mercredi
16
juillet 2019

A l'encontre

La Brèche

Gloria Maira, coordinatrice de la Mesa de Acción por el Aborto

Entretien avec Gloria Maira
conduit par Carla Perelló

En août 2017, le Chili a fait un pas en faveur des droits des femmes et des femmes enceintes: il a écarté un système d’accès à l’avortement totalement prohibitif et punitif et a adopté un système fondé sur des motifs qui permettent l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en cas de viol, de non-viabilité du fœtus ou de risque de décès. Un peu plus d’un an après l’adoption de la loi, la Table ronde pour le droit à l’avortement, qui réunit des organisations politiques, sociales et de défense des droits humains locales et internationales, a mené une enquête pour rendre compte de l’efficacité de son application. Sur la base des résultats de sept régions du pays (Antofagasta, Valle del Huasco, Valparaíso, Santiago, Concepción, Temuco et Aysén), ils dénoncent l’absence de politique publique pour mettre en œuvre ces réglementations. Dans cet entretien avec Nodal (Noticias d’America Latina y El Caribe), Gloria Maira, militante féministe, rend compte de la situation.

Parmi les conclusions du rapport qu’ils ont présenté, qui dénoncent l’absence de politique publique pour la mise en œuvre des trois causes de l’avortement, pourriez-vous rappeler brièvement les raisons pour lesquelles ils en sont arrivés à cette conclusion et pourquoi estimez-vous que ce point a été atteint?

Gloria Maira: Le suivi a été effectué dans sept territoires du pays et montre qu’il y a une mise en œuvre minimale de cette politique publique. Cela signifie que le Ministère de la santé a concentré la formation, l’examen des cas et les efforts de suivi sur les équipes d’IVG directement liées à la prestation. Le reste du personnel, tant dans les soins primaires que dans les hôpitaux – où l’interruption volontaire de grossesse est pratiquée – n’est ni sensibilisé ni formé à la loi, ce qui implique des obstacles pour les femmes en termes d’accès à l’information et à la voie qu’elles doivent suivre pour interrompre leur grossesse si c’est pour ces trois raisons et si elles décident de le faire. Par conséquent, la formation du personnel de santé est un problème.

Le deuxième problème majeur est le manque d’information des femmes et de la communauté. Les prestations pour l’IVG ne font pas partie d’un ensemble tel que des actions de promotion de la santé sexuelle et reproductive qui sont menées dans le cadre des soins primaires dans les écoles, dans les centres pour adolescentes, par exemple. Il s’agit d’un problème énorme, car c’est là que se concentrent les situations de violence sexuelle qui aboutissent à la grossesse. Par conséquent, ces filles, adolescentes et jeunes femmes n’ont aucun moyen de savoir qu’il peut y avoir une réponse différente à la situation et qu’elles peuvent être accueillies dans le service de santé.

Un troisième problème majeur à souligner, bien qu’il ne soit ni le dernier ni le moins important, concerne l’objection de conscience de la part des soignants. La politique du Ministère de la santé a été de ne pas garantir l’existence d’au moins une équipe d’IVG dans chacun des hôpitaux. L’objection de conscience du personnel de santé qui intervient dans l’interruption de grossesse n’a fait l’objet d’aucun contrôle. La résolution finale de la Cour constitutionnelle et le règlement qui a finalement été adopté aux fins de l’objection de conscience signifient que plus qu’une règle exceptionnelle, elle est devenue une règle générale. En d’autres termes, il suffit qu’un médecin, un obstétricien gynécologue, une sage-femme, une infirmière, un anesthésiste, déclare qu’il est objecteur de conscience, remplisse un formulaire et le soumette à la direction de l’hôpital. Avec cela, vous prouvez votre objection, il n’y a pas besoin d’une justification argumentée, il n’y a rien. Si l’on combine tous ces facteurs – manque d’information, graves faiblesses dans la formation des équipes et du personnel de santé, la santé en général, et l’objection de conscience déclarée et non déclarée –, ce qui se passe finalement, c’est que l’application est réduite au minimum. En fait, le nombre de cas qui ont eu recours l’IVG est beaucoup plus faible que ce qui avait été estimé pour une année. Il y a là une preuve concrète de ce qui se passe.

Précisément, ce qui s’est passé au début du gouvernement Piñera est la promotion de l’objection de conscience institutionnelle. Quel a été le résultat de cette situation. Estimez-vous que cette initiative a affecté l’application de la loi?

En fait, cette disposition a été introduite par la Cour constitutionnelle après l’approbation de la loi par le Congrès et sur la base des exigences faites par les secteurs conservateurs du Parlement concernant les protocoles de mise en œuvre de l’objection de conscience institutionnelle. Enfin, les dernières résolutions et réglementations ont laissé une large place à l’objection de conscience institutionnelle. La Cour constitutionnelle a décidé que les professionnels de la santé et, institutionnellement, les cliniques privées qui signent des accords avec le Ministère de la santé peuvent se réclamer de l’objection de conscience. C’est-à-dire que le gouvernement leur transfère l’autorité publique pour la prestation de ces services lorsque le secteur public ne dispose pas d’hôpitaux ou ne dispose pas de la couverture nécessaire. Par conséquent, ils ne fournissent de soins en obstétrique-gynécologie et en gynécologie que s’ils les estiment justes et pourtant ils reçoivent également des fonds publics, ils ne sont pas tenus d’assurer des interventions d’IVG même s’il s’agit d’un droit juridique et que l’autorité sanitaire a l’obligation de les rendre accessibles au niveau national.

