vendredi
19
juillet 2019

A l'encontre

La Brèche

Par Salima Tlemcani

En pleine phase de structuration représentative, les étudiants s’impliquent de plus en plus dans la mobilisation citoyenne qui gagne les rangs de toutes les franges de la société. Elus ces derniers jours, les premiers comités représentant les universités de Bouzaréah, Dély Ibrahim 3, faculté de médecine ainsi que des pôles de Koléa, d’El Harrach et de Blida, ont tenu dimanche dernier une réunion marathonienne, à la faculté de médecine de Ben Aknoun, à Alger.

Plus d’une centaine de délégués ont discuté des problèmes auxquels ils ont été confrontés, mais surtout du mouvement de protestation, des slogans et des perspectives de ce mouvement.

Très actifs, Wassim Matthieu de Belarbi et Yali Aidaly, respectivement étudiants en lettres françaises à Bouzaréah et en archéologie à Beni Messous, passent la majeure partie de leur temps à parler à leurs camarades, à les impliquer dans la mobilisation et à leur faire prendre conscience que «l’étudiant doit être indissociable de la société».

En dépit de la fermeture des salles de cours et des amphithéâtres, décidée par le ministère de l’Enseignement supérieur [depuis le 10 mars], ils ont réussi à improviser des espaces pour la tenue des assemblées générales.

Cela n’est malheureusement pas le cas des étudiant·e·s de la faculté de journalisme ou encore de celle du commerce et de nombreux départements de Bab Ezzouar, où les étudiants ne trouvent pas de salles pour se réunir. Mais Wassim et Yali expliquent que, souvent, ils doivent compter sur la «gentillesse» ou la «compassion» des gardiens ou d’un membre de l’administration pour ouvrir les salles de cours.

Pour la réunion de dimanche dernier [17 mars 2019 à la faculté de médecine, les étudiant·e·s n’ont pas eu de difficulté à obtenir un espace. Il faut dire que la mise en vacances forcées des étudiant·e·s a eu des incidences sur la mobilisation, mais pour l’instant, ils/elles répondent «favorablement» aux appels et «rejoignent massivement» les manifestations. «Toute notre énergie est dépensée actuellement dans la structuration de la représentativité.». «Nous voulons que toutes les écoles et universités se dotent de comités. Il y en a qui ont déjà leurs représentants, et ce, dans beaucoup de wilayas. A Alger, le grand problème est à l’université de Bab Ezzouar, qui compte quelque 52’000 étudiants, et les syndicats et les associations qui y sont actifs sont difficiles à contrecarrer. Nos camarades font de leur mieux, mais à chaque fois qu’une action est menée, elle est prise à partie par d’autres. Même s’ils sont peu nombreux, certains ont quand même réussi à élire leurs représentants. Nous devons conjuguer tous nos efforts pour constituer une force pas seulement de mobilisation mais aussi de proposition. Nous ne voulons pas imposer des délégué·e·s, mais faire en sorte qu’ils soient l’émanation de la base. Raison pour laquelle, nous avons décidé, lors des premières réunions, que chaque département ait un comité provisoire d’une dizaine d’étudiants, qui doivent s’entendre sur un groupe de trois ou quatre représentants. Ces groupes doivent élire à leur tour un seul comité pour chaque université. La même opération se fait au niveau de l’ensemble des établissements universitaires du pays, afin d’arriver à une représentation estudiantine», explique Wassim.

Selon lui, le débat au sein de l’assemblée de dimanche a été focalisé beaucoup plus sur la difficulté de certains comités à se faire accepter par les étudiants qui étaient absents lors de l’élection. «Il y a de l’appréhension et de la méfiance, en raison des mauvaises expériences des organisations contrôlées par l’administration ou par les partis politiques. Après des heures de discussions, nous avons réussi à ramener le débat à la mobilisation qui doit impérativement se poursuivre. Nous avons retenu le principe de la marche de mardi (aujourd’hui, le 19 mars) au centre-ville, avec un itinéraire défini, pour ne pas gêner la circulation automobile ou les commerces. La marche doit être encadrée par des étudiants, bien identifiés et très vigilants, afin d’éviter toute intrusion. Chaque université doit avoir son carré et l’heure à laquelle commence et se termine la marche, arrêtée», révèle Yali Aidaly.

