système, l’économie a stagné à une moyenne annuelle de 1,7 % en 2014-2018 et l’objectif pour 2019 est de 1,5 %, soit un quart des 6 % officiellement prévus pour susciter une croissance appropriée. En 2017, la majorité de la production manufacturière, minière (sauf le pétrole), agricole et de la pêche était inférieure au niveau de 1989. Seul le tourisme a fait des progrès remarquables.

Le commerce extérieur a subi un déficit systématique (6,76 milliards en 2017) et l’excédent généré par la première source de devises, les exportations de services professionnels (médecins, infirmières, etc.), a diminué de 35 % en 2012-2018, en raison de la crise économique au Venezuela qui achetait 75 % de ces services. Le Venezuela a également réduit son commerce qui a passé de 44 % à 17 % du total des échanges, l’approvisionnement en pétrole a chuté de moitié et les investissements ont cessé.

Ces problèmes ont entraîné une réduction de huit points de pourcentage des dépenses sociales en 2008-2017, avec la détérioration qui en a résulté pour les secteurs de la santé et de l’éducation. Sur la période de 1989 à 2017, le pouvoir d’achat des retraites a chuté de 50 %. La construction de logements s’est tassée à hauteur de 80 % et les salaires indexés sur l’inflation de 61 %.

L’embargo américain est blâmé pour ces problèmes. C’était vrai il y a 25 ans, mais Cuba a maintenant des échanges commerciaux avec au moins 80 pays, dont les États-Unis, ainsi que des investissements provenant de plusieurs pays. L’embargo continue de causer des dommages, tels que des sanctions visant des banques internationales qui traitent avec Cuba. Mais la cause profonde des problèmes est l’incapacité de générer des exportations pour financer les importations essentielles; les deux ont diminué ces dernières années.

Entre 2007 et 2018, Raúl Castro a tenté de résoudre les problèmes ici soulignés par les réformes structurelles axées sur le marché, mais celles-ci n’ont pas eu d’effets tangibles en raison de leur extrême lenteur, de leurs effets dissuasifs, de la fiscalité et d’un renversement depuis 2017.

Le nouveau président Miguel Diaz-Canel et la Constitution qui a été approuvée le 24 février ne changent pas l’essence du modèle. De fait, Diaz-Canel a ratifié la continuité. Une attitude absurde face à l’effondrement de l’économie vénézuélienne et à l’affaissement de son régime suite à la rébellion interne et la pression internationale. Une chute de Maduro aggraverait encore la crise actuelle à Cuba. (Article publié dans El Pais, en date du 7 avril 2019, p. 17 du cahier Négocios, traduction A l’Encontre)

Carmelo Mesa-Lago est professeur émérite d’économie et d’études latino-américaines à l’Université de Pittsburgh et auteur de nombreux ouvrages sur l’économie cubaine, dont Voices of Change in Cuba from the Non-State Sector, en avril 2018.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org