mardi
22
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Grèce. SYRIZA, le congrès de la social-démocratisation
Occupy: “Prêts à occuper nos maisons!”
Irak. «Le barrage de Mossoul est face à un risque grave et sans précédent de défaillance catastrophique»
«L’Etat palestinien» à l’ONU: beaucoup de bruit pour rien?
Egypte. La tragédie de la répression, acte V, scène I ?
«Rendez les clés du Mali au peuple malien!»
«Mon film est un appel aux armes contre ceux qui pensent que la liberté nous est donnée»

Archives de l'année 2013

Brésil: «C’en est fini de la paix sociale»

Publié par Alencontre Le 29 - décembre - 2013
Manifestation en juin 2013 à São Paulo

Manifestation en juin 2013 à São Paulo

Entretien avec Chico de Oliveira
conduit par Valéria Nader
et Gabriel Brito

« L’année 2013 laisse derrière elle un signal très positif ». Ce sont les paroles du sociologue et professeur retraité de l’Université de São Paulo (USP) Chico de Oliveira dès le début de l’entretien qu’il a accordé au Correio da Cidadania, pour son édition spéciale «rétrospective sur l’année 2013».

L’effervescence du mois de juin 2013, avec l’ampleur des protestations populaires dans tout le Brésil, fait de l’année 2013 une année sans doute assez singulière. Lire le reste de cet article »

Etat espagnol. L’attaque contre le droit à l’interruption volontaire de grossesse

Publié par Alencontre Le 27 - décembre - 2013

3091566Par Izquierda anticapitalista

Le 20 décembre 2013 le gouvernement du Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy a annoncé officiellement une «nouvelle loi de protection de la vie et des droits de la femme enceinte». Cette loi devrait mettre fin à l’avortement conçu comme un droit, un droit introduit en Espagne en 2010, sous le gouvernement du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) de José Luis Rodriguez Zapatero. La loi de 2010 autorisait les IVG (interruptions volontaires de grossesse) au cours des quatorze premières semaines de gestation, jusqu’à vingt-deux semaines en cas de malformation du fœtus. Lire le reste de cet article »

Russie: «La relation de soumission du pouvoir russe à ses hommes ressemble beaucoup à la structure d’un camp de travail»

Publié par Alencontre Le 26 - décembre - 2013
Nadia Tolokonnikova, en compagnie de Maria Alekhina, le 24 décembre  2013 à l'aéroport de Krasnoïarsk

Nadia Tolokonnikova, en compagnie de Maria Alekhina, le 24 décembre 2013 à l’aéroport de Krasnoïarsk

Entretien avec Nadia Tolokonnikova
conduit par
Elena Servettaz

Deux jours après sa libération, Nadia Tolokonnikova, membre du groupe contestataire Pussy Riot, exprime sa détermination à continuer sa lutte pour la défense des droits de l’homme en Russie. Dans un entretien exclusif à RFI – la première donnée à un média français -, la jeune femme parle des projets qu’elle compte désormais mener à bien avec une autre Pussy Riot, Maria Alekhina, elle aussi graciée lundi 23 décembre 2013.

Nadia Tolokonnikova, vous êtes aujourd’hui libre, physiquement du moins. Mais avez-vous conscience d’être réellement sortie du camp de travail, ou une partie de vous est-elle restée enfermée? Est-ce peut-être la raison pour laquelle vous et Maria Alekhina n’avez pas encore revu vos enfants? Lire le reste de cet article »

«Ensemble, une nouvelle Afrique du Sud est possible»

Publié par Alencontre Le 26 - décembre - 2013
Congrès du NUMSA

Congrès du NUMSA

Salut du Front démocratique de gauche au Congrès extraordinaire du NUMSA

Un spectre hante la classe dominante et le gouvernement d’Afrique du Sud: il s’agit du mouvement anticapitaliste radical que le National Union of Metalworkers of South Africa (NUMSA – Syndicat national des métallurgistes d’Afrique du Sud) a mis sur pied lors de son Congrès extraordinaire qui s’est tenu la semaine dernière [du 17 au 20 décembre 2013]. La Front démocratique de gauche (DLF – Democratic Left Front) félicite le NUMSA pour ce congrès qui a rassemblé Lire le reste de cet article »

Lampedusa: «Un demandeur d’asile, c’est avant tout un naufragé et il doit être traité comme tel»

Publié par Alencontre Le 25 - décembre - 2013

lampedusa3Entretien avec Giusi Nicolini
conduit par Carine Fouteau

Giusi Nicolini, la maire de Lampedusa, est une femme en colère, en rage même, comme hantée par les drames récurrents sur les rivages de l’île dont elle est maire depuis le printemps 2011. Cette écologiste, née à Lampedusa, bout de terre de 20 kilomètres carrés situé à quelques dizaines de kilomètres des côtes tunisiennes, a dû faire face à l’un des naufrages les plus tragiques de la décennie. Le 3 octobre 2013, Lire le reste de cet article »

Grèce. Les migrant·e·s soumis à la torture, sur ordre «d’en haut»

Publié par Alencontre Le 25 - décembre - 2013

grece_0Par Hot Doc

Au moment où le gouvernement grec vote, avec une majorité de 152 voix sur 300, une loi impliquant l’expulsion de nombreux propriétaires endettés de leur maison ou appartement – ou comme le dit un journaliste: «si vous êtes chômeur ou retraité avec une retraite de rien du tout et que vous ne pouvez payer les nouveaux impôts sur la propriété décidés par le ministre des Finances, Stournaras, et la Troïka, vous n’avez qu’à chercher un parc dans le voisinage, pour y loger» Lire le reste de cet article »

Syrie. Alep, faire régner la terreur

Publié par Alencontre Le 23 - décembre - 2013
La recherche de survivants après un bombardement à Alep, le 22 décembre 2013

La recherche de survivants après un bombardement à Alep, le 22 décembre 2013

Par Agences de presse

Des raids aériens ont encore fait dimanche 21 décembre au moins 44 morts, dont 6 enfants, à Alep, dans le nord de la Syrie, tandis qu’un attentat meurtrier à la voiture piégée a visé une école près de Homs, dans le centre du pays.

«Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées par des barils d’explosifs largués sur une autoroute près d’un marché et sur des quartiers à Alep», a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Dans le seul quartier d’Hanano, tenu par les rebelles, l’un de ces raids a tué au moins 42 personnes, dont six enfants» et fait 17 blessés graves, rapporte l’OSDH. Lire le reste de cet article »


FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org