Pour ce qui est des slogans, ajoutent les deux étudiants, ils vont faire ressortir les préoccupations des étudiants, mais aussi de toute la société. «Le principal slogan qu’on devra mettre en avant est ‘‘Ana taleb, ana chaabi et chaab maah rabi’’ (Je suis étudiant, je suis du peuple, et Dieu est avec le peuple)». «Sur les pancartes et les banderoles, les messages porteront sur la nécessité de la démocratisation de l’université, l’ouverture de celle-ci aux forums et aux débats, l’amélioration de la prise en charge et du niveau de l’enseignement, la revalorisation des diplômes, mais aussi le changement du système», note Wassim, avant que Yali ne lui emboîte le pas: «En fait, nous voulons que les étudiants se réapproprient leurs espaces et que chacun fasse la même chose.»

Investis dans la mobilisation, les deux étudiants passent tout leur temps entre les réunions, les prises de contact et la gestion des messages sur les réseaux sociaux. «Nous organisons les marches de mardi en tant qu’étudiants, mais aussi de vendredi en tant que citoyens. Nous sommes convaincus que nous aurions de meilleurs diplômes reconnus partout dans le monde, si notre université était gérée de manière démocratique, soit réellement celle des connaissances et du savoir et que les enseignants et les recteurs soient recrutés sur la base de la compétence et non des relations. Nous rêvons d’une Algérie meilleure, où le mérite est le principal critère d’avancement et de nomination. Nous pensons que c’est le moment ou jamais de forcer le changement. Nous sommes les demandeurs d’emploi d’un demain très proche. Nous sommes l’avenir de notre pays, que nous rêvons tous meilleur», concluent nos jeunes interlocuteurs. Ils sont si jeunes, mais ils ont conscience des enjeux auxquels ils sont confrontés.

Ils sont en train, disent-ils, de construire l’Algérie de demain. La marche qu’ils comptent organiser aujourd’hui est, pour eux, très «symbolique». «Elle doit avoir une identification : celle des étudiants», nous dit-on. Pas seulement à Alger, mais aussi dans une bonne partie des autres wilayas, comme Constantine, Béjaïa, Tizi Ouzou, Oran, Annaba, Sétif, Bouira, Skikda, Ouargla, pour ne citer que celles-ci. (Article publié dans El Watan, le 19 mars 2019, à 10h10)

*****

Béjaïa: étudiants, pompiers et des milliers de travailleurs dans la rue

Par Nourédine Douici

Plus que jamais déterminée, la communauté universitaire a réinvesti la rue, hier à Béjaïa [à 200 km à l’est d’Alger, chef-lieu de la wilaya du même nom], à la faveur d’une marche qui a drainé plusieurs milliers de personnes.

Une occasion pour les étudiant·e·s, les enseignant·e·s et les travailleurs de l’université Abderrahmane Mira pour dire aux décideurs, après la publication de la lettre du président Bouteflika [lettre datée du 18 mars, qui propose la tenue d’une conférence nationale, suivie d’une révision de la Constitution qui aboutirait à une élection présidentielle] : «Non à la conférence nationale inclusive. On est pour l’élection d’une Constituante.»

La communauté universitaire sait que le comportement de ceux qui tentent de sauver le système ne font que «manœuvrer» en proposant le report et la révision de la Constitution au terme d’une conférence nationale inclusive dans le but de rester au pouvoir. Convaincus que «le système est déjà tombé», les étudiant·e·s ont saisi l’occasion de l’anniversaire de la fête de la Victoire [contre la colonisation française] pour brandir des pancartes sur lesquelles ont peut lire «Le 19 Mars 1962 est la fête de la Victoire sur le colonialisme, le 19 mars 2019 est la fête de la victoire sur le système».

«Nous sommes unis, vous êtes finis !» ; «Ceux qui ont participé à la destruction du pays ne peuvent pas participer au changement !», scandent-ils. Un étudiant qui se tient debout au milieu de ses camarades semble se projeter déjà dans l’après- mouvement. «Je rêve d’un Etat laïc et fédéral», tranche-t-il sur un écriteau.

D’autres préfèrent sauvegarder le caractère républicain du futur régime dans le cadre d’une nouvelle Constitution : «Pour une transition démocratique, pour l’avènement de la IIe République !» Les militants du MAK, qui ont l’habitude de fermer la marche, n’ont pas été indisposés cette fois, comme ils l’avaient été lors de la dernière marche par des jeunes issus d’autres tendances et qui sont venus les tenir à l’écart de la procession.

Devant la stèle de Saïd Mekbel [journaliste, ancien directeur du quotidien francophone Le Matin, assassiné en 1994], au centre-ville, une minute de silence a été observée à la mémoire de deux étudiants décédés cette semaine par crise cardiaque, dont un chez lui à Amizour après la grandiose marche du 15 février. Les marcheurs se sont dispersés dans le calme peu après 13h. (Article publié dans El Watan, en date du 20 mars 2019, à 9h20)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org