Le deuxième point est que la Cour a également établi que les cliniques qui ont un gynécologue ou obstétricien qui offrent des prestations de gynécologie et qui n’ont pas signé d’accord avec le Ministère de la santé peuvent également décider librement si elles pratiquent ou non des IVG. Ces cliniques n’ont donc pas besoin de se déclarer objecteurs de conscience institutionnels; elles peuvent tout simplement ne pas inclure cette prestation dans leur offre de soins. Par conséquent, il est très clair que l’objection de conscience institutionnelle a permis aux cliniques en général de s’abstenir de fournir cette prestation sans aucune pression pour changer cette situation.

Dans quelle mesure ce défaut de mise en œuvre de la loi affecte-t-il les femmes qui veulent avorter? Existe-t-il des registres officiels du nombre d’avortements autorisés par la loi?

Cette mauvaise mise en œuvre a des répercussions à plusieurs égards. Premièrement, dans la mesure où il s’agit d’un droit non informé, les femmes ne peuvent pas exercer ce droit accordé par la loi. Deuxièmement, tant qu’il n’y aura pas d’actions qui tiennent compte de l’interruption de grossesse ou de l’avortement en tant que situation qui se produit dans la vie reproductive des femmes, la stigmatisation de l’avortement, l’avortement perçu comme punition, la pénalisation sociale des femmes, ne seront pas mis en cause. Les mêmes mythes et préjugés continuent d’exister en ce qui concerne l’avortement, ce qui affecte celles qui répondent aux trois motifs indiqués, empêchant les personnes de consulter de manière pertinente dans les cliniques ou les établissements de santé. Même si elles font les consultations justifiées, elles sont affectées dans leur liberté de décision parce qu’elles font face à un dogme établi, qui est celui de la maternité. L’absence d’information et de discussion sur l’avortement en tant qu’événement de la vie reproductive des femmes maintient ces imaginaires et empêche les femmes de prendre des décisions.

Il y a des dossiers sur le nombre d’avortements, ils sont sur le site Web du ministère, vous pouvez voir quels ont été les cas qui ont été traités dans chacun des motifs et, évidemment, ce que cela montre est que les chiffres sont beaucoup plus bas que ce qui avait été estimé initialement. Cette différence n’est pas due à une erreur de calcul comme l’a insinué le ministre de la Santé, Emilio Santelices, mais plutôt à tout un appareil qui empêche les femmes d’accéder au droit à l’avortement et de prendre une décision en toute liberté. Comme je l’ai expliqué dans les réponses précédentes, cet appareil se manifeste par le manque d’information, de formation, par l’objection de conscience qui affecte les possibilités d’accès au service et, surtout, par un modèle de soins de santé qui reste intact, notamment en matière de santé sexuelle et reproductive. Il s’agit d’un modèle biomédical de relation verticale entre le personnel de santé et l’usager. Pour la femme qui a accès aux prestations, ce qui prévaut, en termes d’imaginaires, c’est la maternité toujours souhaitée par les femmes. Dans la mesure où cette vision du modèle de soins de santé n’est pas modifiée, la mise en œuvre de l’IVG se fait dans ce cadre et il n’y a pas d’actions soutenues pour la modification des modèles, des comportements et des pratiques dans le système. Il est donc très difficile que l’interruption volontaire de grossesse, sur décision de la femme, soit pleinement mise en œuvre.

Quelles sont les étapes et les défis à venir pour la Table ronde pour le droit à l’avortement et pour les organisations de femmes et les féministes en général?

Nous avons également envoyé le document au Congrès, en particulier aux commissions des femmes et de la santé, afin que les parlementaires puissent accomplir leur travail de contrôle et exiger des réponses du Ministère de la santé et du Ministère de la femme et de l’égalité des sexes sur les graves lacunes que révèle le suivi.

En outre, nous demandons une rencontre avec le nouveau ministre de la Santé afin de le mettre également face à ses responsabilités face aux résultats de la surveillance et pour voir quelles mesures urgentes il serait prêt à prendre pour corriger ces lacunes.

Enfin, je crois que le plus important, c’est que nous continuions à étendre cette surveillance à d’autres territoires et à d’autres régions du pays afin de documenter ce qui se passe dans la pratique, dans la vie quotidienne des établissements de santé, le type d’obstacles auxquels les femmes font face dans ces territoires spécifiques et de voir et présenter cela aux autorités locales elles-mêmes afin que des corrections puissent être apportées de manière rigoureuse dans l’application. En tant que Table ronde pour le droit à l’avortement, nous espérons que cette surveillance renforcera le mouvement pour le droit à l’avortement dans le pays, renforcera la voie vers l’avortement légal et libre. Au moment où nous construisons de nouveaux paradigmes en matière de santé sexuelle et reproductive et autour des droits sexuels et reproductifs, ce sont ces mêmes équipes sanitaires qui devraient par la suite accorder leur attention à la législation que nous prévoyons d’élargir. Par conséquent, le suivi devient un instrument, un outil pour renforcer les mouvements au niveau local, pour consolider l’action de vigilance du mouvement en faveur du droit à l’avortement et pour construire des volontés vers un avortement libre et légal dans le pays. Cette stratégie est évidemment complétée par d’autres éléments, comme les campagnes en faveur de la dépénalisation sociale de l’avortement, qui visent à faire en sorte que l’avortement soit considéré dans la société, interprété et compris comme un événement dans la vie reproductive des femmes. (Article publié sur le site Nodal, le 5 juillet 2019, traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org